Voyager comme si on y était, ou presque

C'est le moment de visiter virtuellement des monuments grandioses telle la basilique Sainte-Sophie, à Istanbul.
Turkish Airlines C'est le moment de visiter virtuellement des monuments grandioses telle la basilique Sainte-Sophie, à Istanbul.

Flânons dans les destinations dont on rêve grâce aux vidéos de voyage, aux visites virtuelles à 360°, aux balados et autres transmissions par caméra Web. Partons, le monde est encore beau !

Quand fuir au bout du monde n’est plus, physiquement, une option possible — quel constat irréel tout de même ! —, on prend la clé des champs par cette grande fenêtre qu’est Internet. Allez, basta Netflix et « dehors » tous, afin de trouver un certain réconfort dans la beauté.

Au rayon des vidéos de voyage, YouTube est une excellente ressource. Il suffit de saisir le nom d’une ville, d’une région ou d’un pays, et c’est parti. (Je vous ai d’ailleurs préparé tout un « circuit » — voir l’encadré) Mais pour un regard sur le monde et une sensibilité qui nous ressemblent, embarquement immédiat à siegehublot.com, riche des dizaines de reportages photos et vidéos du globe-trotteur Jean-Michel Dufaux.

Des monuments légendaires nous ouvrent aussi leurs portes virtuelles. En France, on explore châteaux et cathédrales répertoriés sur inside360.fr/visites-virtuelles-lieux. (Pour en profiter pleinement, on clique sur les flèches ou le compas affichés à l’écran afin de faire pivoter les images.) Un autre site de visites panoramiques épatant est 3dmekanlar.com : il nous entraîne en Turquie et jusque sur la planète Mars !

Sur skylinewebcams.com, on a droit à la transmission en direct de ce qui se trame dans une soixantaine de pays. Par les temps qui courent, on préférera certainement les panoramas aux vues de villes désertes.

À défaut de se trouver à Berlin (une capitale qui en a vu d’autres…), on peut prendre le pouls de sa production artistique actuelle par l’entremise de diffusions en direct sur visitberlin.de/en/blog. Rappelons qu’il n’est nullement nécessaire de connaître l’allemand pour apprécier Beethoven ! Ainsi, les amateurs de musique classique « assisteront » certainement aux prochains concerts gratuits du Berliner Philharmoniker en se rendant à digitalconcerthall.com.

Qui l’eût cru, on peut même découvrir une destination les yeux grands fermés ! C’est d’ailleurs le défi que s’est donné la nutritionniste et bourlingueuse Catherine Lefebvre. Avec son enregistreur numérique, elle capte l’ADN sonore des destinations où elle séjourne, puis elle crée des balados.

À Zanzibar, par exemple, place à la gouaille du marché de poissons et, sur la plage, au crissement du sable sous les pas des joueurs de foot, au « clac » de leurs mains tapant le ballon et au cliquetis des coquillages charriés par les vagues. Sans narration, ses montages sonores sur soundslikepodcast.com/fr durent tout au plus sept minutes. Le but ? « S’abandonner à une ambiance lors de l’écoute, yeux fermés, dit l’autrice, et inciter les voyageurs à en faire autant, où qu’ils soient, parce que les sons racontent la dynamique des lieux. On peut aussi écouter les trames pour se remémorer un voyage. » Une suggestion bien de circonstance.

Toute la beauté du monde

Pérennisées par la technologie numérique, les collections d’art mondiales nous promettent des heures de plaisir. La richesse du portail artsandculture.google.com est d’ailleurs à tomber des cimaises. À nous tous ces musées (2500 dans quelque 80 pays) qu’on s’était juré de visiter un jour ! Le Smithsonian, le Louvre, l’Ermitage, le Musée des insectes de la Chine de l’Ouest, en passant par l’Office de tourisme de Copenhague, qui présente la capitale danoise sous l’angle des legs du designer Arne Jacobsen : ils y sont tous. Le musée McCord, lui, nous donne l’occasion de (re)voir l’exposition consacrée au grand photographe montréalais William Notman.

La technologie met également le monde animalier à notre portée. En Californie, les caméras Web de l’Aquarium de Monterey Bay permettent d’observer en temps réel les pensionnaires de ses bassins, soit méduses, requins et autres mignons manchots. Au zoo de San Diego, on écornifle de la même manière chez les koalas, girafes, grands singes... alouette.

Il suffit qu’on soit confiné à la maison pour avoir envie de grands espaces, pas vrai ? Le cas échéant, cap sur ces productions de l’artsandculture.withgoogle.com/en-us/national-parks-service, où des gardes forestiers de cinq grands parcs nationaux américains, dont le parc des volcans à Big Island, à Hawaii, nous emmènent en virée 360° commentée (en anglais). Un « plus » ? Avec eux, on va là où on ne pourrait jamais aller normalement. Oui, ces vidéos en jettent. On prend aussi un bon bain de nature grâce à la visite virtuelle du parc national Yosemite (virtualyosemite.org), en Californie.

Et si on prenait de l’altitude en visionnant les archives vidéo de l’Administration nationale de l’aéronautique et de l’espace, soit la NASA(images.nasa.gov) ? En saisissant par exemple le nom de  David Saint-Jacques sur la page d’accueil du site, on obtient une belle récolte de vidéos tournées à bord de la station spatiale internationale, où a travaillé l’astronaute canadien. Des images saisissantes de notre bonne vieille planète nous rappelleront de plus fort opportunément que tout passe…

Des vidéos qui font du bien

Des productions qui nous emmènent au soleil, nous font sourire, danser, rêver ou nous remémorer de bons moments.

Au Québec, sur viago.ca

Antigua-et-Barbuda : attention, ça décoiffe ! youtube.com, Visit Antigua & Barbuda

Australie : la vidéo Toujours comme nulle part ailleurs de la campagne promotionnelle post-feux est émouvante. australia.com/fr

Autour du monde : les Aventuriers voyageurs rendent leurs films accessibles gratuitement sur Internet jusqu’au 31 mars prochain. lesaventuriersvoyageurs.com/
promofilmsgratuitsinternet

Cuba partage sa joie de vivre dans des vidéos diffusées sur sa page Facebook @MinturCuba.ca

Kyoto et ses jardins zen : on se calme sur le site geo.fr !

Norvège : filons côté fjords ! visitnorway.fr

Pérou : randonnées en altitude

Rio de Janeiro : je viens d’y séjourner et j’ai vu comment on y faisait la fête avec presque rien : un air de samba, un costume à trois réaux et une bouteille de cachaça. Et si on se faisait des carnavals maison ce week-end ? ! youtube.com, Vem que é muito maneiro

Tokyo en 12 lieux confidentiels