L’eau, la compagne essentielle du jardinier

Vincent Marcoux
Maraîcher et formateur à l’Académie potagère, academiepotagere.com
Il est toujours préférable d’offrir l’eau aux plantes avant qu’elles en aient besoin de la même façon qu’il est préférable de boire avant d’être déshydraté.
Photo: Getty Images Il est toujours préférable d’offrir l’eau aux plantes avant qu’elles en aient besoin de la même façon qu’il est préférable de boire avant d’être déshydraté.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Les périodes de chaleur caniculaire parsèment de plus en plus fréquemment la saison estivale et avec elles viennent inévitablement des sécheresses de durée variable. Or, le manque d’eau est une des causes les plus fréquentes des insuccès au potager en cette période : mauvaise germination, flétrissement, avortement des fleurs et plus encore !

Pendant que nous cherchons les points d’ombre pour nous reposer, les végétaux que nous avons plantés au potager sont pleinement exposés au soleil et à son intensité. Or, comme les plantes n’ont pas le loisir de pouvoir se déplacer pour s’hydrater, cette tâche essentielle nous revient !

Des règles à connaître

En tant que jardinier, il est impératif de bien connaître toutes les stratégies à notre disposition pour se prémunir du manque d’eau et ainsi augmenter notre résilience. Cependant, au-delà des besoins en eau des plantes et des techniques pour irriguer, les municipalités ont elles aussi des besoins qui peuvent s’avérer limitants pour l’arrosage du potager.

Si vous êtes connectés au système d’aqueduc municipal, la considération la plus importante à prendre en compte dès maintenant concerne les règlements de votre municipalité sur l’utilisation de l’eau potable. Êtes-vous au courant des restrictions, des moments propices pour arroser (jour de la semaine, moment de la journée) et des types d’arrosages qui sont permis (automatique, non automatique ou manuel) ?

Certaines municipalités sont moins restrictives que d’autres mais, chose certaine, vous devez être bien informé pour mieux planifier vos irrigations.

L’irrigation du potager

Concernant l’irrigation à proprement parler, la meilleure période pour arroser les plantes sera le matin tôt avant que la chaleur ne s’installe trop. Il est toujours préférable d’offrir l’eau aux plantes avant qu’elles en aient besoin de la même façon qu’il est préférable de boire avant d’être déshydraté.

Par temps chaud, l’irrigation en soirée est également possible et permet aux plantes et au sol de se rebâtir une réserve en vue de la journée suivante. Ce sera à éviter lorsque les nuits se rafraîchiront pour éviter l’incidence de maladies au potager.

Prévoyez de faire vos semis directs et vos transplantations au potager à un moment où vous avez accès à l’eau (selon les possibles restrictions) et préférablement en fin de journée. Comme les semences et les jeunes plantules sont mises en surface et que celles-ci sèchent très rapidement, une irrigation très régulière sera nécessaire jusqu’à la germination ou l’enracinement des plantules.

Une petite tournée quotidienne au potager (et même deux par journée chaude) vous permettra de bien estimer les besoins en eau et de vous connecter à la réalité de vos plantes. N’hésitez pas à mettre les mains dans la terre. Il ne faut pas que le sol soit détrempé, mais la terre doit tout de même vous coller sur la main. Si vos doigts en ressortent pratiquement propres (et desséchés), vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Récupération

Dans l’optique de vous offrir plus de flexibilité, il est possible d’installer un baril de récupération de l’eau de pluie sur votre système de gouttière. Des programmes de subvention sont accessibles dans plusieurs municipalités à cet effet. Par contre, il y a souvent une date limite pour en faire la demande, généralement au printemps. S’il est trop tard pour vous, mettez-le à l’horaire pour la prochaine année afin d’en bénéficier. Pour plus de détails, visitez le site Web de votre municipalité !



À voir en vidéo