Prolonger la saison au potager

On peut toujours semer, même en septembre. Les carottes, par exemple, deviennent plus sucrées avec les temps plus froids.
Photo: Lise Gobeille On peut toujours semer, même en septembre. Les carottes, par exemple, deviennent plus sucrées avec les temps plus froids.

Septembre ne marque pas la fin de la saison au potager, à moins que vous n’ayez plus de temps pour vous en occuper, car en semant en août des légumes de températures fraîches, les récoltes peuvent s’étirer jusqu’à fin octobre et même plus tard. En plus, le froid rend les feuillages plus colorés et plus croquants et les carottes plus sucrées !

Au fur et à mesure des récoltes, il se crée des espaces inoccupés dans le potager, dans les bacs ou dans les pots. Voilà l’endroit idéal pour faire vos semis ou vos plantations avant que les indésirables ne s’y installent. Quoi semer ou planter alors ?

Nous vous suggérons l’arroche, pour son feuillage lumineux et pourpre, que l’on consomme comme les épinards, et l’épinard lui-même, qui sera plus tendre et plus sucré. Vous pouvez aussi choisir la laitue et la roquette, croquantes à souhait et sans goût amer, la mâche, parce que l’automne est sa saison et que rien ne se compare à une mâche fraîche, de même que le mesclun, goûteux et généreux. Enfin, n’oubliez pas les carottes, nettement plus sucrées, ni les jolis radis.

Semez bientôt, semez ce que vous aimez et favorisez la diversité plutôt que la quantité. Pour les plantations, certains marchés et Jardineries proposent des laitues et des choux en caissettes en cette saison. Pour ceux qui n’auraient pas eu le temps de faire un potager cet été, c’est l’occasion de se rattraper.

Toutefois, avec l’arrivée de septembre, il est possible que vous soyez trop occupés pour entretenir le potager, alors comment réduire le travail ? En semant des engrais verts partout où il y a des vides ; du même coup, vous amenderez votre sol, lequel doit être constamment nourri pour bien produire et rester en santé.

Voici d’ailleurs quelques engrais verts avec leur mode d’action que l’on retrouve chez les semenciers du Québec : l’avoine, pour améliorer la structure de la terre ; la moutarde, la féverole et le pois fourrager, pour capter l’azote du sol ; et le sarrasin, pour combattre les indésirables. L’avoine et la féverole ou l’avoine et le pois forment d’excellents duos, leur mode d’action se complétant à merveille. Si vous n’avez pas de temps pour les engrais verts, paillez votre sol afin qu’il ne demeure pas à nu. Un sol à nu est lessivé par les pluies et forme une croûte ne favorisant pas la présence des micro-organismes qui sont essentiels à sa vie.

De petits gestes

Vous avez envie de repousser la saison de récolte à ses limites ? Servez-vous alors de l’un ou l’autre de ces deux trucs. Aussi appelée toile antigelée, la couverture flottante laisse pénétrer l’eau et l’air, tout en permettant une augmentation de la température du sol de quelques degrés supplémentaires contre le gel.

Il existe différentes épaisseurs de toile ; plus la toile sera épaisse, moins elle laissera passer de lumière et plus elle protégera contre le froid. À vous de choisir laquelle vous conviendra le mieux. Ces toiles peuvent également être utilisées pour protéger les cultures contre les insectes, les vents forts, la grêle…

La seconde méthode est le tunnel chenille, qui est en fait une petite serre amovible. On peut se le procurer sur le marché ou s’en fabriquer un à moindre coût avec du polythène et des arceaux en tuyaux de PVC de 4 mm.

Erratum : Dans le billet du 4 août, « Le point sur la forêt urbaine de Montréal », une erreur s’est glissée. Ce ne sont pas 57 arbres qui ont été abattus entre 2012 et 2018, mais 57 823.

Au jardin

La venue du temps plus frais favorise une meilleure reprise pour les végétaux. Si vous souhaitez planter un arbre, un arbuste ou des vivaces, voici le moment venu. D’ailleurs, vous pourriez profiter de rabais dans les Jardineries, car de nombreux végétaux y sont actuellement en solde. Votre voisine aime vos pivoines et vos pavots ? C’est le bon moment pour faire de la division. Votre pelouse a quelques zones dégarnies ? Vous avez jusqu’à la mi-septembre pour faire un semis.


Fleurs comestibles - Du jardin à la table

Si vous vous intéressez aux fleurs comestibles sauvages ou de jardin, voilà le livre parfait pour vous. D’une présentation agréable, cet excellent livre présente 61 fleurs avec chacune son histoire, ses caractéristiques et des suggestions de recettes. S’y trouvent aussi deux tableaux très utiles indiquant clairement lesquelles de ces fleurs sont comestibles et lesquelles sont toxiques, ainsi que toutes les techniques de récolte, de séchage et de conservation.

 

Mélinda Wilson, Fides, Montréal, 2019, 302 pages