Un petit cocktail aux saveurs du Québec?

Sophie Ginoux Collaboration spéciale
L’offre d’alcools québécois a explosé dans les dernières années, de quoi donner envie de s’initier à l’art du cocktail.
Photo: Invasion cocktail! L’offre d’alcools québécois a explosé dans les dernières années, de quoi donner envie de s’initier à l’art du cocktail.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

L’essor des spiritueux québécois n’est pas étranger à celui de la création de cocktails locale, puisque les représentants de la planète cocktail ont été les premiers à tester, acheter, promouvoir et même créer des alcools d’ici. Ils constituent donc les meilleurs guides pour démystifier cet univers et, surtout, pour nous initier à l’art du cocktail à la québécoise… en toute simplicité !

« Dire qu’il y a 17 ans, lorsque je suis arrivée ici, les gens n’étaient pas des buveurs de spiritueux. C’est le jour et la nuit, vu l’effervescence de ce milieu maintenant ! » s’exclame Fanny Gauthier, copropriétaire d’Ateliers & Saveurs et à la tête du blogue L’envers du Bar, qui fourmille de recettes de cocktails à base d’alcools québécois.

Cette pionnière de la mixologie dans la province a — tout comme Maryline Demandre, cofondatrice en 2014 du festival Invasion cocktail !, actuellement en lice dans la catégorie Événement de l’année des Lauriers de la gastronomie québécoise — vu exploser l’offre d’alcools québécois depuis cinq ans. « Tout a commencé par les gins et les vodkas, suivis des rhums, des alcools de fruits, des whiskys… On trouve tellement de produits intéressants sur le marché, à présent ! » lance Mme Demandre, qui s’attend d’ailleurs à une nouvelle année record pour le prêt-à-boire et les crèmes alcoolisées du Québec.

Un constat avec lequel Fanny Gauthier, qui essaie à peu près tout ce qui se produit localement, est tout à fait d’accord : « Comme les microbrasseries, les distilleries québécoises font preuve de beaucoup de créativité et exploitent leurs racines. On trouve ici aussi bien du spritz que de la sambuca, de l’absinthe, du vermouth et du pastis, ainsi que des gins aux herbes boréales, aux champignons sauvages ou aux algues du fleuve Saint-Laurent. Il y en a même qui changent de couleur à l’ajout de tonic ! De quoi donc amplement s’amuser en matière de cocktails. »

Les bases d’un bon cocktail

Selon la créatrice de cocktails, les premières questions qu’on doit se poser avant d’en réaliser un, mais surtout d’acheter des bouteilles d’alcool, sont les suivantes : « Quels sont mes goûts ? Est-ce que je préfère le sucré ou l’amertume ? Les boissons légères ou bien tassées en alcool ? »

« À partir de ces bases, tout est possible ! indique Mme Gauthier. N’ayez pas peur de faire preuve d’audace, de jouer avec les ingrédients de saison — comme les petits fruits, le cantaloup ou la pêche —, d’ajouter ou de faire infuser des herbes, du thé ou ce que vous avez sous la main pour préparer des sirops simples maison. Un cocktail, c’est comme une recette de cuisine, ça part de ses goûts personnels et de son inspiration. »

Les ingrédients clés : l’imagination et la simplicité

De l’imagination, Fanny Gauthier en a beaucoup ! Elle est effectivement capable de créer des cocktails avec de la moutarde, du bacon et même du chanvre. « Mais il n’est pas nécessaire d’être un as du bar pour réaliser des cocktails amusants, explique-t-elle. Il suffit par exemple de verser dans un mélangeur une vodka québécoise avec du sirop de pêche, du jus d’ananas, un trait de jus de citron et de l’eau de coco. Et hop ! On obtient une délicieuse slush alcoolisée qui nous fait penser aux destinations soleil. »

Fanny Gauthier propose ainsi aux personnes qui veulent s’initier à l’art du cocktail de miser sur la simplicité : « Une petite crème de menthe revisitée avec un gros cube de glace, un tonic, une feuille de menthe fraîche et un zeste de citron, c’est délicieux l’été », dit-elle. Avec la même facilité d’approche, elle suggère également de se créer un spritz avec une base alcoolisée à l’italienne sucrée ou amère, du prosecco et du soda.

Gin gin !

Pour ceux qui souhaitent dénicher l’alcool polyvalent par excellence, la mixologue recommande de se tourner vers les gins québécois. « Et ça tombe bien, c’est l’alcool que les Québécois préfèrent ! » note l’experte. Il existe évidemment une multitude de combinaisons avec du gin, mais selon Fanny Gauthier, il est possible de varier très simplement les plaisirs en l’associant aux tonics de grande qualité du Québec. « En utilisant le tonic yuzu ou le tonic sureau de 1642, ou encore celui à saveur boréale de Génération Sodas, on voyage ailleurs chaque fois ! » assure-t-elle.

Enfin, puisque les alcools légers et les spiritueux sans alcool sont de plus en plus populaires, la créatrice nous invite à préparer des mocktails, eux aussi déclinables à l’infini. Son plus récent coup de cœur dans cette catégorie va au gin sans alcool HP Juniper, au goût confondant, semble-t-il, même pour les amateurs d’alcool ordinaire. Alors, tous à vos mélangeurs à cocktail !