Histoires de thé pour l’heure du thé

Catherine Lefebvre Collaboration spéciale
En Angleterre, le thé d'après-midi est souvent accompagné de pain, de beurre et de petits gâteaux, une brillante idée qui remonte au 19e siècle.
Photo: Erol Ahmed En Angleterre, le thé d'après-midi est souvent accompagné de pain, de beurre et de petits gâteaux, une brillante idée qui remonte au 19e siècle.

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

L’après-temps des Fêtes et les peut-être un peu trop nombreux apéros durant celui-ci, le froid et la neige de janvier, le réconfort qu’on cherche à installer dans la maison… les bonnes raisons sont nombreuses pour faire entrer le rituel du thé dans nos routines. Origines, histoires et faits sur le thé autour du monde à lire avec une tasse fumante entre les mains. 

Origine du thé

Selon la mythologie chinoise, le père de l’agriculture et de la médecine, Shennong (Shen Nong), alias le divin fermier, découvre le thé dans les années 2700 avant notre ère. Alors qu’il se repose à l’ombre d’un plant de Camellia sinensis, la légende raconte que des feuilles de thé seraient tombées dans sa tasse d’eau chaude. Il craque aussitôt pour cette infusion exquise. Petit à petit, la culture et la consommation de thé s’installent dans les habitudes de vie chinoises. Si bien qu’au XIVe siècle de notre ère, le thé figure parmi les trois principaux produits d’exportation, après la porcelaine et la soie.

Destination Japon

Ce n’est qu’autour du IXe siècle de notre ère que les premiers théiers sont plantés près des monastères au Japon. À l’époque, le thé est surtout réservé aux moines, qui s’en servent pour préparer des infusions médicinales et pour rester réveillés pendant leurs longues séances de méditation. Il faudra attendre au XIIe siècle pour que le moine japonais Eisai rapporte du thé en poudre de Chine. Les Japonais développent par la suite leur propre rituel autour de la cérémonie du thé. Elle se transforme par la suite en habitude de vie, largement ancrée dans les mœurs japonaises.

À la conquête de l’Europe

Le thé fait son chemin en Europe à bord des navires hollandais par l’entremise de la Dutch East India Company au début du XVIIe siècle. Les Britanniques emboîtent le pas quelques décennies plus tard avec la British East India Company. Puis, en 1848, la compagnie mandate le botaniste Robert Fortune d’aller voler des plants et les méthodes de transformation du thé en Chine dans le but d’en produire dans l’une de leurs colonies. Ils transportent alors les plants en Inde, dans la région montagneuse de Darjeeling, un environnement parfait pour la culture du thé.

L’heure du thé à l’anglaise

L’affection des Anglais envers le thé remonte aux années 1660 et vient notamment des habitudes royales de Catherine de Braganza du Portugal, épouse de Charles II. Pendant ce temps, ils poursuivent leur colonisation du monde et le thé les accompagne partout où ils s’installent. C’est d’ailleurs vers les années 1750 que le rituel du high tea fait son apparition dans les habitudes de vie anglaise. D’abord offert aux travailleurs, il s’agit en fait d’un repas servi après leur quart de travail, en remplacement du souper. Tandis que c’est Anna, la duchesse de Bedford, qui a la brillante idée du afternoon tea en 1840. Pour satisfaire son petit creux vers les coups de 16 h en attendant le souper habituellement servi à 20 h, elle demande un service de thé accompagné de pain, de beurre et de petits gâteaux. Cela devient coutume, puis elle décide d’inviter des copines pour partager ce moment avec elle. À l’aube du XXe siècle, le thé d’après-midi est un événement mondain. Encore aujourd’hui, nombreux sont les grands hôtels à offrir le service de thé à l’anglaise, souvent appelé high tea. Il est accompagné de délicieuses bouchées sucrées et salées, en plus d’un large éventail de sandwichs « pas de croûtes ».

Boisson fondatrice des États-Unis

Vers la fin du XVIIIe siècle, la Grande-Bretagne croule sous les dettes. Or, elle impose des taxes d’importation dans ses colonies américaines. Le Stamp Act de 1765 taxe presque toutes les formes d’impressions de papier, comme les jeux de cartes, les documents judiciaires et les journaux. Puis, les Townshend Acts de 1767 vont encore plus loin et taxent les produits essentiels comme le papier, le verre et le thé. De là est né le Boston Tea Party, une forme de protestation politique envers l’Empire britannique, qui rallie des Américains des 13 colonies de l’époque dans la lutte pour l’indépendance.

Histoire de thé en rafale

• Sous une chaleur accablante, le thé glacé fait son apparition lors de l’Expo universelle de Saint-Louis en 1904.

• En 1908, le marchand de thé américain Thomas Sullivan invente l’ingénieux sachet de thé, conçu à la base pour envoyer des échantillons de thé à ses clients.

• La Chine demeure le principal producteur de thé au monde.

• L’Inde suit avec une production équivalant à un peu plus de la moitié de celle de son pays voisin.

• Étonnamment, le Kenya est le 3e producteur de thé au monde. La Tanzanie et le Rwanda sont aussi d’importants producteurs de thé en Afrique de l’Est.

• Les Açores, l’archipel portugais situé au milieu de l’océan Atlantique, sont le seul endroit en Europe où pousse le thé.

 

À voir en vidéo