Ces maladies que l’on croyait disparues

Une femme vénézuélienne et son bébé se font vacciner contre la rougeole à Cúcuta, en Colombie, près de la frontière avec leur pays.
Photo: Schneyder Mendoza Agence France-Presse Une femme vénézuélienne et son bébé se font vacciner contre la rougeole à Cúcuta, en Colombie, près de la frontière avec leur pays.

Scorbut, tuberculose, rougeole : ces maladies issues d’un autre siècle et que l’on croyait éliminées pour de bon refont lentement leur apparition. La cause : nos mauvaises habitudes de vie, la résistance aux antibiotiques, mais aussi la méfiance quant aux vaccins. Aurait-on perdu la guerre contre ces vieux maux ?

En 1640, en plein cœur de l’océan Atlantique, des centaines de membres de l’équipage d’un bateau européen succombent à une étrange maladie : le scorbut. Ce n’est que des années plus tard qu’on associera ces décès à une grave carence en vitamine C. Fatigue, anémie, déchaussement des dents, hémorragies de la peau et des gencives : dans les cas extrêmes, le scorbut entraîne la mort.

En 2015, alors que les aliments riches en vitamine C (fruits, légumes, suppléments en vitamine C) pullulent sur les rayons des épiceries, deux cas de scorbut ont été diagnostiqués au Québec. Chaque année, des dizaines de personnes se retrouvent aussi en carence plus ou moins grave de vitamine C. Comment est-ce possible ?

Photo: Jacques Grenier Le Devoir Plus de la moitié de la population canadienne ne consommerait pas au moins cinq fruits et légumes chaque jour.

La chercheuse australienne Jenny Gunton, directrice du Centre de recherches sur le diabète, l’obésité et l’endocrinologie de l’Institut Westmead à Sydney, s’est penchée sur le sujet dans une étude parue en 2017. Elle a découvert que certaines personnes ne consommaient que trois portions de fruits par semaine. Une enquête canadienne a, quant à elle, révélé que plus de la moitié de la population ne consommait pas au moins cinq fruits et légumes chaque jour. Au Royaume-Uni, 25 % des hommes et 16 % des femmes présentent une carence en vitamine C. Heureusement, le traitement du scorbut est simple : réintégrer quotidiennement des aliments riches en vitamine C dans sa diète.

Même si cela constitue des cas relativement rares, ils n’en démontrent pas moins la pauvreté du régime alimentaire dans certains pays occidentaux malgré toute l’information disponible sur l’alimentation.

Des éclosions de rougeole

En 2011, le Québec a connu l’une des pires épidémies de rougeole depuis les débuts de la vaccination en 1970. Plus de 700 cas ont été répertoriés alors qu’on en compte habituellement entre 0 et 5 chaque année… Que s’est-il passé ?

« La rougeole est la maladie infectieuse la plus contagieuse », explique la docteure Caroline Quach-Thanh, pédiatre microbiologiste-infectiologue au CHU Sainte-Justine. Un seul cas de rougeole peut infecter 16 personnes. À titre comparatif, la grippe ne se répand qu’à deux ou trois personnes. C’est pour cette raison que le taux de protection doit être extrêmement élevé (au moins 95 %) pour prévenir une infection.

Le vaccin étant le seul moyen de protection contre la maladie, la méfiance croissante des gens quant à la vaccination entraîne des conséquences désastreuses. « C’est un feu de paille. Ça se transmet très rapidement. Dans une population non vaccinée, il faut seulement un cas de rougeole pour que ça infecte tout le monde », soutient la médecin, aussi responsable de la prévention et du contrôle des infections du CHU Sainte-Justine.

La rougeole se caractérise par une forte fièvre, de la toux, des yeux rougis et l’apparition de rougeurs sur le visage et sur l’ensemble du corps. Ce sont surtout les complications potentielles qui s’avèrent dangereuses : otite, pneumonie et encéphalite (inflammation du cerveau) qui peuvent s’avérer mortelles.

Si on décidait de ne plus vacciner contre la polio, il pourrait y avoir des cas importés mettant notre population à risque

Si certaines personnes estiment que le vaccin n’est plus nécessaire puisque la maladie n’est plus présente sur notre territoire, elles font fausse route. La rougeole est encore bien présente ailleurs dans le monde. Les dernières éclosions de rougeole au Québec provenaient d’ailleurs d’individus qui avaient contracté la maladie à l’étranger, dans des pays où le taux de vaccination est faible.

« Pour éliminer la rougeole, il faudrait que la planète entière se fasse vacciner », explique la Dre Quach-Thanh. C’est de cette façon que la variole a été complètement éradiquée.

Si certaines maladies semblent moins présentes, il ne faut donc pas considérer qu’elles n’existent plus. « Dès qu’on commence à s’asseoir sur nos lauriers et à ne plus se faire vacciner, le taux de protection diminue, et il y a une accumulation de personnes à risque », constate la Dre Quach-Thanh.

Nous ne sommes toutefois pas à l’abri d’éclosions d’autres maladies évitables par la protection vaccinale. « La polio pourrait éventuellement refaire surface, avance la Dre Quach-Thanh. Si on décidait de ne plus vacciner contre la polio, il pourrait y avoir des cas importés mettant notre population à risque », soutient-elle, ajoutant du même souffle que la transmission de la polio est beaucoup moins efficace que celle de la rougeole.

La tuberculose résistante

La tuberculose, une maladie du passé ? Détrompez-vous ! Tous les ans, on dénombre environ 300 cas de tuberculose dans la province. Nous sommes bien loin des milliers de cas qui survenaient chaque année avant l’arrivée des antibiotiques. La bactérie qui cause la maladie est plutôt particulière : elle peut rester en dormance pendant plusieurs années et se réactiver lorsque le système immunitaire est affaibli.

Si les médicaments réussissent à bien contrôler la maladie au Canada, ce n’est plus le cas dans certaines régions du monde : des souches de tuberculose commencent à résister aux traitements. Selon la Direction de santé publique de Montréal, on doit s’attendre à ce que le nombre de cas de tuberculose résistants à un ou plusieurs antituberculeux soit en progression à cause des mouvements migratoires.

Même si l’on mène la vie dure à certaines infections, elles ne disparaissent jamais complètement. Elles attendent patiemment que l’on abaisse nos armes pour faire leur réapparition.

Quand des appels à la vigilance sont lancés pour des cas de rougeole et d’oreillons, comme en mai dernier, cela entraîne inévitablement un branle-bas de combat dans les centres hospitaliers pour éviter de propager la maladie. « Chaque fois, il faut profiter de l’occasion pour rappeler aux gens de bien se protéger », conclut la docteure Quach-Thanh.