Le duel Nadal-Medvedev promet de faire l’histoire

Rafael Nadal devra vaincre Daniil Medvedev, champion en titre des Internationaux des États-Unis, dimanche, pour entrer dans l’histoire.
Photo: Mark Baker Associated Press Rafael Nadal devra vaincre Daniil Medvedev, champion en titre des Internationaux des États-Unis, dimanche, pour entrer dans l’histoire.

Rafael Nadal est à une seule victoire d’un 21e titre en simple en Grand Chelem.

L’Espagnol de 35 ans s’est qualifié pour la finale des Internationaux d’Australie pour la sixième fois avec une victoire de 6-3, 6-2, 3-6, 6-3 contre l’Italien Matteo Berrettini, septième tête de série.

Il devra vaincre Daniil Medvedev, champion en titre des Internationaux des États-Unis, dimanche, pour entrer dans l’histoire.

Medvedev, lui, poursuit sa propre quête d’un pan de l’histoire du tennis après avoir remporté les cinq derniers jeux pour vaincre Stefanos Tsitispas 7-6 (5), 4-6, 6-4, 6-1 lors d’une demi-finale passionnée. Il vise à devenir le premier joueur chez les hommes de l’ère professionnelle à remporter son deuxième titre du Grand Chelem dès le prochain tournoi majeur.

Medvedev, deuxième tête de série, a connu bien des émotions pour accéder à sa deuxième finale d’affilée aux Internationaux d’Australie. Il a dû composer avec une foule hostile lors de sa victoire au deuxième tour contre Nick Kyrgios, a dû sauver une balle de match et combler un déficit de deux manches pour venir à bout de Felix Auger-Aliassime lors d’un quart de finale de près de cinq heures, et a dû retrouver son calme après une explosion de colère contre l’arbitre, vendredi.

Il a crié à l’arbitre de chaise Jaume Campistol après avoir perdu son service au deuxième set, exigeant que Tsitsipas soit averti pour avoir reçu les conseils de son père dans la foule. Il a pris une pause de cinq minutes après avoir cédé le set, a repris le contrôle à la fin du troisième set, puis a dominé les cinq derniers jeux lorsque Tsitsipas a finalement été averti pour avoir été entraîné depuis les tribunes.

Nadal soulagé

 

Le parcours de Nadal vers une 29e finale du Grand Chelem a été relativement plus serein.

Après le dernier point, il s’est immobilisé, a esquissé un large sourire puis a brandi le poing en l’air trois fois.

Nadal est arrivé en Australie avec des doutes après une pause de plusieurs mois en raison d’une grave blessure au pied, puis un épisode de COVID-19. Il a raté Wimbledon après avoir perdu en demi-finale à Roland-Garros contre Novak Djokovic, et il n’a plus joué du tout après le mois d’août.

«Chaque jour a été un problème en termes de problèmes au pied. Les doutes sont toujours là... probablement pour le reste de ma carrière parce que j’ai ce que j’ai et c’est quelque chose que nous ne pouvons pas guérir, a commenté Nadal. Mais pour moi, c’est incroyable... (de) simplement concourir et jouer de nouveau du tennis de haut niveau, face aux meilleurs joueurs de la planète.»

Le mois dernier, il n’était même pas sûr d’être capable de faire un retour sur le circuit. Mais il a remporté un tournoi préparatoire à Melbourne pour commencer 2022 et a remporté six matchs consécutifs lors du premier tournoi du Grand Chelem de l’année.

Une autre victoire et il améliorera le record de 20 titres majeurs qu’il partage avec Roger Federer et Novak Djokovic. Nadal deviendrait également le quatrième joueur à remporter les quatre titres du Grand Chelem au moins deux fois.

Rendez-vous avec l’histoire

La victoire de Nadal contre Berrettini, finaliste à Wimbledon, sous un toit fermé du Stade Rod Laver en raison de fortes pluies, était sa 500e sur des courts en dur sur le circuit. Il n’a remporté les Internationaux d’Australie qu’une seule fois, en 2009.

En ajouter un second était son seul objectif après une autre victoire en demi-finale.

 

«Pour moi, les Internationaux d’Australie signifient beaucoup, a avoué Nadal lors de son entrevue télévisée sur le terrain. J’ai été un peu malchanceux (ici) dans ma carrière avec quelques blessures. J’ai joué des finales incroyables avec de bonnes occasions.»

Il a perdu des finales mémorables en cinq sets à Melbourne contre Djokovic en 2012 et Federer en 2017. Nadal a aussi perdu en quatre sets contre Stanislas Wawrinka en 2014 et a subi une défaite en trois manches contre Djokovic il y a trois ans.

«Je me sens très chanceux d’avoir gagné une fois, a-t-il ajouté. Je n’ai jamais envisagé d’avoir une autre chance en 2022.»

Nadal a brisé le service de Berrettini d’entrée de jeu lors des deux premiers sets et, après avoir perdu le troisième set à la suite d’un rare bris, il s’est ressaisi pour terminer le match en un peu moins de trois heures. Cela en soi était un soulagement après sa victoire qui a nécessité cinq sets contre Denis Shapovalov deux jours plus tôt en quarts de finale.

Nadal était le seul membre du célèbre «Big Three» qui a cette fois l’occasion de dénouer l’impasse en Australie.

Federer est absent en Australie alors qu’il poursuit sa convalescence après une opération au genou. Djokovic, qui a remporté neuf de ses titres du Grand Chelem à Melbourne Park, a été expulsé du pays après une saga de visas de 11 jours à la veille du tournoi parce qu’il n’a pas satisfait aux exigences strictes de l’Australie en matière de vaccination contre le COVID-19.

«Pour pouvoir être là où je suis aujourd’hui, je ne peux vraiment pas expliquer avec des mots à quel point c’est important pour moi en termes d’énergie, de satisfaction personnelle, de reconnaissance, a mentionné Nadal. Pour moi, c’est quelque chose de complètement inattendu, donc je suis super content.

«Pour moi, c’est un cadeau d’être ici et de jouer au tennis.»

Il a aussi expliqué qu’il a adopté une approche différente dans sa préparation, mais qu’il ne pouvait pas vraiment changer son approche sur le terrain.

«Je prends maintenant les choses un peu différemment. Bien sûr toujours avec l’esprit de compétition que j’ai, car je ne peux pas faire autrement. C’est dans mon ADN. Mais d’être juste ce que je suis et de pouvoir avoir l’occasion de concourir à ce niveau, c’est une énergie positive pour moi de continuer.»

Medevedev devra adopter une approche plus calme après avoir battu Tsitsipas en demi-finale pour la deuxième année consécutive à Melbourne. Il a perdu contre Djokovic lors de la finale de l’année dernière, mais a ensuite battu le no 1 mondial pour rafler le titre aux Internationaux des États-Unis.

«Je vais jouer de nouveau contre l’un des plus grands, a avoué Medvedev à propos de la finale de dimanche. Encore une fois, je vais affronter quelqu’un en quête d’un 21e Chelem. Je suis prêt.»

À voir en vidéo