Le travail des arbitres, le dernier des soucis du Canadien

La demi-finale de la Coupe Stanley entre le Canadien et les Golden Knights est dans une impasse de 2-2 avant la cinquième rencontre, présentée mardi soir, à Las Vegas.
Photo: Minas Panagiotakis Getty Images Agence France-Presse La demi-finale de la Coupe Stanley entre le Canadien et les Golden Knights est dans une impasse de 2-2 avant la cinquième rencontre, présentée mardi soir, à Las Vegas.

Les arbitres Chris Lee et Dan O’Rourke ont beau avoir soulevé l’ire des partisans, des observateurs et des joueurs des deux équipes lors des rencontres présentées au Centre Bell ce week-end, ils représentent le dernier des soucis des membres du Canadien de Montréal.

L’attaquant des Golden Knights de Vegas Jonathan Marchessault n’a pas été puni pour un bâton élevé qui a coupé Corey Perry au visage lors de la prolongation vendredi. Le défenseur du Canadien Joel Edmundson a pu donner un double échec dangereux contre William Carrier sans craindre des répercussions, dimanche.

Les choses ont fini par s’envenimer entre les deux équipes. Le capitaine du Tricolore, Shea Weber, s’en est pris à Tomas Nosek après un coup par-derrière. Un peu plus tard, Nick Suzuki a servi de défouloir au défenseur Brayden McNabb des Golden Knights.

Au bout du compte, les deux équipes se sont partagé les honneurs des deux matchs au Centre Bell. La demi-finale de la Coupe Stanley entre le Canadien et les Golden Knights est dans une impasse de 2-2 avant la cinquième rencontre, présentée mardi soir, à Las Vegas.

« Nous parlons souvent de nous concentrer sur ce que nous contrôlons. Quand une situation ne tourne pas en votre faveur en tant qu’athlète, vous vous dites que la prochaine fois, ça ira de votre côté, que la prochaine décision ira en votre faveur », a mentionné l’attaquant du Canadien Brendan Gallagher en visioconférence, lundi.

« Nous ne contrôlons pas ce qui se passe dans la tête des arbitres, leur processus de décision. Je ne crois pas avoir besoin de dire ce que je pense de la façon dont se sont déroulées les choses lors des deux derniers matchs, a-t-il ajouté. Le plus important est de garder notre concentration et de ne pas gaspiller notre énergie sur des choses hors de notre contrôle. »

Gestion des émotions

L’entraîneur-chef par intérim du Canadien, Dominique Ducharme, avait affirmé au lendemain d’une défaite de 5-1 face aux Maple Leafs de Toronto lors du deuxième match du premier tour des séries que sa troupe n’avait pas bien géré ses émotions lorsqu’elle avait été frustrée par la tournure des événements dans cette rencontre. Le Tricolore avait alors écopé de six punitions mineures de suite à compter de la deuxième période, ce qui avait permis aux Leafs de prendre le contrôle du match et de s’imposer.

Ducharme avait promis que son équipe réagirait mieux si une situation similaire devait se présenter à nouveau. L’entraîneur adjoint Luke Richardson avait noté que le Tricolore avait peut-être été froissé un peu par le travail des arbitres lors de la victoire de 3-2 en prolongation vendredi. Il croit que les joueurs du Canadien ont mieux contrôlé leurs émotions dimanche, même si le fait que les Golden Knights sont 0-en-11 en avantage numérique depuis le début de la série a peut-être aidé à tempérer la frustration des joueurs de la Sainte-Flanelle.

« En séries, vous avez les émotions à fleur de peau, a rappelé Richardson. C’est la nature humaine, autant pour nous que pour les arbitres. La pression augmente et il y a des émotions.

« Nos joueurs ont bien fait pour parler de la situation. “Weby” et Perry ont parlé aux arbitres aux bons moments et les conversations ont été constructives. Hier soir [dimanche], je crois que les joueurs sur le banc ont gardé leur calme. Il n’y a pas eu d’explosion de colère au sujet de choses hors de notre contrôle. Nous devons consacrer toutes nos énergies à notre jeu. »

À ce niveau, le Canadien n’a pas grand-chose à se reprocher après le dernier match. Il a contrôlé le jeu pendant la majorité de la rencontre avant de perdre 2-1 en prolongation.

« Nous avions eu des occasions de porter la marque à 2-0 en notre faveur, mais nous n’en avons pas profité, a mentionné Richardson. Ils en ont passé une à travers notre gardien. Je ne crois pas que Carey a vu le tir. »

Les bonnes équipes gagnent à domicile, mais les grandes équipes gagnent à l’étranger

« Nous sommes confiants pour la suite des choses. Que nous soyons en avance ou en retard, nous sommes dans la série. Nous voulons connaître un autre bon début de match et jouer avec constance jusqu’à la fin. »

Le Canadien retrouvera, mardi, le T-Mobile Arena et ses quelque 18 000 spectateurs. Le Tricolore affiche un dossier de 6-2 en terrain hostile depuis le début des séries.

« Les bonnes équipes gagnent à domicile, mais les grandes équipes gagnent à l’étranger, a déclaré Gallagher. Nous aimons faire face à ce genre de défi. Nous savons quel style nous devons pratiquer pour gérer les passages plus difficiles d’un match. »

« Nous comptons sur de bons vétérans et des jeunes joueurs qui ont des rôles clés. Nous gérons bien ces situations et nous avons eu du plaisir à jouer à l’étranger jusqu’ici », a conclu Gallagher avant le départ du Canadien vers Las Vegas.

À voir en vidéo