Les équipes d’Angleterre se retirent du projet de joindre la Super Ligue

Un partisan de Manchester City brandit une pancarte contre le projet du club de se joindre à la Super Ligue.
Photo: Justin Tallis Agence France-Presse Un partisan de Manchester City brandit une pancarte contre le projet du club de se joindre à la Super Ligue.

Les six clubs anglais ont dévoilé leur intention d’abandonner le projet de se joindre à la Super Ligue, ce qui menace de faire imploser le projet d’un groupe de clubs de premier plan anglais, espagnols et italiens moins de deux jours après son annonce.

Manchester City a été le premier club à indiquer publiquement son intention de quitter ce projet réunissant 12 formations, en mentionnant qu’il « a formellement enclenché les procédures pour se retirer du groupe qui élabore des plans pour une Super League européenne ».

De son côté, Chelsea prépare des documents pour informer la Super Ligue qu’elle souhaite se dissocier du plan à 12 équipes, a révélé une source au courant de la décision à l’Associated Press.

Arsenal, Manchester United, Liverpool et Tottenham ont suivi quelques heures plus tard, complétant le retrait des clubs anglais du projet.

Chelsea était l’un des six clubs anglais impliqués dans ce projet avec trois équipes d’Espagne et d’Italie qui se sont inscrites en Super Ligue.

La décision survient alors que des partisans protestaient devant le stade de Stamford Bridge du club et que l’opposition anglaise à la Super Ligue s’intensifie.

Plus tôt dans la journée, la Premier League avait menacé de prendre des mesures contre les six clubs rebelles et le premier ministre Boris Johnson avait envisagé d’introduire des lois pour les empêcher de créer une nouvelle compétition européenne qu’il a qualifiée de « cartel ».

Des dissensions au sein même des clubs de la Super Ligue sont apparues. L’entraîneur de Manchester City, Pep Guardiola, a affirmé que rejoindre une compétition en cercle fermé à l’extérieur de la Ligue des champions existante de l’UEFA pourrait nuire à l’intégrité et aux valeurs du sport. L’entraîneur de Liverpool, Jürgen Klopp, a également exprimé des inquiétudes quant aux actions des propriétaires de son club.

La Premier League a déjà menacé les six clubs de la Super Ligue d’expulsion s’ils allaient de l’avant avec ce projet. Les 14 autres clubs se sont réunis mardi et ont « unanimement et vigoureusement » rejeté les plans de la Super Ligue.

Une menace qui a vraisemblablement été entendue.

Les six clubs, pilotés par les propriétaires américains de Manchester United, Liverpool et Arsenal, s’étaient associés à trois équipes de premier plan d’Espagne et d’Italie pour ébranler les structures du soccer européen.

La Super Ligue devait réunir 15 clubs fondateurs — trois places restaient à pourvoir avant les désistements — et seulement cinq places avec un accès plus ouvert.

« Une arrogance absurde »

Everton a décrié l’« arrogance absurde » des clubs de Super Ligue. Les neuf titres d’Everton leur permettent d’occuper le quatrième rang dans l’histoire de la première division anglaise, et le club de Merseyside était considéré comme faisant partie de l’élite du pays dans les années 1980 et au début des années 1990.

« Le contrecoup est compréhensible et mérité — et doit être pris en considération, a fait savoir le conseil d’administration d’Everton dans un communiqué. Cette arrogance absurde n’est voulue nulle part dans le football en dehors des clubs qui ont élaboré ce plan. »

Le propriétaire majoritaire d’Everton, l’homme d’affaires anglo-iranien Farhad Moshiri, a beaucoup dépensé ces dernières années dans un effort pour amener l’équipe, dirigée par Carlo Ancelotti, dans la phase de groupes de la Ligue des champions pour la première fois.

West Ham poursuit également une place parmi les quatre premiers pour se qualifier en Ligue des champions pour la première fois. Le club de l’est de Londres a révélé que la Super Ligue était une « attaque contre l’intégrité sportive, sapant la compétition. »

À voir en vidéo