L’annulation des JO de Tokyo est encore possible

Les Jeux olympiques de Tokyo doivent se mettre en branle dans un peu plus de trois mois, le 23 juillet, et les Jeux paralympiques suivront à compter du 24 août.
Photo: Kyung-Hoon/Pool/Associated Press Les Jeux olympiques de Tokyo doivent se mettre en branle dans un peu plus de trois mois, le 23 juillet, et les Jeux paralympiques suivront à compter du 24 août.

Deux représentants du parti au pouvoir au Japon, PLD, ont déclaré jeudi que des changements pourraient être annoncés en vue des Jeux olympiques de Tokyo. L’un d’eux a laissé entendre qu’ils pourraient être annulés, alors que l’autre a mentionné que s’ils ont lieu, alors ils se dérouleront carrément à huis clos.

Toshihiro Nikai, le no 2 et secrétaire général du Parti libéral-démocrate du Japon, a laissé entendre que l’événement pourrait être annulé au lendemain de l’événement soulignant les 100 jours avant la cérémonie d’ouverture des Jeux de Tokyo, mercredi.

Il a émis ces commentaires pendant une émission enregistrée sur les ondes de la chaîne japonaise TBS TV.

« S’il semble impossible de présenter les JO, alors il faudra de toute évidence les annuler, a évoqué Nikai. S’il y a une recrudescence du nombre de cas de coronavirus en raison des JO, alors cet événement n’a pas lieu d’être. »

Questionné sur la possibilité que l’événement soit annulé, Nikai a répondu : « Bien sûr ».

Il a toutefois ajouté : « C’est important pour le Japon que les Jeux olympiques soient un succès. C’est une belle vitrine. Je veux m’assurer que ce soit marqué par le succès. Il faudra régler de nombreux enjeux et se préparer, et il sera important de les aborder un après l’autre. »

Le comité organisateur des JO de Tokyo, le CIO et le Comité international paralympique « travaillent tous pour présenter des jeux cet été ». Ils ont indiqué que le premier ministre japonais Yoshihide Suga « a réitéré la volonté du gouvernement » de présenter des JO cet été.

Les cas de COVID-19 sont en hausse partout au Japon. Mercredi, la deuxième plus grande ville du pays, Osaka, a enregistré 1100 nouveaux cas, son plus haut total depuis janvier. Le Japon a signalé plus de 4000 nouveaux cas. Le pays a attribué jusqu’ici 9500 décès à la COVID-19, un nombre raisonnable si on le compare à la moyenne mondiale — mais plutôt mauvais pour l’Asie.

Taro Kono, le ministre responsable de l’opération de vaccination massive au Japon, a déclaré que même si les JO ont lieu, il se pourrait que les épreuves soient présentées à huis clos. Il a ajouté qu’il est très probable que les JO se déroulent devant des gradins vides, parce que les infections sont en hausse partout au pays.

Seules les caméras de télévision, et celles fixes, pourront diffuser les épreuves, et seuls certains journalistes, arbitres et dirigeants sportifs auront accès aux installations.

Les Jeux olympiques de Tokyo doivent se mettre en branle dans un peu plus de trois mois, le 23 juillet, et les Jeux paralympiques suivront à compter du 24 août. Les spectateurs étrangers ont déjà été écartés de l’événement. Et maintenant, même les spectateurs japonais pourraient être exclus.

« L’enjeu, c’est de déterminer comment les Jeux olympiques pourront être présentés dans les circonstances actuelles, a expliqué Kono jeudi lors d’un entretien à la télé. Ça peut signifier qu’il n’y aura aucun spectateur dans les gradins. »

Kono n’a pas dit que les Jeux olympiques pourraient être annulés, mais il a confié qu’ils pourraient avoir lieu sous « certaines conditions ».

« Ces Jeux olympiques seront bien différents de ceux précédents », a-t-il admis.

Le comité organisateur des JO de Tokyo a mentionné qu’une décision sera annoncée ce mois-ci au sujet du nombre de spectateurs qui auront accès aux installations.

À voir en vidéo