Favre a déjà vécu ce que vit Mahomes

Brett Favre observe les deux quarts qui s’affronteront ce week-end avec une admiration aussi forte que la puissance de ses passes, qui lui ont permis de devenir un membre du Temple de la renommée du football.
Photo: Matt Ludtke Associated Press Brett Favre observe les deux quarts qui s’affronteront ce week-end avec une admiration aussi forte que la puissance de ses passes, qui lui ont permis de devenir un membre du Temple de la renommée du football.

Brett Favre observe les deux quarts qui s’affronteront ce week-end avec une admiration aussi forte que la puissance de ses passes, qui lui ont permis de devenir un membre du Temple de la renommée du football.

Il a discuté de Tom Brady et de Patrick Mahomes au Super Bowl, de son collègue élu au Temple Peyton Manning et même de son ex-coéquipier Aaron Rodgers, qui pourrait décrocher le troisième titre de joueur par excellence de sa carrière. Bref, tout un éventail de sujets.

Favre a affronté Brady, voit une partie de lui-même en Mahomes, entretient une amitié de longue date avec la famille Manning et, bien sûr, Rodgers l’a succédé au poste de quart des Packers de Green Bay. C’est d’ailleurs à cet endroit que Favre a obtenu trois titres consécutifs de joueur par excellence de la NFL. Rodgers saura lors de la cérémonie de remise des honneurs individuels de la NFL samedi soir s’il complétera son tour du chapeau.

« Il ne fait aucun doute qu’Aaron vient de connaître sa meilleure saison, d’un point de vue des statistiques, a confié Favre. Cependant, c’est très difficile de comprendre pourquoi il n’a pu se rendre jusqu’au bout. Si j’étais un parieur, j’aurais hésité entre deux options. Avant le match entre les Packers et les Buccaneers [de Tampa Bay], si j’étais un parieur, j’aurais hésité à parier contre Brady. Mais il ne fait aucun doute dans mon esprit que l’équipe de l’heure dans le football, dans l’Association américaine ou nationale, peu importe, était les Packers.

« Évidemment, Brady peut battre tout le monde ; tu ne peux parier contre lui parce qu’il va te faire mentir. Mais je me disais qu’en allant au Lambeau Field — les Packers y ont affronté les Bucs plus tôt cette saison —, Green Bay n’avait pas aussi bien joué, avec moins de constance. Mais dernièrement, ils étaient très solides au Lambeau, et je me disais que ce serait un match à sens unique puisque Aaron jouait très, très bien. J’ignore si un quart a été davantage en contrôle de ses moyens qu’Aaron au cours des huit dernières semaines du calendrier.

« Aaron a indubitablement été le meilleur. Personnellement, j’ai toujours pris des risques, en lançant de longues passes, peu importe comment vous les appelez. Aaron me ressemble à ce niveau-là. Mais la principale différence, c’est qu’il ne commet pas de revirement, qu’il ne provoque pas des interceptions », a-t-il poursuivi.

Favre, qui s’est exprimé dans le cadre d’une émission qu’il coanime sur la chaîne SiriusXM NFL Radio, a vu neiger avant aujourd’hui.

Tout comme Brady, qui dispute sa 21e saison dans la NFL et qui en sera à son 10e Super Bowl, après en avoir déjà remporté six. Favre s’est déjà retrouvé dans la position de Mahomes. En janvier 1998, alors qu’il était une étoile montante du circuit qui venait de gagner le Super Bowl, il s’est retrouvé contre le vétéran John Elway.

« Mon style de jeu, au début de ma carrière, ressemblait beaucoup à celui de John Elway : un bras puissant, de la mobilité, du leadership et bien d’autres choses semblables, s’est souvenu Favre. J’étais très fier de cela, et nous en avons discuté ensemble.

« Mais c’est très différent cette fois-ci, avec la pandémie, l’attention médiatique et tout cela. Je suis certain que Patrick a été questionné sans relâche à ce sujet : “C’est comment d’affronter Tom Brady au Super Bowl ? Comment te sentiras-tu s’il gagne un autre Super Bowl ?” Je suis certain que Patrick a bien géré la situation. »

« Ç’avait été comme ça aussi à l’époque : “John est passé près tellement de fois auparavant, et ce sera peut-être sa dernière occasion, comment abordes-tu ce match Brett ?”» s’est-il souvenu.

« Ne vous méprenez pas, je voulais gagner ce match. Et j’ai été déçu d’avoir perdu ce match, pour être honnête avec vous », a-t-il conclu.