Manon Rhéaume veut inciter les jeunes à rêver

Grâce à la contribution d’Angie Bullaro, Rhéaume est la vedette d’un livre illustré d’une trentaine de pages destiné aux enfants âgés de 4 à 8 ans.
Photo: Mike Musco / HO / La Presse canadienne Grâce à la contribution d’Angie Bullaro, Rhéaume est la vedette d’un livre illustré d’une trentaine de pages destiné aux enfants âgés de 4 à 8 ans.

Depuis quelques années maintenant, Manon Rhéaume consacre une bonne partie de son quotidien à redonner à un sport dont elle était déjà passionnée lorsqu’elle fréquentait l’école primaire, et qui lui a valu d’écrire une page d’histoire sans précédent et jamais reproduite dans la LNH, il y a de cela presque 30 ans. Ce chapitre incomparable de sa vie continue de susciter l’intérêt, et est dorénavant orienté vers un objectif qui dépasse largement les rampes d’une patinoire de hockey.

Grâce à la contribution d’Angie Bullaro, une actrice et autrice américaine avec laquelle elle a bâti de solides liens d’amitié au fil des cinq dernières années, Rhéaume est la vedette d’un livre illustré d’une trentaine de pages destiné aux enfants âgés de 4 à 8 ans intitulé Breaking the Ice, paru le 20 octobre aux États-Unis.

Une traduction en français ne pouvait faire autrement que suivre, et c’est hier qu’a eu lieu, au Québec, le lancement de Briser la glace.

À l’aide de courts paragraphes écrits par Bullaro et de dessins issus des crayons de l’illustrateur américain C.F. Payne, très réputé aux États-Unis, le livre relate le tracé de Rhéaume jusqu’à sa participation à une partie préparatoire avec le Lightning de Tampa Bay, le 23 septembre 1992.

Le livre ne néglige pas, non plus, son autre fait d’armes historique réalisé quelque dix mois plus tôt, lorsqu’elle est devenue la première femme à garder les buts lors d’un match régulier de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, avec les Draveurs de Trois-Rivières.

Mais s’il sert à rappeler que le hockey est dorénavant accessible à la gent féminine à bien des niveaux — Rhéaume occupe d’ailleurs les fonctions d’entraîneuse d’une équipe de filles de 12 ans et moins et de coordonnatrice du volet féminin du programme Little Caesar’s dans la région de Detroit, où elle est établie —, le livre veut aussi pousser les tout-petits à poursuivre leurs rêves, aussi fous soient-ils.

« Tous les enfants aiment lire des livres illustrés, mais pour celui-ci, nous avons ciblé le groupe des 4 à 8 ans parce que les enfants sont à un âge où ils cherchent à connaître leur place dans le monde et à savoir ce qu’ils peuvent et ne peuvent pas faire », a expliqué Bullaro lors d’une entrevue avec La Presse canadienne, à laquelle a aussi participé Rhéaume.

« Nous voulions qu’ils prennent conscience qu’ils peuvent faire n’importe quoi, que rien ne les limite. Et c’est quelque chose de puissant, parce qu’il arrive tellement souvent que des gens nous disent que nous ne pouvons pas réaliser quelque chose à cause de notre genre, de notre origine ethnique, de notre orientation sexuelle, de nos antécédents ou de notre situation financière. L’histoire de Manon prouve que vous pouvez accomplir n’importe quoi si vous travaillez vraiment fort, que vous n’abandonnez jamais et que vous croyez en vous », enchaîne-t-elle.

C’est une philosophie que partage totalement Rhéaume, bien évidemment, elle qui a résisté aux remarques négatives pour simplement pratiquer, au plus haut niveau possible, un sport qu’elle aime tant. Elle transmet d’ailleurs ce message dans la postface du livre, qu’elle signe.

« Quand je repense à ce que j’ai accompli, ce dont je suis la plus fière est le fait que mon histoire ait inspiré les gens. Le meilleur conseil que je puisse donner est d’aller au bout de ses rêves, peu importent les obstacles ou les chances de réussite, et de ne pas se laisser arrêter par un “non”. Avec des efforts et de la passion, on peut faire tout ce dont on a envie. »

Les parents de Rhéaume ont bien sûr eu droit à une copie de la version anglophone du livre, et ils ont été emballés par le produit fini, a confié Manon. On peut supposer qu’ils trouveront une place dans la bibliothèque pour son pendant francophone.

Et c’est tout à fait normal, car ce livre, c’est peut-être un peu, aussi, un message de remerciements de la jeune dame à sa mère et à son père.

« Sans mes parents, sans leur soutien, jamais je n’aurais pu me rendre jusqu’où je me suis rendue. C’est la même chose pour mon frère [Pascal], qui a joué dans la Ligue nationale. Mes parents ont tout donné pour nous et le sport. Ils étaient à tous les entraînements, les matchs, les tournois. Ils ont toujours été là pour nous. »

Ce livre est le premier projet de Bullaro portant sur Rhéaume à officiellement voir le jour. Mais il n’est pas le premier à se retrouver sur la planche à dessins. Depuis environ cinq ans, Bullaro travaille sur un film relatant le fameux moment où Rhéaume s’est retrouvée devant le filet du Lightning pour ce match préparatoire.

La vedette en sera… Bullaro, dans le rôle de Rhéaume, ce qui n’a rien de bien étonnant quand on constate à quel point les deux dames se ressemblent sur les plans physique et physionomique.

Si tout va bien, le tournage aura lieu au cours de l’été, possiblement au Canada — Toronto et Vancouver sont deux villes candidates —, avec l’objectif de sortir le film en 2022, a précisé Bullaro.

À voir en vidéo