Les organisateurs des Jeux de Tokyo répètent qu’ils auront lieu

Yoshiro Mori a été le principal défenseur depuis plusieurs semaines de la présentation des JO au Japon.
Photo: Kazuhiro Nogi Pool via Agence France-Presse Yoshiro Mori a été le principal défenseur depuis plusieurs semaines de la présentation des JO au Japon.

Le président du comité organisateur des Jeux olympiques de Tokyo a servi un message simple aux autres membres du parti libéral démocrate au pouvoir au Japon.

Les jeux auront lieu.

« Quelle que soit la situation avec le coronavirus, nous organiserons les jeux, a affirmé aux législateurs Yoshiro Mori, qui est également un ancien premier ministre japonais. Nous ne devrions pas discuter de la question à savoir si nous organiserons les jeux ou non, mais plutôt discuter de la manière dont nous devrions les organiser. »

Mori a été le principal défenseur depuis plusieurs semaines de la présentation des JO au Japon, soutenu en Suisse par le président du Comité international olympique Thomas Bach alors que des informations circulaient selon lesquelles les Jeux olympiques pourraient être annulés.

Le CIO les a vigoureusement démenties et juré que les Jeux olympiques s’ouvriront le 23 juillet avec 11 000 athlètes et des dizaines de milliers de juges, officiels, membres des médias, diffuseurs, commanditaires et autres dignitaires. Les Jeux paralympiques suivront le 24 août avec 4400 athlètes.

Une décision au sujet de la présence des spectateurs sur les sites doit être prise au printemps, mais il semble probable que les partisans de l’étranger seront exclus.

Des sondages récents montrent qu’environ 80 pour cent du public japonais pense que les jeux devraient être — ou seront — annulés ou reportés à nouveau. Les organisateurs doivent les convaincre que les Jeux olympiques auront lieu et seront sécuritaires dans un pays qui a mieux contrôlé la COVID-19 que la plupart des autres.

Le premier ministre Yoshihide Suga a prolongé, mardi, d’un mois l’état d’urgence pour Tokyo et neuf préfectures. L’ordonnance initiale est entrée en vigueur le 7 janvier lors d’une forte augmentation du nombre de nouveaux cas. Les cas sont en baisse, mais les prochains Jeux olympiques ne laissent aucune marge d’erreur.

« Le plus gros problème est la façon dont les Japonais voient les Jeux olympiques maintenant, a reconnu Mori. Et deuxièmement, comment nous devrions procéder avec les préparatifs des jeux tout en combattant le coronavirus. Ces deux points sont nos principaux objectifs. »

Mercredi, les organisateurs de Tokyo et le CIO vont dévoiler leur plan stratégique. Il s’agit des règlements détaillés pour les athlètes, les officiels, les membres de fédérations internationales et autres qui expliquent ce qu’il faut faire avant de quitter la maison. Ils détailleront les tests au Japon, la fréquence des tests, les règles de distanciation physique et des règles de conduite strictes jusqu’au départ du Japon.

Mori a également défendu le relais de la flamme, qui doit se mettre en branle le 25 mars dans le nord du Japon et sillonnera le pays pendant quatre mois avec 10 000 coureurs avec Tokyo comme destination finale. Il a été très tôt question d’annuler l’événement, mais un important parrainage de Coca-Cola et de Toyota a rendu cela difficile.

« Fondamentalement, raccourcir — comme passer de trois jours à deux jours, ou un jour, est hors de question, a dit Mori. Ce que je dis, c’est que nous visons à trouver un moyen d’éviter un contact étroit (pendant l’événement). »

La ministre olympique Seiko Hashimoto, ancienne olympienne et médaillée de bronze, a affirmé que les athlètes sont pris au milieu. La plupart participent à une seule édition des JO et sont maintenant distraits par les rumeurs d’annulation.

« Les athlètes sont dans des conditions mentalement difficiles, se demandant si c’est normal, a-t-elle dit. Le gouvernement doit s’assurer d’éliminer ces préoccupations pour les athlètes. »

À voir en vidéo