Maciocia entend profiter du marché des joueurs autonomes

Le directeur général des Alouettes, Danny Maciocia (à droite), en compagnie du président de l’équipe, Mario Cecchini (à gauche) et du copropriétaire, Gary Stern (au centre), lors d’une conférence de presse à Montréal en 2020
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Le directeur général des Alouettes, Danny Maciocia (à droite), en compagnie du président de l’équipe, Mario Cecchini (à gauche) et du copropriétaire, Gary Stern (au centre), lors d’une conférence de presse à Montréal en 2020

Danny Maciocia a une liste d’emplettes bien précise en vue du marché des joueurs autonomes de la Ligue canadienne de football, qui s’ouvrira sur le coup de midi le 9 février.

« Quand on regarde l’équipe actuelle, on voit qu’on a un peu de travail à faire du côté défensif, a indiqué le directeur général des Alouettes de Montréal. C’est là où je vais regarder quelques joueurs qui sont disponibles sur le marché. »

« Il ne faut pas oublier qu’en plus des joueurs autonomes, il y a des joueurs évoluant aux États-Unis qu’on peut mettre sous contrat et que, si on peut les convaincre de venir chez nous, ils pourraient avoir un impact assez immédiat. Mais assurément, c’est du côté défensif que je passe le plus clair de mes heures », a-t-il ajouté.

Le magasinage de Maciocia dépendra aussi de l’allure des discussions avec le secondeur canadien Henoc Muamba. Les négociations ont été entamées avec lui, mais le décès de son agent, Jonathon Hardaway, à la mi-janvier a drôlement ralenti le dossier.

Quand on regarde l’équipe actuelle, on voit qu’on a un peu de travail à faire du côté défensif

 

« Nous échangions beaucoup et, à un certain moment, mes textos n’obtenaient plus de réponse, a raconté Maciocia. Quand j’ai finalement appris la nouvelle, ça m’a jeté par terre. J’ai dû aller faire une bonne marche pour me ressaisir.

« Henoc est maintenant représenté par son frère Cauchy. Nous nous sommes parlé la semaine dernière. J’ai une très bonne relation avec Henoc. Je lui ai même donné la permission, avant l’ouverture du marché, de tâter le terrain auprès d’autres formations de la LCF, tout en lui demandant de revenir vers moi s’il reçoit une offre. Je n’ai pas obtenu de ses nouvelles depuis.

« Son agent sait ce que nous sommes prêts à lui offrir, mais nous ne pouvons pas geler cet argent indéfiniment. […] Au bon prix, nous considérerions sérieusement à le ramener. »

Des directives claires

Le prix est important, car le directeur général doit respecter le budget qui lui a été accordé par son président, Mario Cecchini, et les nouveaux propriétaires du club de football montréalais, Gary Stern et Sid Spiegel. À cet effet, il n’a pas voulu préciser si les Alouettes allaient se tenir près du plancher salarial de la LCF, de 4,75 millions, imposé par la convention collective. Il a toutefois assuré que sa masse salariale ne serait pas au plafond de 5,35 millions.

Maciocia a par ailleurs indiqué que la haute direction du club est au courant de tous les contrats qu’il a offerts jusqu’ici et qu’elle sait exactement quelles sommes sont dépensées par les opérations de football.

Par ailleurs, Maciocia a bon espoir de pouvoir entreprendre le camp d’entraînement le 10 mai prochain, tel que prévu. Il ignore toutefois quand la ligue demandera aux joueurs américains de franchir la frontière afin de pouvoir respecter la quarantaine et de poursuivre leur entraînement.

« C’est justement la question que j’ai posée à la ligue ! Je n’ai pas de réponse présentement, mais c’est une question qui, selon moi, est d’actualité pour les huit autres équipes aussi. J’espère avoir une réponse dans les prochaines semaines. »

Si tout va comme prévu, les Alouettes amorceront leur saison le 11 juin à Ottawa.

À voir en vidéo