Tampa fait contre mauvaise fortune bon coeur

Ce championnat devait être présenté à Los Angeles. Des retards dans la construction du stade devant accueillir l’événement ont toutefois obligé la NFL à regarder ailleurs. Le Raymond James Stadium a ainsi été choisi.
Photo: Chris O’meara Associated Press Ce championnat devait être présenté à Los Angeles. Des retards dans la construction du stade devant accueillir l’événement ont toutefois obligé la NFL à regarder ailleurs. Le Raymond James Stadium a ainsi été choisi.

Quatre Super Bowls ont été disputés à Tampa, dont pendant une guerre et des soubresauts de l’économie. Mais aucun n’a dû faire face aux défis que l’organisation du Super Bowl doit affronter en raison de la pandémie et de ses conséquences.

Les billets pour le match de dimanche sont limités à environ le tiers de la capacité du Raymond James Stadium. Il n’y aura pas de rassemblement avant la rencontre. Si tous les festivals et attractions attenants auront lieu, les masques et la distanciation sociale seront exigés. La plupart des joueurs qui y participeront le feront à distance.

Au Super Bowl de l’an dernier, présenté à Miami avant la pandémie, il a été estimé que 572 millions de dollars américains ont été dépensés dans les trois principaux comtés du sud de la Floride, selon le comité organisateur. Cette année, la région de la baie de Tampa ne générera pas la moitié de cette somme, a indiqué Sean Snaith, directeur de l’Institut de prévision économique de l’Université Central Florida.

Il a précisé que les régions hôtesses du Super Bowl génèrent habituellement de 300 à 500 millions de dollars.

Par exemple, les événements importants des gros commanditaires seront limités, s’ils ont lieu. Les bars et les restaurants sont ouverts, mais avec des restrictions sur le nombre de clients, et l’accent est mis sur la distanciation sociale.

« Plusieurs des choses qui sont associées au Super Bowl n’auront pas lieu, a dit Snaith. Ça aura une incidence économique. »

Dans le comté d’Hillsborough par exemple, où Tampa est située, les rapports sur la taxe au développement touristique, prélevée sur les locations à court terme, comme les hôtels par exemple, montrent à quel point la région a été touchée pendant la pandémie.

Avant la pandémie, les rapports de janvier et février 2020 montraient une hausse des taxes collectées d’environ 30 % en comparaison avec la même période en 2019, selon les données du comté. Pendant la pandémie, ces taxes ont chuté de 49 % de mars à novembre 2020 par rapport à 2019.

Le comté d’Hillsborough a perdu au moins 11,1 millions de janvier à novembre 2020, peut-être davantage si on compare à la même période en 2019.

De l’autre côté de la baie, dans le comté de Pinellas, les chiffres ont pris la même tangente, alors que les pertes sont d’au moins 17,9 millions en taxes touristiques de janvier à novembre 2020.

Malgré tout, les dirigeants de la région demeurent positifs pour ce championnat qui devait initialement être présenté à Los Angeles. Des retards dans la construction du stade devant accueillir l’événement ont toutefois obligé la NFL à regarder ailleurs. Los Angeles accueillera le Super Bowl l’an prochain.

« Une occasion marketing incomparable »

Les régions sont très heureuses du fait que les Buccaneers de Tampa Bay et le quart Tom Brady, à sa première saison avec le club, seront du match contre les champions en titre, les Chiefs de Kansas City, et leur jeune quart Patrick Mahomes. Les ventes d’articles à l’effigie de l’équipe vont bon train.

Les dirigeants estiment aussi qu’il est difficile de mettre un prix sur la publicité qu’engendrera le Super Bowl pour la région, ses plages et ses attractions. Disney et les autres parcs à thème d’Orlando ne sont pas loin non plus.

Rob Higgins, président du comité d’accueil du Super Bowl, a déclaré que la région considère le Super Bowl comme une occasion marketing incomparable.

Il souligne que l’événement fera en sorte de provoquer le plus haut taux d’occupation hôtelière depuis le début de la pandémie dans la région — certains estiment que 100 000 nuits d’hôtel seront louées cette semaine — et que les vols vers Tampa commencent à se remplir.

« C’est une occasion de raconter notre histoire, a dit Higgins, qui a noté que, la dernière fois que le Super Bowl a été présenté à Tampa, en 2009, c’était pendant une récession. C’est une plateforme pour montrer où en est notre communauté. »

Accueillir un Super Bowl est tout de même coûteux. Les gouvernements locaux et des organismes comme Visit Tampa Bay dépenseraient au moins 7,5 millions de dollars en promotion, sans compter les services échangés.

Sur le plan sportif, l’année a été étrange pour les équipes de la région de Tampa, même si elle a été remplie de succès.

Le Lightning de la Ligue nationale de hockey a d’abord remporté la Coupe Stanley, mais aucun de ses matchs n’a été présenté à Tampa, puisque la finale a été disputée dans la bulle d’Edmonton, en Alberta.

Les Rays ont ensuite atteint la Série mondiale, où ils se sont inclinés devant les Dodgers de Los Angeles. Mais ces rencontres ont eu lieu à Arlington, au Texas.

Ajoutez à cela que les Raptors de Toronto disputent leurs matchs locaux à l’Amalie Arena en raison de la fermeture de la frontière canadienne. Mais encore une fois, comme les partisans n’y sont pas permis, personne n’est témoin de leurs exploits.

Brady et des Bucs pourront mettre fin à cette séquence. C’est d’ailleurs la première fois qu’une équipe participe au Super Bowl dans son propre stade en 55 ans d’histoire.

Voilà autant d’occasions économiques perdues.

Avec la collaboration d’Anila Yoganathan

À voir en vidéo