La Québécoise Laurie Blouin se qualifie pour la finale à Laax

La semaine dernière, Blouin avait fini 16e et n’avait pu franchir les qualifications de l’épreuve de grand saut à la Coupe du monde de Kreischberg, en Autriche.
Photo: Dave Chidley La Presse canadienne La semaine dernière, Blouin avait fini 16e et n’avait pu franchir les qualifications de l’épreuve de grand saut à la Coupe du monde de Kreischberg, en Autriche.

La Québécoise Laurie Blouin a poussé un soupir de soulagement après s’être qualifiée pour la finale de l’épreuve de slopestyle à l’Omnium de Laax, mercredi. Blouin, de Stoneham-et-Tewksbury, a fini quatrième des qualifications avec 74,48 points. La semaine dernière, Blouin avait fini 16e et n’avait pu franchir les qualifications de l’épreuve de grand saut à la Coupe du monde de Kreischberg, en Autriche.

« Ç’a fait du bien ; Kreischberg, c’était notre première compétition en six ou sept mois, je pense, a confié Blouin en visioconférence. C’était un peu bizarre [là-bas], parce que je devais retrouver les sensations de la compétition et je crois que ça m’a joué un peu dans la tête.»

Un boost

« Puis, en Suisse, je me suis parlé et j’ai discuté avec ma psychologue sportive et ç’a vraiment aidé. J’étais vraiment contente d’atterrir mes deux sauts aujourd’hui ; ça m’a donné un boost pour la suite », a poursuivi la principale intéressée.

L’Américaine Jamie Anderson a dominé la séance avec 83,60 points, suivie de la Néo-Zélandaise Zoi Sadowski Synnott (81,26) et la Japonaise Kokomo Kurase (76,93).

Les Canadiennes Brooke Voigt et Jasmine Baird ont abouti aux 12e et 16e échelons, respectivement. Seules les huit premières planchistes ont accédé à la finale de slopestyle, qui aura lieu vendredi. Blouin compte d’ailleurs réserver quelques surprises pour cet événement.

Changements dans la routine

« J’ai deux scénarios en tête, mais je dois en parler à mon entraîneur. C’est sûr que j’aimerais réussir mon saut « frontside 1880 double-cork » en slopestyle, ce que je n’ai jamais fait, mais pour y parvenir, il faut que je procède à de nombreux changements dans ma routine, a-t-elle confié. Tout ça va dépendre du temps de pratique dont je disposerai avant la finale. »

Blouin compte ainsi se servir de cette compétition comme tremplin en vue des X Games d’Aspen, qui se dérouleront du 29 au 31 janvier.

« C’est sûr, mais peu importe le résultat [vendredi], je vais simplement être encore plus affamée en vue des X Games », a précisé celle qui quittera la Suisse le 24 janvier.

Blouin, la médaillée d’argent en slopestyle aux Jeux olympiques de Pyeongchang en 2018, disputait sa première épreuve dans cette discipline sur le circuit de la Coupe du monde depuis sa victoire acquise à Calgary le 16 février 2020.

Beaucoup de confusion persistait autour de l’équipe canadienne de surf des neiges en début de semaine. Mardi, Snowboard Canada a annoncé que l’équipe masculine de surf des neiges s’est absentée des qualifications de l’épreuve de slopestyle puisque deux de leurs membres ont reçu des diagnostics positifs à la COVID-19.

Les planchistes Maxence Parrot, Sébastien Toutant, Mark McMorris, Tyler Nicholson, Liam Brearley et Cameron Spalding ont donc tous dû se retirer de la compétition mardi.

Selon Blouin, Brearley et le vidéaste qui suit McMorris ont reçu des diagnostics positifs. Cela signifie que l’Ontarien âgé de 18 ans devra demeurer en confinement pour 10 jours dans sa chambre d’hôtel en Suisse — une conséquence qui n’affectera toutefois pas son calendrier de compétitions, puisqu’il ne devait pas participer aux X Games d’Aspen.

Situation sanitaire

Par ailleurs, Blouin a mentionné que l’équipe féminine a voyagé avec l’équipe masculine de Kreischberg vers Laax, et elle a accepté de discuter de la situation sanitaire qui prévaut là-bas depuis 48 heures.

« Les gars ne sont plus en quarantaine. Ils ont reçu la nouvelle des deux cas positifs à la dernière minute avant les qualifications [mardi], et en conséquence, l’organisation a pris la décision d’écarter l’équipe entière, a expliqué Blouin. Nous, les filles, on a dû répondre aux questions pour l’opération de recherche de contacts avant de recevoir le feu vert [mercredi] matin. »

« C’était vraiment un concours de circonstances », a-t-elle ajouté, en soulignant que son prochain test de dépistage de la COVID-19 aura lieu d’ici 48 heures, au maximum.