Le Kremlin soulagé que les athlètes russes soient exempts de sanctions

Les équipes russes ne pourront participer aux Jeux olympiques de Tokyo l’été prochain et à ceux de Pékin à l’hiver 2022 sous leur nom habituel, mais le nom de Russie apparaîtra sur leurs uniformes aux couleurs du drapeau du pays.
Photo: David J. Phillip Associated Press Les équipes russes ne pourront participer aux Jeux olympiques de Tokyo l’été prochain et à ceux de Pékin à l’hiver 2022 sous leur nom habituel, mais le nom de Russie apparaîtra sur leurs uniformes aux couleurs du drapeau du pays.

Le Kremlin a exprimé des remords vendredi à propos de la décision d’interdire à la Russie le droit d’utiliser son nom, son drapeau et son hymne national lors des deux prochaines éditions des Jeux olympiques, mais a souligné que celle-ci permettra tout de même aux athlètes du pays de participer aux compétitions.

Le Tribunal arbitral du Sport a tranché et réduit de quatre à deux ans la durée des sanctions imposées au pays de Vladimir Poutine. De plus, la Russie demeure en plein contrôle de son programme sportif, et les athlètes soupçonnés d’avoir profité du système de dissimulation des cas de dopage ne seront pas punis.

Les dirigeants sportifs russes jubilent, car la décision signifie que les nouvelles sanctions sont moins sévères que les précédentes.

« Certes, nous regrettons la décision, et, bien sûr, nous l’abordons de manière négative, a évoqué Dmitry Peskov, le porte-parole de Poutine, lors d’une conférence téléphonique. Mais, en même temps, comme l’ont déjà souligné nos dirigeants sportifs, le plus important, c’est que nos athlètes puissent participer aux compétitions internationales, ce qui leur permettra de maintenir leur calibre et leur condition physique. »

Les équipes russes ne pourront participer aux Jeux olympiques de Tokyo l’été prochain et à ceux de Pékin à l’hiver 2022 sous leur nom habituel, mais le nom de Russie apparaîtra sur leurs uniformes aux couleurs du drapeau du pays.

L’Agence mondiale antidopage souhaitait que les athlètes démontrent qu’ils n’ont pas pris part au système de dissimulation des cas de dopage au laboratoire de Moscou avant d’obtenir le feu vert pour participer aux Jeux olympiques, aux Jeux paralympiques et aux Championnats du monde. La Russie a rétorqué qu’il s’agissait d’un châtiment collectif injuste.

Peskov a souligné que la Russie continuera de travailler étroitement avec les organisations sportives internationales.

« Quant aux autres questions, nous avons l’intention de continuer à travailler étroitement avec les organisations sportives internationales, a-t-il confié. Nous maintiendrons le dialogue, nous continuerons à défendre nos intérêts par tous les moyens envisageables, et nous continuerons de lutter contre le dopage sportif, qui a été décrit comme étant un véritable fléau par le président de la Fédération russe [Poutine]. »