Dopage en Russie: une décision sera prise d’ici la fin de 2020, annonce le TAS

Les sanctions demandées par l’AMA incluent l’interdiction du drapeau, de l’hymne national et du nom de l’équipe de la Russie aux Jeux olympiques de Tokyo l’année prochaine, aux Jeux d’hiver de Pékin en 2022 et à d’autres événements majeurs organisés par des sports et des organisations adhérant au code mondial antidopage.
Photo: Jae C. Hong Associated Press Les sanctions demandées par l’AMA incluent l’interdiction du drapeau, de l’hymne national et du nom de l’équipe de la Russie aux Jeux olympiques de Tokyo l’année prochaine, aux Jeux d’hiver de Pékin en 2022 et à d’autres événements majeurs organisés par des sports et des organisations adhérant au code mondial antidopage.

Une décision dans une procédure historique qui pourrait priver la Russie de son identité aux Jeux olympiques devrait venir d’ici deux mois, a indiqué le Tribunal arbitral du sport jeudi.

Après une audience de quatre jours, le TAS a indiqué qu’il s’attend à ce qu’un comité de trois juges rende une décision qui sera « annoncée aux parties d’ici la fin de l’année ».

Le TAS a révélé que le différend entre l’Agence mondiale antidopage (AMA) et sa filiale russe, connue sous le nom de Rusada, avait été entendu dans un lieu non divulgué à Lausanne, certaines parties, dont les trois juges, se joignant par liaison vidéo.

« L’AMA est satisfaite de la manière dont nous avons présenté le dossier, et nous avons hâte d’entendre la décision du comité », a évoqué le président de l’organisation, Witold Banka, par voie de communiqué.

Au cœur de l’affaire, la base de données du laboratoire antidopage de Moscou, qui a longtemps été scellée par les autorités de l’État russe avant d’être remise aux enquêteurs de l’AMA l’année dernière. Les données ont été effacées, modifiées et ajoutées.

L’agence antidopage russe n’a pas accepté d’être déclarée non conforme en décembre dernier ni accepté une liste de sanctions proposées par le comité exécutif de l’AMA.

Les sanctions demandées par l’AMA incluent l’interdiction du drapeau, de l’hymne national et du nom de l’équipe de la Russie aux Jeux olympiques de Tokyo l’année prochaine, aux Jeux d’hiver de Pékin en 2022 et à d’autres événements majeurs organisés par des sports et des organisations adhérant au code mondial antidopage.

L’AMA a utilisé la base de données et la réserve d’échantillons d’athlètes du laboratoire de Moscou pour demander la fermeture après des années d’allégations, de dénégations et de différends juridiques concernant le dopage orchestré par l’État.

Les responsables russes ont nié les actes répréhensibles et ont blâmé un complot occidental visant à empêcher les athlètes russes de participer à des événements sportifs majeurs.

À voir en vidéo