L’Impact est conscient de l’enjeu à Vancouver, mais il ne changera pas sa façon de jouer

Les Whitecaps et l'Impact se retrouveront mercredi au BC Place Stadium de Vancouver. 
Photo: Jonathan Hayward La Presse canadienne Les Whitecaps et l'Impact se retrouveront mercredi au BC Place Stadium de Vancouver. 

Oubliez tous les scénarios ; ils sont inutiles. Si l’Impact de Montréal veut accéder à la finale du Championnat canadien, il devra vaincre les Whitecaps de Vancouver mercredi soir. Point. C’est le message qu’a envoyé l’entraîneur-chef de l’Impact, Thierry Henry, à ses joueurs.

« Jouer vers l’avant ou pas jouer vers l’avant. Gagner 1-0 ou gagner 4-2. Tu joues pour gagner. Pour moi, personnellement, ça ne change rien. Il faut essayer de gagner ce match et voir ce qui va se passer après. 1-0, c’est une victoire. Nous, on joue pour essayer de gagner », a martelé Henry en visioconférence mardi.

Un carton rouge

Le Français sera cependant privé d’un de ses éléments-clés en milieu de terrain, puisque Emanuel Maciel a écopé d’un carton rouge lors du dernier match contre les Whitecaps.

En raison de cette faute, l’Argentin a empêché le onze montréalais de profiter de l’avantage d’un homme dimanche soir dernier contre les Whitecaps. Il privera aussi son équipe de stabilité au milieu du terrain mercredi, et Henry a indiqué qu’il ignore toujours qui le remplacera sur le terrain.

« C’est vrai que “Manny” est en train de devenir un joueur important pour nous. On va essayer des trucs cet après-midi à l’entraînement pour voir comment ça fonctionne et voir comment on peut évoluer. On va essayer de gérer ; on ne peut prévoir une blessure, ni un carton rouge. Ça arrive », a reconnu l’entraîneur-chef des Montréalais.

Pour sa part, le défenseur Zachary Brault-Guillard a souligné que les qualités de Maciel manqueront à l’équipe montréalaise contre la formation du Montréalais Marc Dos Santos.

Une erreur

« Son aspect technique et sa vision du jeu [nous manqueront], a-t-il reconnu. Il est très porté vers l’avant, fait bien autant offensivement que défensivement, et il a une très bonne qualité de passe. Ça va nous manquer, mais voilà, il a fait une erreur et il va falloir le remplacer. »

Cependant, en l’absence de Maciel, le capitaine de l’Impact, Jukka Raitala, a déclaré qu’il ne s’attendait pas à voir Henry changer la philosophie de l’équipe.

« Depuis que Thierry nous dirige, je crois que nous sommes portés vers l’attaque, que nous voulons marquer des buts et jouer du soccer divertissant, a évoqué Raitala. Évidemment, si nous menons en fin de partie, il faudra jouer de manière intelligente, mais si nous marquons le premier but, alors nous voudrons en marquer un deuxième, puis un troisième… On ne peut aborder ce match en se disant qu’il faut gagner ce match 1-0. Il faudra marquer le plus de buts possible. »

Depuis que Thierry nous dirige, je crois que nous sommes portés vers l’attaque, que nous voulons marquer des buts et jouer du soccer divertissant

 

Des excuses bien accueillies par Raitala

Les esprits se sont échauffés lors du dernier match, et Maciel n’a pas été le seul à se faire montrer la sortie.

Du côté des Whitecaps, l’attaquant Lucas Cavallini a écopé d’un carton rouge pour avoir touché le gardien Clément Diop au visage avec son pied, avant d’avoir une altercation avec le défenseur montréalais Luis Binks.

Il s’est cependant excusé sur Twitter mardi pour son geste. Ce qui a été bien accueilli de la part de Raitala.

« C’est toujours bien de s’excuser pour un geste qu’on regrette. Vous savez, parfois sur le terrain un joueur peut être frustré, fâché par la tournure des événements. Il a écopé d’un carton rouge, qu’il méritait, et je suis satisfait qu’il se soit excusé. Ça fait partie du jeu », a dit le Finlandais.

Henry ne s’attend donc pas à d’autres représailles des Whitecaps mercredi, même si les esprits se sont échauffés lors du dernier match. Il n’a d’ailleurs pas voulu jeter de l’huile sur le feu.

« Je n’embarque pas dans ce genre de débat. C’est une équipe qui a son style de jeu ; le match sera difficile — ce n’est jamais facile de battre une équipe comme ça, deux fois en trois jours. Il va falloir être vigilants et faire ce qu’on a à faire », a-t-il conclu.

À voir en vidéo