Le Québécois Hugo Houle termine 11e à la 7e étape du Tour de France

Le Belge Wout Van Aert a remporté vendredi la septième étape, sa deuxième victoire de la présente Grande Boucle.
Photo: Benoit Tessier Associated Press Le Belge Wout Van Aert a remporté vendredi la septième étape, sa deuxième victoire de la présente Grande Boucle.

La journée la plus endiablée jusqu’ici sur le Tour de France 2020 a couronné plusieurs gagnants.

Le Belge Wout Van Aert a remporté vendredi la septième étape, sa deuxième victoire de la présente Grande Boucle. Le Québécois Hugo Houle a terminé 11e.

Champion en titre, Egan Bernal et d’autres candidats de premier plan ont porté un grand coup aux espoirs de leurs principaux rivaux en les distançant dans la rapide portion menant au fil d’arrivée.

Ça a été une journée très difficile. Nous n’avons jamais vraiment pu relâcher la cadence.

 

Le triple champion du monde Peter Sagan s’est quant à lui de nouveau emparé du maillot vert, remis au coureur amassant le plus de points dans les sprints. Le Britannique Adam Yates, neuvième, a de son côté su éviter les pièges pour conserver le maillot jaune.

« Ça a été une journée très difficile, a dit Yates. Nous n’avons jamais vraiment pu relâcher la cadence. »

Van Aert, de l’équipe Jumbo-Visma, a franchi la distance en 3 heures, 32 minutes et 3 secondes (3:32:03). Il a devancé au sprint le Norvégien Edvald Boasson Hagen et le Français Bryan Coquard.

Houle, de l’équipe Astana, a terminé dans le même temps, comme l’ont fait les 41 premiers cyclistes à franchir le fil d’arrivée de cette étape.

Rythme infernal

Après deux étapes plutôt tranquilles, ces 168 kilomètres dans le sud-ouest de la France entre Millau et Lavaur semblaient aussi ternes sur papier. Mais ils ont offert un électrochoc avant les épreuves du week-end dans les Pyrénées.

Les coéquipiers de Sagan chez Bora-Hansgrohe ont établi un rythme si relevé dès le départ qu’Emanuel Buchmann a même établi un nouveau record de vitesse en atteignant 96 km/h. Plusieurs des adversaires de Sagan n’ont tout simplement pas pu suivre ce rythme infernal.

Je suis très fier de cette victoire. Dès le départ, c’était à fond de train.

 

Parmi ceux-là se trouvent Alexander Kristoff, vainqueur de la première étape, et Caleb Ewan, qui a gagné la troisième. Sam Bennett a aussi été largué. Ce dernier a amorcé l’épreuve vêtu du maillot que convoite Sagan. Ce dernier a déjà remporté sept fois le classement des sprinters au Tour de France et il vise un huitième sacre le 20 septembre, à Paris.

Il a gagné suffisamment de points aux sprints de mi-parcours et de fin de parcours pour soutirer le maillot à Bennett. Il aurait pu en récolter davantage si sa chaîne ne s’était pas coincée alors qu’il approchait du fil d’arrivée. Il a terminé en 13e place, une mince récompense pour tout le travail accompli par ses coéquipiers pendant plus de trois heures.

« Ils ont fait un travail extraordinaire, a louangé Sagan. Je n’ai pas eu de chance au sprint, puisque ma chaîne s’est retrouvée légèrement bloquée. »

Van Aert, aussi vainqueur de la cinquième étape, a été intraitable dans le dernier droit.

« Je suis très fier de cette victoire. Dès le départ, c’était à fond de train. »

Au classement général, Yates (Scott) détient une avance de trois secondes seulement sur le Slovène Primoz Roglic (Jumbo-Vista) et de neuf secondes sur Guillaume Martin, de Cofidis.

Roglic et Martin ont aussi terminé dans le peloton de tête.

Houle vient au 67e rang, à 37:18 de Yates.

À voir en vidéo