Deux nouveaux Grands Prix en F1

En piste, à Spielberg, le pilote Red Bull Max Verstappen a devancé la Mercedes du Finlandais Valtteri Bottas et les deux Racing Point.
Photo: Leonhard Foeger Agence France-Presse En piste, à Spielberg, le pilote Red Bull Max Verstappen a devancé la Mercedes du Finlandais Valtteri Bottas et les deux Racing Point.

Le calendrier 2020 de la F1 s’est étoffé vendredi de deux Grands Prix supplémentaires, en Italie et en Russie, une nouvelle qui a été officialisée en marge du Grand Prix de Styrie, en Autriche.

Avec les GP de Toscane le 13 septembre au Mugello, sur les terres de Ferrari, et de Russie le 27 à Sotchi, la saison a désormais dix dates. « D’autres seront annoncées dans les semaines à venir », promet le promoteur du championnat, Formula One.

L’objectif d’organiser entre 15 et 18 courses, contre 22 initialement, d’ici la clôture à Abou Dhabi mi-décembre est maintenu. « Nous avons de plus en plus confiance en notre projet de courir jusqu’à la fin de l’année », assure le p.-d.g. de la F1, Chase Carey.

Aucun test positif

Les essais libres 3 sont programmés à 12 h (6 h au Québec) samedi, suivis des qualifications à 15 h (9 h au Québec), si toutefois la météo le permet : de fortes pluies sont attendues toute la journée et pourraient bouleverser ce programme.

Hors piste, la F1 et la Fédération internationale de l’automobile (FIA) ont publié les résultats des 4566 tests de dépistage de la COVID-19 réalisés dans le paddock entre vendredi dernier et jeudi. Aucun n’est revenu positif, comme c’était déjà le cas des 4032 tests réalisés la semaine précédente. Un bon point pour la catégorie reine du sport automobile, qui a obtenu de reprendre en pleine pandémie de coronavirus grâce à un protocole imposant notamment le huis clos et un dépistage obligatoire tous les cinq jours.

Si la manche russe était programmée avant la crise sanitaire qui a contraint la Formule 1 à remanier tout son calendrier, le GP de Toscane fait son entrée au championnat, qui n’est jamais passé par le Mugello, à 35 kilomètres de Florence.

Le circuit, très apprécié des pilotes et qui accueille notamment une manche du MotoGP, appartient à Ferrari. La Scuderia y célébrera le 1000e GP de son histoire.

À voir en vidéo

« Bonne direction »

« On va dans la bonne direction avec de plus en plus de courses », se félicite le directeur principal de l’écurie Alfa Romeo Racing, Frédéric Vasseur. Pas à pas, on construit un beau championnat. »

« On commence à avoir un calendrier substantiel. Ça devrait faire une belle saison, c’est bien pour nous, pour les fans et pour la F1 en général. Il faut pousser pour ajouter encore quelques courses et on sera bien », encourage aussi son homologue chez Haas, Guenther Steiner.

Les championnats de Formule 2 et Formule 3 courront également au Mugello aux mêmes dates. Pour la F3, ce sera l’ultime rendez-vous de la saison. La F2 doit encore confirmer ses dernières dates.

Parmi les pistes pour la suite en F1, des déplacements en Asie (Chine, Vietnam), dans les Amériques (Canada, États-Unis, Mexique, Brésil), puis au Moyen-Orient (Bahreïn, Abou Dhabi) ont été évoqués. Plusieurs circuits européens (Imola en Italie, Portimao au Portugal, Hockenheim en Allemagne) négocient, eux, pour entrer au calendrier.

La manche inaugurale de 2020, remportée par Bottas devant le Monégasque Charles Leclerc (Ferrari) et Norris, s’est tenue en Autriche, déjà sur le Red Bull Ring, la semaine dernière, avec plus de trois mois de retard.

La saison aurait dû débuter mi-mars à Melbourne, en Australie, mais le GP a été annulé juste avant la première séance d’essais libres après la découverte d’un cas de coronavirus dans le paddock.

Verstappen domine les essais

En piste, sur le Red Bull Ring de Spielberg, Verstappen a devancé la Mercedes du Finlandais Valtteri Bottas et les deux Racing Point. Sa Red Bull a toutefois semblé compliquée à manoeuvrer, le Néerlandais et son équipier thaïlandais Alexander Albon multipliant les frayeurs. « Mécontent » de sa voiture en essais libres 2, selon son écurie Mercedes, le Britannique Lewis Hamilton, en campagne pour égaler le record de sept titres mondiaux de Michael Schumacher, doit, lui, se contenter du sixième chrono. Son compatriote Lando Norris (McLaren), auteur de son premier podium dimanche dernier, a écopé d’une pénalité de trois places sur la grille de départ pour un dépassement interdit sous drapeau jaune.