Hockey Québec dévoile un plan de relance en six phases

Aucun contact physique ne sera toléré pendant les phases 1 à 5 du plan présenté par Hockey Québec.
Photo: iStock Aucun contact physique ne sera toléré pendant les phases 1 à 5 du plan présenté par Hockey Québec.

Hockey Québec est conscient que le parcours avant le retour à la normale pourrait être long, mais l’organisation espère que son plan permettra aux jeunes de retourner sur les patinoires avant la fin du déconfinement.

La fédération a dévoilé mardi un plan de relance en six phases, qui misera sur le développement des habiletés des jeunes.

« Je dis toujours qu’on ne peut pas préparer septembre en septembre ou août en août. Nous devons préparer notre calendrier en avance. Il y aura aussi des ajustements à faire dans les arénas pour s’assurer que tout est en place au niveau de la distanciation physique et des règles sanitaires », a expliqué le directeur général de Hockey Québec, Paul Ménard, lors d’un entretien avec La Presse canadienne.

« Nous croyons qu’il était bien de présenter le plan en avance, même si nous ne savons toujours pas quand les activités reprendront », a-t-il ajouté.

Chaque phase, d’une durée variable, possède son objectif spécifique qui mènera progressivement au retour au hockey avec des équipes complètes lors de la sixième et dernière phase.

Le plan, qui sera annexé au guide de Hockey Canada à titre de version provinciale, sera réévalué et ajusté selon l’évolution des connaissances et des mesures gouvernementales au fil du temps.

Ménard a toutefois espoir que les associations puissent commencer rapidement à appliquer le plan.

« À voir la manière dont le déconfinement se fait, nous voyons les choses évoluer pour tout ce qui se fait à l’extérieur. Nous nous attendons à des annonces bientôt là-dessus, pour ce qui se passe à l’extérieur, a noté Ménard. Notre première phase est à l’extérieur. Ensuite, pour ce qui est à l’intérieur, un aréna, c’est vaste.

« Le plan que nous avons présenté a été conçu en fonction de ce que nous connaissons maintenant et il répond au cadre de référence présenté par le ministère. »

La première phase sera composée d’entraînements supervisés extérieurs, puis la deuxième phase marquera le retour sur la patinoire et servira à l’ajustement des groupes et des équipes.

La troisième phase permettra la reprise des entraînements supervisés pour développer les habiletés individuelles.

Le jeu reprendra lors de la quatrième phase, avec des matchs à trois contre trois ou quatre contre quatre entre les équipes d’une même association.

Les matchs entre les équipes d’une association différente, mais de la même région pourront reprendre à compter de la cinquième phase. Toutes les activités des cinq premières phases sont faites dans un but récréatif et non compétitif.

La sixième phase marquera le retour au hockey avec des équipes complètes et la présentation des compétitions et des ligues normales.

Certains pourraient être déçus de la reprise des matchs seulement dans les dernières phases. Ménard dit avoir entendu des échos positifs et négatifs à ce sujet à la suite de l’annonce.

« Il y a des jeunes qui ont simplement le désir d’aller sur la glace et de pratiquer le hockey, a-t-il dit. Il y en a d’autres qui disent que du hockey en groupes réduits, ce n’est pas ce qu’ils veulent.

« Une chose qui était un défi pour nous, c’était de repousser tout ce qui concerne les matchs. Nous voulions vraiment mettre la priorité sur les entraînements. »

Des mesures sanitaires seront en vigueur. Le covoiturage sera interdit et les joueurs devront arriver à l’aréna déjà en uniforme. Seulement les patins et le casque pourront être mis dans un espace prévu à cette fin à l’intérieur de l’aréna. Les gardiens pourront aussi compléter l’installation de leur équipement à l’aréna.

Aucun contact physique ne sera toléré pendant les phases 1 à 5. Le port du masque sera obligatoire pour les entraîneurs derrière le banc des joueurs.

Aucune douche ne pourra être prise à l’aréna et les joueurs devront quitter les installations immédiatement après l’activité.

« Notre plan et nos consignes sanitaires ont été validés par notre conseiller médical, le docteur Michel Loyer, qui a donné énormément de conseils », a affirmé Ménard.

« Je crois qu’avec ce que nous avons mis en place, nous nous sommes bien positionnés au niveau du cadre de référence. Nous devrions être en mesure d’accueillir le retour du hockey. Quand ? Ça, je ne le sais pas plus que vous », a conclu Ménard.

À voir en vidéo