Le Canadien défait les Ducks 3-2 en prolongation

Jeff Petry a marqué le but vainqueur en prolongation. 
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Jeff Petry a marqué le but vainqueur en prolongation. 

Le Canadien a eu l’air par moments d’un canard boiteux, notamment en raison du virus qui l’afflige depuis quelque temps déjà et de la blessure à Shea Weber, mais il n’a jamais baissé les bras.

Et c’est ce que faisait valoir l’entraîneur-chef Claude Julien, à la suite du but de Jeff Petry qui a procuré une victoire de 3-2 en prolongation au Tricolore contre les Ducks d’Anaheim, jeudi soir.

« J’aime l’approche des joueurs, peu importent les circonstances, a souligné Julien. C’était évident ce soir ; nous n’avons pas joué un gros match, et l’autre équipe était forte. En bout de ligne, il y a des matchs qu’on aurait dû gagner ici plus tôt cette saison et que nous avons échappés, et à un moment donné on espère que ça va revenir. Et ce soir, je pense que ç’a été le cas. »

Petry a procuré la victoire aux siens en décochant un tir des poignets vif qui a trompé la vigilance de John Gibson, 25 secondes après la mise en jeu signalant le début de la période supplémentaire. Le CH (26-23-7) a ainsi signé une deuxième victoire d’affilée, et une troisième en quatre matchs.

« Une victoire, c’est une victoire, a évoqué le héros de la soirée. Nous voulions jouer de la bonne façon, et bien que nous devons encore peaufiner certains aspects de notre jeu, nous allons prendre toutes les victoires, peu importe comment elles viennent. »

Nick Suzuki, en avantage numérique, et Brendan Gallagher ont complété la marque pour le Canadien. Jakob Silfverberg et Derek Grant ont répliqué pour les Ducks (22-26-6), qui ont vu leur série de deux victoires s’arrêter subitement.

Carey Price, qui était de retour devant le filet après avoir cédé sa place à Charlie Lindgren lors de la victoire de 5-4 en tirs de barrage contre les Devils du New Jersey, mardi soir, s’est signalé à plusieurs reprises et terminé la soirée avec 35 arrêts.

Son vis-à-vis, Gibson, a conclu la rencontre en ayant repoussé 24 tirs.

Ce match ne passera toutefois pas à l’histoire, comme l’a souligné Julien pendant son point de presse. D’ailleurs, le jeu a été plutôt terne en début de rencontre.

Suzuki a enfin mis un peu de piquant en profitant de la circulation lourde devant le filet de Gibson pour décocher un tir des poignets qui s’est frayé un chemin jusqu’au fond de la cage des Ducks, à 17:18 du premier tiers.

Silfverberg a brièvement ramené les deux équipes à la case départ en décochant un tir sur réception à bout portant, directement dans la lucarne, à 9:53 du deuxière tiers.

Sauf que Gallagher, posté comme à son habitude devant le filet adverse, a accepté une savante passe de l’arrière du filet d’Ilya Kovalchuk pour enfiler l’aiguille et redonner les devants 2-1 au Canadien, à 13:16.

Le Bleu-blanc-rouge a retraité au vestiaire après 40 minutes de jeu en avant, mais comme il a toutes les misères du monde à vaincre des équipes qui lui sont inférieures au classement, et surtout à préserver une avance en troisième période, la fin de match s’est révélée plus enlevante que prévu.

Et ce, même si aucune équipe n’a marqué moins de buts (34) que la formation de l’entraîneur-chef Dallas Eakins en troisième période depuis le début de la saison.

D’ailleurs, Grant s’est chargé de faire mentir les statistiques en sautant sur une rondelle libre dans l’enclave pour déjouer Price, à 2:16 de la troisième période.

C’était alors 2-2, et ç’aurait pu être pire n’eût été de l’arrêt spectaculaire de Price aux dépens de Silfverberg avec 1:47 à écouler au cadran.


Evans sur un nuage
 

Le Canadien a appris une bien mauvaise nouvelle avant la rencontre, alors que le nom de Weber, son général à la ligne bleue, a été inscrit sur la liste des blessés pour au moins une semaine à cause d’une blessure au bas du corps.

Après la rencontre, Claude Julien a souligné la contribution de Petry, et rappelé que son équipe allait devoir se serrer les coudes puisque les nouvelles semblent peu encourageantes pour Weber.

« Dans le fond, il va falloir que tout le monde prenne la relève ; on vient de perdre notre meilleur défenseur pour un petit bout de temps, ainsi que son leadership. C’est important qu’on ait des joueurs qui donnent l’exemple dans une telle situation », a commenté Julien.

À l’instar du capitaine du Canadien, les attaquants Ryan Poehling et Jordan Weal ont aussi raté le match contre les Ducks. Ces absences ont cependant permis à l’attaquant Jake Evans, rappelé quelques heures plus tôt du Rocket de Laval, de disputer un premier match dans la LNH. Le jeune homme semblait particulièrement fier de sa première expérience dans le circuit Bettman.

« J’étais nerveux en début de rencontre, parce que je ne pouvais pas croire que j’étais sur le même trio qu’Ilya Kovalchuk. L’ambiance dans l’aréna, les partisans, c’est tellement bruyant. Mais c’était vraiment amusant », a noté Evans.

Le Tricolore reprendra le collier samedi soir au Centre Bell contre les Maple Leafs.