Danny Maciocia souhaite régler ces 10 dossiers avant l’ouverture du camp

Le directeur général des Alouettes, Danny Maciocia
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Le directeur général des Alouettes, Danny Maciocia

Danny Maciocia savait pertinemment que le travail serait ardu en arrivant chez les Alouettes. La formation montréalaise a — enfin — connu du succès sur le terrain en 2019, mais le directeur général sait qu’afin de la hisser parmi les puissances du circuit Ambrosie, il a une longue liste de tâches à accomplir.

Quelques items sont déjà cochés : stabiliser la ligne à l’attaque, s’assurer des services de Vernon Adams fils à long terme, mettre sous contrat des joueurs canadiens de qualité. Maciocia a toutefois encore beaucoup de pain sur la planche.

Voici en quelques points les 10 travaux de Danny Maciocia, en commençant par les trois déjà réalisés :

Le quart d’élite

Maciocia est convaincu de l’avoir sous la main en Vernon Adams fils. Le nouveau d.g. a donc renégocié les termes de sa dernière année de contrat pour 2020 en plus d’en ajouter deux autres. Adams toucherait maintenant plus de 400 000 $ par saison jusqu’à la fin de 2022.

Contenu canadien de qualité

De ce côté aussi, Maciocia a été actif au cours des dernières semaines : les joueurs de ligne offensive Kristian Matte, Sean Jamieson et Landon Rice, le secondeur D.J. Lalama, le demi défensif Dominique Termansen, le spécialiste des longues remises Mike Benson, ainsi que le centre-arrière Spencer Moore ont tous accepté de nouveaux pactes depuis que Maciocia est en poste.

Une bonne ligne à l’attaque

Les signatures de Matte, Jamieson et Rice assurent aux Alouettes que les six joueurs qui ont agi comme partant l’an dernier sont sous contrat. Tony Washington, Chris Schleuger, Trey Rutherford et Tyler Johnstone, notamment, font partie de la formation au moment d’écrire ces lignes.

Gestion du plafond salarial

C’est la priorité de Maciocia au cours des prochaines semaines. Les Alouettes n’ont présentement aucune marge de manoeuvre.

« C’est loin d’être une situation idéale. Je le savais quand j’ai accepté le poste », a-t-il admis mercredi, lors d’une rencontre organisée avec les médias montréalais.

« Nous devrons sans aucun doute laisser partir des éléments qui sont là depuis longtemps et qui ne cadrent plus dans notre philosophie. Si on veut aller chercher d’autres effectifs, il faut avoir de l’argent. Il faut établir où on veut investir notre argent. Au poste de quart, c’est très important. Dans ton contenu canadien, c’est très important. C’est certain que dans ta ligne à l’attaque, c’est très important. Des joueurs américains ? Ils ont une valeur, mais c’est très important de pouvoir identifier de nouveaux joueurs internationaux avec nos contacts aux États-Unis. Des joueurs qui pourront nous aider dès 2020. »

Marché des joueurs autonomes

Ce point est intimement lié au précédent. Le d.g. souhaiterait améliorer certaines positions au sein de son club, mais pour l’instant, il a les mains liées.

« La ligne défensive est une priorité. Maintenant, à savoir si ce sera sur le marché des joueurs autonomes, je ne le sais pas : ce sera basé sur les sommes qui seront à ma disposition. Pour l’instant, je suis au maximum. C’est pour ça que je dis qu’il y a des décisions difficiles qui s’en viennent. »

Améliorer la pression sur les quarts adverses

Les Alouettes ont terminé au dernier rang de la LCF la saison dernière avec 27 sacs seulement, ce qui est largement insuffisant. Pourchasser les quarts adverses fait partie intégrante de la description de tâches des joueurs de ligne défensive.

« Ce qu’il nous faut, c’est un peu plus de talent à cette position », a affirmé Todd Howard, l’entraîneur de la ligne défensive quand on lui a demandé ce qui lui manquait.

« Pour dire qu’on a connu une bonne saison à ce chapitre, il faudrait que ce nombre (de sacs) se situe entre 40 et 50, a ajouté le coordonnateur à la défense, Bob Slowik. À 50 sacs, vous savez que les équipes adverses vous craignent. Que vous précipitez le travail de leur quart. Pour cela, il faut le bon personnel. »

Le message est clair : les joueurs de l’édition 2019 n’ont pas fait le travail à cet effet. Est-ce que Maciocia parlait du vétéran ailier défensif John Bowman, quand il parlait des choix difficiles à venir ? Bowman, qui aura 38 ans en juillet, a mené l’équipe avec huit sacs, mais ses meilleures années sont assurément derrière lui.

Camps d’évaluation aux États-Unis

Maciocia est souvent revenu sur le sujet au cours des dernières semaines : le dépistage de joueurs américains de talent sera l’une des clés des succès éventuels des Alouettes. L’ajout de Tom Gamble au poste de directeur général adjoint vise précisément cet aspect.

Gamble jouit d’un impressionnant réseau de contacts au sud de la frontière et Maciocia compte en profiter au maximum. Ces camps d’évaluation auront lieu au cours des prochains mois.

Repêchages

Deux dates à retenir : le 16 avril pour le repêchage mondial de la LCF et le 30 avril, pour le repêchage des plus beaux espoirs universitaires canadiens.

« Il y a d’excellents joueurs disponibles qui peuvent avoir un impact dès cette année, en particulier au Québec », a noté Maciocia.

Eugene Lewis

De trouver de l’espace face au plafond salarial permettra également à Maciocia d’avoir plus de flexibilité pour retenir les services du meilleur receveur de passes de l’équipe, Eugene Lewis, qui a capté 72 ballons pour 1133 verges et cinq touchés en 2019.

Demi offensif

Le départ de William Stanback vers la NFL et le départ imminent à la retraite de Jeremiah Johnson créent un trou béant dans le champ-arrière des Alouettes. L’entraîneur des demis à l’attaque, André Bolduc, n’a d’ailleurs pas manqué de remettre sa « liste d’épicerie » à son d.g. dans ce dossier.

« Pour faire ce que l’on fait depuis plusieurs années ici, ça me prend un’kingpin’ un cheval de trait, qui va être capable d’abattre la majorité du boulot, a imagé Bolduc. Idéalement, j’aurais trois gars : mon no 1, un no 2 qui peut être un bon vétéran ou un jeune qui apprend son métier, et un troisième qui ne coûtera pas cher, puisqu’il devrait se trouver au sein de l’équipe d’entraînement. »