Les Alouettes gagnent face aux Argonauts à l'issue d'un match peu enlevant

Après avoir capté une petite passe voilée de Vernon Adams fils (à droite), Jeremiah Johnson (à gauche) s’est faufilé entre les défenseurs pour franchir les 45 verges le séparant de la zone des buts et porter la marque à 20-17, après la transformation d’un point de Boris Bede.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Après avoir capté une petite passe voilée de Vernon Adams fils (à droite), Jeremiah Johnson (à gauche) s’est faufilé entre les défenseurs pour franchir les 45 verges le séparant de la zone des buts et porter la marque à 20-17, après la transformation d’un point de Boris Bede.

Ç’a été laborieux, mais les Alouettes de Montréal sont venus à bout des Argonauts de Toronto, vendredi, au stade Percival-Molson. Ça n’a toutefois pas été joli.

Les 17 003 spectateurs n’ont pas assisté au plus enlevant des matchs en 2019, les deux équipes offrant du jeu décousu. Les Alouettes en ont tout de même fait suffisamment pour triompher des Argos 27-24, obtenant la 300e victoire de leur histoire à domicile.

C’est un superbe jeu de Jeremiah Johnson, avec quelque 10 minutes à écouler au dernier quart, qui a donné les devants pour de bon aux Alouettes (9-7). Après avoir capté une petite passe voilée de Vernon Adams fils, le vétéran demi à l’attaque s’est faufilé entre les défenseurs pour franchir les 45 verges le séparant de la zone des buts et porter la marque à 20-17, après la transformation d’un point de Boris Bede.

« Ça a été un gros jeu de “JJ” au bon moment, a souligné Jones. Nous en avions besoin. » Adams a rapidement traversé le terrain sur cette poussée offensive constituée de deux passes seulement pour 66 verges. « Je pensais qu’ils allaient siffler le jeu beaucoup plus rapidement, a raconté Johnson, qui a amassé 43 verges en neuf courses. Mais plus il y avait des joueurs des Argos, plus mes jambes semblaient puissantes. Je n’ai pas arrêté de foncer vers l’avant. »

Johnson a été partie prenante de la poussée suivante des Alouettes, couronnée par le touché de Quan Bray sur une passe de 18 verges. Johnson a notamment effectué une belle course de 12 verges, dont les six dernières avec quatre défenseurs sur le dos.

Adams (16 en 23, 249 verges, trois touchés) a lancé une autre passe de touché dans cette rencontre, sur 10 verges à DeVier Posey. Bede a complété la marque avec des placements de 36 et 40 verges. La réplique des Argos (3-13) est venue des touchés de McLeod Bethel-Thompson, S.J. Green et Chandler Worthy. Tyler Crapigna a réussi un placement de 41 verges, mais les unités spéciales des Alouettes ont bloqué une autre tentative.

Au final, ce botté bloqué aura fait la différence sur le résultat du match.

Les Alouettes ont contrôlé la première demie, se forgeant une avance de 13-3 dans les deux premiers quarts. Mais les Argos sont revenus en force, inscrivant 14 points sans réplique au retour de la pause pour prendre les devants sur les touchés de Bethel-Thompson et Green.

« Nous avons connu quelques ratés au troisième quart, mais nous avons été en mesure de rebondir dans le dernier », a souligné l’entraîneur-chef des Alouettes, avec raison: les siens ont remis la monnaie de leur pièce aux Argos en inscrivant aussi 14 points consécutifs au quatrième quart.

Les visiteurs ont rendu la fin de match excitante avec le touché de Worthy sur une passe de deux verges, la deuxième du quart Bethel-Thompson, avec un peu plus d’une minute à jouer.

La défense des Torontois a ensuite forcé les Alouettes à dégager après n’avoir écoulé qu’une vingtaine de secondes, si bien que les Argos ont repris le ballon à leur ligne de 51, avec 25 secondes à faire.

Après une course de James Wilder fils sur huit verges, Bethel-Thompson (35 en 45, 342 verges, deux touchés) a rejoint Jimmy Ralph, qui est sorti en touche avec trois secondes à jouer, laissant une tentative de placement de 51 verges à Crapigna, qui a toutefois manqué de puissance.

Des plateaux intéressants

Quelques joueurs ont profité de cette rencontre pour atteindre des plateaux intéressants.

Le demi à l’attaque des Alouettes William Stanback a d’abord atteint le plateau des 1000 verges au sol pour la première fois de sa carrière avec une course de cinq verges au début du troisième quart.

Stanback a ensuite regardé la fin du match des lignes de côté. Il a terminé sa soirée de travail avec 49 verges sur 11 courses pour porter son total à 1003 en 2019.

Le receveur Eugene Lewis devrait quant à lui atteindre les 1000 verges sur réception d’ici la fin du calendrier, lui qui n’est qu’à 17 verges de ce total après avoir capté trois ballons pour 46 verges vendredi.

Chez les visiteurs, S.J. Green s’est quant à lui hissé seul au 15e rang des meilleurs receveurs de l’histoire du circuit. Ses neuf passes captées pour 83 verges ont porté son total en carrière à 10 163 pour devancer Earl Winfield (10 119). La prochaine cible de Green est Tommy-Joe Coffey, avec 10 320 verges.

La semaine dernière, Green avait atteint le plateau des 10 000 verges. Les Alouettes ont d’ailleurs rendu hommage à leur ex-porte-couleurs avant la rencontre.

La semaine prochaine, les Alouettes rendront visite aux Tiger-Cats à Hamilton, dans ce qui pourrait bien être un avant-goût de la finale de l’Est. Les Montréalais pourraient toutefois être privés des services de Posey (contusion à la cuisse) et du demi de coin Tommie Campbell (genou), qui n’ont pas terminé le duel de vendredi.

Jones avait toutefois bon espoir que ces deux joueurs n’aient subi que des blessures mineures.