JO:Sapporo enchantée d’accueillir les marathons, mais Tokyo est très déçue

La gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike
Photo: Toshifumi Kitamura Agence France-Presse La gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike

Les représentants de la ville de Sapporo, qui est située dans le nord-est du Japon, se sont dits enchantés par la perspective d’accueillir les marathons des prochains Jeux olympiques de Tokyo, en raison de la chaleur écrasante qui prévaut habituellement à cette époque de l’année dans la capitale nippone.

La réaction était beaucoup moins enthousiaste à Tokyo, où les représentants municipaux et les membres du comité organisateur des JO ont paru surpris de la décision.

« C’est un honneur », a déclaré le maire de Sapporo, Katsuhiro Akimoto.

Sapporo, qui a organisé les Jeux olympiques d’hiver de 1972, a exprimé son intérêt pour l’organisation des Jeux olympiques d’hiver de 2030, et la tenue des marathons pourrait être un premier pas dans cette direction.

« Je crois que ça pourrait nous ouvrir des portes », a confié le maire.

La gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, était beaucoup moins joviale jeudi.

« Nous sommes très surpris de cette soudaine volte-face », a-t-elle admis, en rappelant que les élus municipaux avaient adopté de nombreuses mesures afin de s’assurer que la course soit sécuritaire pour tous.

Koike a néanmoins adhéré au point de vue du Comité international olympique (CIO) — la sécurité des athlètes est prioritaire, et la chaleur écrasante en été à Tokyo est à ce sujet inquiétante.

« Certes, c’est extrêmement important de prioriser le bien-être des athlètes », a-t-elle poursuivi.

Le CIO avait indiqué mercredi qu’il avait pris la décision de déplacer les marathons et les épreuves de marche athlétique à Sapporo. Cette décision a été annoncée rapidement, sans visiblement en avoir discuté de manière approfondie avec les dirigeants municipaux et les membres du comité organisateur.

Le CIO a souligné que la décision finale sera prise après la visite des inspecteurs du CIO à Tokyo, qui se déroulera du 30 octobre au 1er novembre.

Le président du comité organisateur, Toshiro Mori, a cependant dit qu’il n’avait d’autre choix que d’accepter cette suggestion, qui avait plutôt l’air d’une décision — ce sont ses mots — lors d’un entretien téléphonique qu’il a eu avec le président du CIO, Thomas Bach, la semaine dernière.