Le président Geoff Molson vante le travail de Marc Bergevin

Geoff Molson a réitéré sa confiance, lundi, envers le noyau du Canadien, à quelques jours du lancement de sa 11e campagne comme propriétaire.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Geoff Molson a réitéré sa confiance, lundi, envers le noyau du Canadien, à quelques jours du lancement de sa 11e campagne comme propriétaire.

La formation du Canadien est presque complète et le président de l’équipe montréalaise croit compter sur des joueurs qui rendront le Tricolore compétitif pendant plusieurs années.

Le gardien Charlie Lindgren et l’attaquant Charles Hudon n’ont pas été réclamés au ballottage et ont été cédés au Rocket de Laval, dans la Ligue américaine, lundi. Le Tricolore doit encore retrancher un joueur d’ici mardi, 17 h.

Geoff Molson a réitéré sa confiance envers le noyau du Canadien à quelques jours du lancement de sa 11e campagne comme propriétaire. Lors d’une allocution devant le Cercle canadien de Montréal, Molson a vanté le travail du directeur général, Marc Bergevin, lançant à quelques reprises des « bon travail, Marc ».

Carey Price, Shea Weber, Jeff Petry et Paul Byron sont de bons vétérans. Brendan Gallagher, Max Domi, Phillip Danault et Jonathan Drouin sont dans la fleur de l’âge. Jesperi Kotkaniemi, Victor Mete, Nick Suzuki et Ryan Poehling, pour ne nommer que ceux-là, sont voués à un bel avenir.

Molson croit que cette structure dans la hiérarchie de l’équipe pourrait lui permettre de rivaliser avec les meilleures formations du circuit pendant les huit prochaines années.

« J’ai dit une fois que ce serait dans les trois à huit prochaines années et ça a fait les manchettes, mais ça pourrait être dans les une à huit prochaines années », a affirmé Molson.

« Nous avons vu les jeunes briller en matchs préparatoires, a-t-il ajouté. Ce sera à l’entraîneur de décider de leur rôle et de leur utilisation. […] L’avenir, dès cette année, est prometteur. »

Patience

Le Canadien a été exclu des séries lors des deux dernières campagnes. S’il échouait encore une fois cette saison, ce serait seulement la troisième fois de son histoire dans la LNH que le Tricolore raterait les séries trois fois de suite.

Lors du tournoi de golf du Canadien le 9 septembre, Molson et Bergevin avaient prêché la patience, rappelant que la relève de l’équipe était l’une des meilleures du circuit. Pendant son allocution, lundi, Molson a énuméré les exploits de nombreux espoirs du Canadien au cours de la dernière année — Poehling, Suzuki, Cayden Primeau, Alexander Romanov, Josh Brook, Jesse Ylonen et Joël Teasdale.

Et, même si Molson a aussi rappelé que la patience est une vertu, il aimerait bien voir l’équipe participer aux séries le printemps prochain.

« Chaque année, nous commençons la saison avec l’intention de participer aux séries, a noté Molson. Il faut bien commencer la saison et bâtir là-dessus. Tout le monde veut faire les séries. »

Trop de matchs préparatoires ?

La question du nombre de matchs préparatoires a aussi été abordée avec Geoff Molson. Le Canadien en a disputé sept, tandis que les Maple Leafs de Toronto en avaient huit à leur horaire et ont envoyé sur la glace des formations dignes de la Ligue américaine à au moins deux reprises — incluant une fois au Centre Bell.

Nous avons vu les jeunes briller en matchs préparatoires. […] L’avenir, dès cette année, est prometteur.

Molson a rappelé que le Canadien a aussi déjà disputé huit matchs préparatoires lors des dernières années, tout en ajoutant que c’était un sujet révisé chaque année. Il a aussi affirmé que l’intérêt pour ces rencontres peut varier d’une personne à l’autre.

« C’est une période vraiment excitante pour les partisans qui veulent voir où en sont les jeunes dans leur développement, a-t-il noté. J’ai assisté à la plupart des matchs à domicile durant notre camp et l’engouement était très fort. »

« C’est certain que les vétérans dont la présence est assurée ne veulent peut-être pas jouer autant. Mais il y a aussi les jeunes qui veulent se démarquer. »

Questionné au sujet d’un des vétérans qui n’a pas connu un camp très impressionnant, Jonathan Drouin, Molson n’a pas voulu faire de commentaire, ramenant plutôt son message vers le collectif.

« C’est rare que je parle d’un joueur de manière spécifique. Les commentaires sur les joueurs vont venir de l’entraîneur ou du directeur général, a-t-il répondu. Ce que j’ai vu au cours du camp, c’est un esprit d’équipe encourageant. »

La première occasion pour les joueurs de rendre Molson fier sera jeudi, quand le Canadien commencera la saison avec un duel contre les Hurricanes, en Caroline.