L’Impact et le Toronto F.C. devront négocier le même casse-tête

L’Impact s’est imposé devant le Toronto F.C., mercredi, à Montréal, dans le premier match du championnat canadien. Sur ce jeu, Lassi Lappalainen, de l’Impact, bataille avec Erickson Gallardo pour le contrôle du ballon.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne L’Impact s’est imposé devant le Toronto F.C., mercredi, à Montréal, dans le premier match du championnat canadien. Sur ce jeu, Lassi Lappalainen, de l’Impact, bataille avec Erickson Gallardo pour le contrôle du ballon.

Le calendrier de la MLS a peut-être créé un casse-tête à l’Impact de Montréal, mais le Toronto F.C. ne pourra vraisemblablement pas en tirer profit.

L’Impact a battu ses rivaux ontariens 1-0, mercredi soir, lors du match aller de la finale du Championnat canadien, et il devra maintenant se diriger vers la Californie pour se mesurer au Galaxy de Los Angeles, samedi.

La formation torontoise, qui accueillera le match retour mercredi prochain, aurait pu être avantagée par les déplacements de ses adversaires. Le problème, c’est qu’elle passera elle aussi à l’ouest pour y affronter le Los Angeles F.C., la même soirée que le Bleu-blanc-noir.

Alors que l’Impact et le Toronto F.C. se battent pour une place en séries dans la MLS, le calendrier chargé pourrait venir compliquer les formations partantes, l’utilisation et la santé des joueurs ainsi que la façon d’aborder le deuxième affrontement de cette finale.

« Nous sommes en plein coeur d’une séquence de 7 matchs en 22 jours. À nos yeux, il s’agissait de la première demie d’un duel de 180 minutes. C’est pour cette raison que nous avons donné du repos à plusieurs joueurs et que nous avons augmenté le temps de jeu de certains », a expliqué l’entraîneur-chef du Toronto F.C., Greg Vanney.

La troupe de Vanney occupe actuellement le quatrième rang de l’Association Est avec un total de 45 points, huit de plus que les Montréalais, qui se retrouvent au huitième échelon, à trois points du Revolution de la Nouvelle-Angleterre et de la fameuse ligne rouge donnant accès aux séries.

Le cas Piatti

Dans le camp de l’Impact, ce voyage en Californie soulève des questions quant à l’utilisation du milieu de terrain Ignacio Piatti. L’Argentin de 34 ans a inscrit le seul but du match mercredi, son quatrième du tournoi, et il a joué pendant 90 minutes pour une deuxième fois en quatre jours.

Piatti, qui a raté quatre parties de la MLS au mois d’août en raison d’une blessure à l’adducteur, n’a pris part qu’à neuf matchs cette saison dans le circuit Garber. Sauf que l’entraîneur-chef Wilmer Cabrera n’aura peut-être pas le choix de l’utiliser au maximum, car Bojan Krkic et Maxi Urruti ont subi une blessure et Saphir Taïder sera suspendu pour le match retour en raison d’une accumulation de cartons jaunes.

Malgré l’incertitude des blessés et le calendrier complexe, l’Impact pourra au moins bâtir sur sa performance de mercredi afin de tenter de conclure sa saison sur des notes positives.

Pendant leur victoire de 1-0 face au Toronto F.C., les hommes de Cabrera ont montré une intensité et une soif de victoire qui n’étaient pas ressorties depuis quelques matchs, et ce, malgré l’urgence au classement.

« Il faut arrêter d’être trop gentils sur le terrain et avoir une mentalité agressive, a observé Cabrera. Il y a un aspect mental dans le sport. Quand tout commence à bien aller, ça devient contagieux et ça crée un rythme. C’était important de regagner notre confiance et nous devons amener cette énergie et cette mentalité dans la MLS. »