L'Impact sans Piette pendant trois semaines

Le milieu de terrain Samuel Piette a subi une déchirure intercostale en deuxième demie du duel de samedi dernier contre le Toronto FC.
Photo: Noah K. Murray Associated Press Le milieu de terrain Samuel Piette a subi une déchirure intercostale en deuxième demie du duel de samedi dernier contre le Toronto FC.

Après quelques jours durant lesquels leurs nerfs semblaient à fleur de peau, les joueurs de l’Impact de Montréal avaient retrouvé la bonne humeur et le goût de s’amuser jeudi matin, lors d’une séance d’entraînement tenue sous un soleil de plomb sur la surface du stade Saputo, et ce, même si les nouvelles n’étaient pas toutes bonnes dans le camp de l’équipe.

À quelque 48 heures du prochain match de l’impact contre le Crew de Columbus, dans la capitale de l’État de l’Ohio, Rémi Garde a confirmé le diagnostic qu’il craignait au sujet du milieu de terrain Samuel Piette, soit une déchirure intercostale, subie en deuxième demie du duel de samedi dernier contre le Toronto FC. Selon l’entraîneur-chef, Piette sera à l’écart du jeu pendant trois semaines.

Ennuyé par une blessure à un ischio-jambier, Harry Novillo devrait aussi être inactif samedi à Columbus, tandis que le défenseur Daniel Kinumbe subira une opération au ménisque d’un genou au début de la prochaine semaine après s’être blessé à l’entraînement mercredi.

Par ailleurs, Garde avait des nouvelles plus positives à annoncer au sujet d’Ignacio Piatti, chez qui les plus récents examens n’ont révélé aucune nouvelle blessure.

L’Argentin n’a pas participé à l’entraînement de jeudi, mais son cas est évalué au jour le jour et on pourrait le revoir sur le terrain la semaine prochaine. Il est cependant assuré qu’il ne sera pas du match contre Columbus.

Invité à préciser si Piatti pouvait participer au match retour du Championnat canadien contre le York9 FC, mercredi prochain au stade Saputo, Garde a montré son sens de l’humour… et ses connaissances de la géographie montréalaise.

« Chaque chose en son temps, il y a beaucoup d’eau qui va couler dans le Saint-Laurent et sous le pont Jacques-Cartier avant que je puisse répondre s’il va jouer mercredi, mais je le souhaite de tout coeur », a-t-il lancé en souriant.

Changement d’attitude

Quoi qu’il en soit, et malgré le fait qu’ils viennent de subir trois défaites d’affilée, Garde et ses joueurs semblaient reconnaître qu’il était important d’opérer un changement d’attitude à l’intérieur de l’équipe. « On devrait venir avec cet état d’esprit chaque jour, chaque jour qu’on est amenés à être sur le terrain parce que, pour moi, c’est une bénédiction, a déclaré le défenseur Bacary Sagna. On devrait en profiter, on devrait tout simplement travailler dans la joie. »

« On se rend compte qu’on a la chance d’être des footballeurs, on a la chance d’être professionnels, on a la chance de pouvoir faire ce qu’on aime. On a besoin de se rassurer en ce moment, parce que sur le plan de la confiance, ce n’était pas top. Il s’est passé des choses durant ces dernières semaines, on en est conscients, on en prend la responsabilité, et on prépare le prochain match », a aussi nuancé Sagna.

Selon le gardien Evan Bush, il est important de savoir faire la part des choses lorsqu’une équipe connaît une période creuse.

« Lorsque vous connaissez des moments difficiles, il y a deux façons de voir les choses ; vous pouvez être fâchés contre vos coéquipiers et provoquer un effet boule de neige, ou vous pouvez essayer de changer la mentalité et essayer de trouver la joie dans ce que vous faites, parce c’est un beau métier. Et nous sommes toujours dans une position où nous pouvons en tirer quelque chose de positif. C’est très important d’afficher cet état de légèreté. »