Soccer: élimination hâtive pour les Canadiennes

Les joueuses suédoises célèbrant après le but marqué par Stina Blackstenius à la 55e minute de jeu
Photo: Francisco Seco Associated Press Les joueuses suédoises célèbrant après le but marqué par Stina Blackstenius à la 55e minute de jeu

Le parcours des Canadiennes au Mondial s’est terminé en huitièmes de finale, lundi, le pays se voyant battu 1-0 par la Suède.

Classé cinquième, le Canada espérait cheminer bien davantage. Un niveau de finition clinique a manqué face à la Suède, qui est classée neuvième.

Le tournoi n’a duré que quatre matchs pour les Canadiennes, avec deux défaites contre des équipes moins bien classées.

« Celle-là [la défaite de lundi] va faire mal, parce que nous avons si bien joué, a dit la capitaine de l’équipe, Christine Sinclair, âgée de 36 ans. Et nous avions l’équipe pour aller plus loin dans le tournoi, alors c’est décevant. »

Le match a été disputé devant 38 078 personnes au parc des Princes, ou il y a 45 600 sièges.

Stina Blackstenius a marqué à la 55e minute en contre-attaque, après un revirement commis par Janine Beckie.

Kosovare Asllanni a envoyé un centre que la défenseure Shelina Zadorsky n’a pas pu atteindre. La gardienne Stephanie Labbe est sortie, mais Blackstenius a poussé le ballon en terre promise juste à temps.

Après le but, Adriana Leon a remplacé Nichelle Prince par souci de générer plus d’attaque.

Une tête de Sophie Schmidt a raté, mais une reprise a montré une main de la Suède plus tôt, sur un tir de Desiree Scott.

L’arbitre Kate Jacewicz a donc accordé un tir de pénalité. Beckie s’est élancée et a réussi un bon tir, mais Hedvig Lindahl l’a frustrée avec un plongeon à sa droite.

Nous avions l’équipe pour aller plus loin dans le tournoi, alors c’est décevant

 

« J’ai l’impression d’avoir laissé tomber l’équipe, c’est ce que je ressens en ce moment, a dit Beckie. Frustrée, déçue et toutes les émotions négatives. »

« La gardienne a fait un arrêt de très haut calibre et il faut lui lever notre chapeau », a dit Sinclair.

Les temps d’arrêt ont duré plus de huit minutes, mais la Suède a résisté.

« Avez-vous vu le meilleur niveau de jeu du Canada ? Peut-être pas durant tout le match, a dit l’entraîneur des vaincues, Kennett Heiner-Moller. Je pense que vous avez vu un très bon club canadien pendant un bon bout de la rencontre. Mais peut-être pas le meilleur niveau que nous pouvons offrir. »

La confrontation opposait des médaillées des Jeux de Rio il y a trois ans. La Suède y a perdu en finale, tandis que le Canada a obtenu le bronze.


Rares occasions
 

Samedi à Rennes, les Suédoises vont jouer contre les médaillées d’or de Rio, les Allemandes.

La vitesse de Prince et de Beckie semblait encourageante au départ, mais les occasions restaient rares.

Les Suédoises se limitaient à des contre-attaques en cas de bourde canadienne, alignant parfois six défenseures.

Labbé a bien fait à la 36e minute, s’élevant dans une surface encombrée pour repousser avec conviction un corner.

Le Canada a contrôlé le ballon 61 % du temps en première demie, sans tirer, par contre. La Suède a dirigé trois ballons vers le but adverse.

Deux minutes avant le but de Blackstenius, Sinclair a été imprécise sur un coup franc de longue distance.

Les Suédoises étaient bien reposées, ayant fait sept changements en comparaison avec leur dernier match en phase de groupe. L’entraîneur Peter Gerhardsson n’a retenu que six partantes de ce match.

Le Canada a amorcé le Mondial en battant le Cameroun 1-0 et la Nouvelle-Zélande 2-0, avant de s’incliner 2-1 devant les Néerlandaises, huitièmes au monde.

Le parc des Princes abrite le Paris Saint-Germain. Inauguré en 1897, le stade actuel remonte à 1972. Il a été rénové pour la Coupe du monde de 1998, puis en vue de l’Euro 2016.