Dopage: des dirigeants russes en athlétisme pourraient être sanctionnés

Le vice-président de la Fédération russe d’athlétisme, Andrei Silnov, a dit avoir reçu une note de l’Unité d’intégrité de l’athlétisme (UIA), qui enquête sur les cas de dopage en athlétisme, pour lui signifier qu’il faisait l’objet d’une enquête confidentielle.
Photo: Alexander Zemlianichenko Associated Press Le vice-président de la Fédération russe d’athlétisme, Andrei Silnov, a dit avoir reçu une note de l’Unité d’intégrité de l’athlétisme (UIA), qui enquête sur les cas de dopage en athlétisme, pour lui signifier qu’il faisait l’objet d’une enquête confidentielle.

L’adjoint du dirigeant russe le plus influent en athlétisme pourrait être suspendu relativement à un cas de dopage, ce qui constituerait un autre coup dur pour le pays, qui tente d’être réintégré à temps pour les Championnats du monde.

La Fédération russe d’athlétisme a déclaré mercredi que son vice-président, Andrei Silnov, qui fut médaillé d’or en saut en hauteur lors des Jeux d’été de Pékin en 2008, a été convoqué vendredi « pour une possible infraction aux règlements antidopage ».

La fédération a mentionné que Silnov pourrait être suspendu de ses fonctions.

Ni Silnov ni la fédération n’ont voulu préciser la teneur des allégations. Cependant, Silnov a dit aux agences de presse russes qu’il avait reçu une note de l’Unité d’intégrité de l’athlétisme (UIA), qui enquête sur les cas de dopage en athlétisme, pour lui signifier qu’il faisait l’objet d’une enquête. Il a ajouté que la nature de l’enquête est confidentielle.

La Russie a été suspendue des compétitions internationales d’athlétisme depuis 2015 à la suite des révélations entourant l’existence d’un système de dopage généralisé, mais des dizaines d’athlètes de ce pays ont obtenu l’autorisation d’y participer sous une bannière neutre.

La suspension a été prolongée dimanche lorsque l’IAAF a exprimé ses préoccupations quant aux « reculs observables » dans le dossier des réformes en matière de dopage sportif. L’organisation a notamment souligné que des entraîneurs suspendus travaillaient toujours avec des athlètes.

Par ailleurs, une enquête est toujours en cours afin de déterminer si des dirigeants russes ont fourni de faux documents afin de procurer un alibi au champion du monde de saut en hauteur en salle Danil Lysenko pour ne pas avoir informé les testeurs de l’endroit où il se trouvait.

La Russie pourrait être éclaboussée par une série de nouveaux cas de dopage plus tard ce mois-ci après que l’Agence mondiale antidopage eut remis des documents à l’UIA. Ces documents contiennent des années d’archives du laboratoire antidopage de Moscou, où des cas de dopage étaient systématiquement dissimulés.