Les Blues un peu plus proches de la coupe Stanley

Malgré les doléances des joueurs des Bruins et de leurs partisans, les arbitres ont maintenu leur décision de permettre un but controversé, faisant en sorte que les Blues ont pris les devants 3-2 dans cette finale.
Photo: Michael Dwyer Associated Press Malgré les doléances des joueurs des Bruins et de leurs partisans, les arbitres ont maintenu leur décision de permettre un but controversé, faisant en sorte que les Blues ont pris les devants 3-2 dans cette finale.

David Perron a marqué un but controversé en troisième période, guidant les Blues de St Louis vers une victoire de 2-1 contre les Bruins de Boston, jeudi soir, lors du cinquième match de la finale de la Coupe Stanley.

Alors que les Blues bourdonnaient dans le territoire ennemi, Tyler Bozak a fait un croc-en-jambe à l’attaquant des Bruins Noel Acciari, qui a mis du temps à se relever. La rondelle a atterri sur la lame du bâton de Perron, qui a surpris Tuukka Rask entre ses jambières.

Malgré les doléances des joueurs des Bruins et de leurs partisans, les arbitres ont maintenu leur décision, faisant en sorte que les Blues ont pris les devants 3-2 dans cette finale. Le sixième affrontement aura lieu dimanche, à St Louis.

« C’est le genre de mises en échec que la ligue veut enlever. C’est que j’entends souvent. Les arbitres ont clairement raté quelques pénalités ce soir, a lancé l’entraîneur-chef des Bruins, Bruce Cassidy. Noel a dû quitter la rencontre pour une possible commotion cérébrale. C’est une séquence qui a affecté le jeu. Je suis déçu. C’était une pénalité flagrante. »

Ryan O’Reilly a touché la cible en début de deuxième engagement et les Blues ne sont plus qu’à une victoire de soulever la première coupe Stanley de leur histoire, soit depuis leur arrivée dans la LNH lors de la saison 1967-68.

Jordan Binnington a été passablement occupé au premier vingt, stoppant 17 rondelles, et il n’a cédé qu’une fois en 39 lancers. Le gardien recrue des Blues a été aidé de ses poteaux à deux occasions.

« Je ne suis pas ici pour juger le travail des officiels, a insisté l’entraîneur-chef des Blues, Craig Berube. Il y a des appels manqués des deux côtés. »

Jake DeBrusk a été le seul joueur des Bruins à pouvoir déjouer Binnington, réduisant l’écart moins de trois minutes après le but de Perron. L’équipe locale n’a cependant pas été en mesure de forcer la tenue d’une prolongation. Rask a conclu la rencontre avec 19 arrêts.

Les Bruins tentent de gagner la coupe Stanley pour une première fois depuis 2011 et ils ont amorcé la partie avec l’intention de s’en approcher un peu plus.

Avec le couteau entre les dents, les hommes de Bruce Cassidy ont bombardé le filet de Binnington, mais le gardien a résisté à leurs attaques répétées. Brad Marchand est passé le plus près d’ouvrir le pointage, mais son tir a touché le poteau à sa droite.

Après avoir laissé passer la tempête, les Blues ont retrouvé leur rythme et ils ont enfilé l’aiguille dès la 55e seconde du deuxième vingt. Alex Pietrangelo a envoyé la rondelle dans le coin de la patinoire, Zach Sanford a effectué une belle passe entre ses jambes à O’Reilly et ce dernier a servi une belle feinte du revers à Rask.

« Zach a eu un impact depuis qu’il a été inséré dans la formation. Il a effectué de gros jeux et récolté de gros points, a exprimé O’Reilly à propos de Sanford, qui a obtenu trois points à ses trois dernières parties. Nous avions beaucoup de succès ensemble en début de saison. Nous travaillons bien et nous nous complétons bien. »

Les Bruins ont été un peu moins convaincants en deuxième période et ils ont bien failli rentrer au vestiaire avec un retard de deux buts. Alors qu’il ne restait que 12 secondes à écouler, Pietrangelo a fait mordre Rask grâce à une belle feinte, mais David Krejci s’est sacrifié dans le demi-cercle pour bloquer la rondelle.

Au troisième tiers, Perron a profité de la clémence des arbitres pour finalement doubler l’avance des siens, mais DeBrusk a réduit l’écart à la suite d’un violent tir sur réception. Sur la séquence, Torey Krug a été atteint au visage par un bâton, mais il a conservé le disque avant d’effectuer une belle passe à DeBrusk.

Le défenseur des Bruins Zdeno Chara a pris part à la rencontre alors que son cas était incertain et il a reçu une belle ovation. Le grand Slovaque a été atteint au visage par une rondelle lors du quatrième duel, lundi, et il n’était pas revenu au jeu. Son coéquipier Matt Grzelcyk a toutefois raté une troisième partie de suite en raison d’une commotion cérébrale.

« Zdeno est un dur. Les médecins lui ont donné le feu vert et il a décidé de jouer, a mentionné Cassidy. Il a été une inspiration pour nous et ça montre son caractère et son désir de jouer. »