Les Blues créent l’égalité

Pat Maroon félicite Carl Gunnarsson qui a marqué le coup décisif de cette deuxième rencontre contre les Bruins.
Photo: Charles Krupa Associated Press Pat Maroon félicite Carl Gunnarsson qui a marqué le coup décisif de cette deuxième rencontre contre les Bruins.

Carl Gunnarsson a touché la cible après 3:51 de jeu en prolongation et les Blues de Saint Louis ont égalé la finale de la Coupe Stanley à une victoire de chaque côté en battant les Bruins de Boston 3-2, mercredi.

Gunnarsson est passé le plus près de rompre l’égalité tard en troisième période, mais son tir a atteint le poteau.

Ce n’était que partie remise pour le défenseur suédois. Les Blues ont commencé la prolongation sur les chapeaux de roue et Gunnarsson a tranché grâce à un tir sur réception pendant une punition à retardement contre les Bruins.

Robert Bortuzzo et Vladimir Tarasenko ont aussi marqué pour les Blues, qui ont gagné un premier match en quatre participations à la finale de la Coupe Stanley. Jordan Binnington a repoussé 21 lancers.

Les Blues ont été balayés à leurs trois participations précédentes à la grande finale — en 1968, 1969 et 1970, en tant que vainqueurs de la nouvelle association composée des six équipes d’expansion de la LNH.

Charlie Coyle et Joakim Nordstrom ont répliqué pour les Bruins, qui participent à la finale pour une troisième fois en neuf saisons. Tuukka Rask a effectué 34 arrêts.

Les Bruins ont gagné les grands honneurs face aux Canucks de Vancouver en 2011, avant de baisser pavillon devant les Blackhawks de Chicago en 2013.

Le match no 3 sera présenté samedi, à Saint Louis.

La première période a été animée, alors que quatre buts ont été inscrits.

Coyle a lancé le bal après 4: 44 de jeu en avantage numérique. Jake DeBrusk a mis la table pour Coyle, qui a été oublié dans l’enclave et qui a déjoué Binnington entre les jambières.

Bortuzzo a relancé les Blues à 9:37, quand son tir a dévié sur le bâton du défenseur des Bruins Matt Grzelcyk avant de surprendre Rask, mais Nordstrom a répliqué 40 secondes plus tard. David Perron a bousillé deux occasions de dégager le disque hors de son territoire, puis Sean Kuraly a rejoint Nordstrom devant le filet des Blues. Nordstrom a pu prendre son temps avant de battre lui aussi Binnington entre les jambières.

Tarasenko a permis aux Blues de retraiter au vestiaire dans une impasse de 2-2. Il s’y est pris à deux reprises pour déjouer Rask, qui venait de stopper un tir de Jaden Schwartz lors d’une attaque en surnombre des Blues. Tarasenko a ainsi récolté au moins un point dans un huitième match d’affilée.

Grzelcyk a été ébranlé tard en première période quand il a été plaqué contre la bande par-derrière par l’attaquant des Blues Oskar Sundqvist. Sa tête semble avoir pris le coup. Sundqvist a écopé une punition mineure pour avoir donné de la bande, tandis que Grzelcyk a vu sa soirée prendre fin prématurément.

De son côté, Tarasenko a perdu l’équilibre tôt en deuxième et Nordstrom est tombé à la renverse sur lui. Tarasenko s’est retraité au vestiaire et est revenu au jeu à la seconde moitié de la période.

Les Blues ont obtenu une belle occasion de prendre les devants tard en deuxième période quand le défenseur des Bruins Connor Clifton a été puni pour quatre minutes pour bâton élevé à l’endroit de Tyler Bozak. Les visiteurs ont toutefois été incapables d’en profiter, alors que la dernière 1:43 a été effacée par une punition contre Schwartz pour obstruction contre le gardien.

Les Bruins ont aussi obtenu un avantage numérique tard en troisième période, mais n’ont pas trouvé le moyen de déjouer Binnington.

L’attaquant Robby Fabbri a été inséré dans la formation des Blues pour relever Robert Thomas. Ce dernier serait ennuyé par une blessure à un poignet qui n’est pas liée à la percutante mise en échec de Torey Krug qu’il a encaissée lors du premier match.

À voir en vidéo