Une reprise des séries de 2016 avec un match ultime entre les Blues et les Stars

La différence la plus importante est l’endroit où aura lieu la rencontre: Saint Louis. Les Blues ont terminé au troisième rang de la section Centrale, tandis que les Stars ont récolté six points de moins et ont obtenu le premier des deux laissez-passer supplémentaires dans l’Ouest.
Photo: Ronald Martinez Getty Images / Agence France-Presse La différence la plus importante est l’endroit où aura lieu la rencontre: Saint Louis. Les Blues ont terminé au troisième rang de la section Centrale, tandis que les Stars ont récolté six points de moins et ont obtenu le premier des deux laissez-passer supplémentaires dans l’Ouest.

Trois ans après que les Blues de Saint Louis eurent écrasé les Stars de Dallas lors d’un match ultime au deuxième tour des séries, les deux équipes s’affronteront dans les mêmes circonstances mardi, encore une fois avec une place en finale d’association à l’enjeu.

En 2016, les Blues avaient pris les devants 3-0 en première période, s’imposant finalement 6-1. Les Blues espèrent que l’histoire se répétera, tandis que les Stars voudront obtenir une douce revanche.

« Il y a plusieurs joueurs qui ont changé, le style des équipes a un peu changé, les entraîneurs ne sont pas les mêmes, a rappelé le capitaine des Blues, Alex Pietrangelo, après la victoire de 4-1 des siens, dimanche, lors du sixième match. C’est certain que le fait de l’avoir déjà vécu nous aide un peu. Nous avons des gars qui sont prêts pour ça. »

La différence la plus importante est l’endroit où aura lieu la rencontre : Saint Louis. Les Blues ont terminé au troisième rang de la section Centrale, tandis que les Stars ont récolté six points de moins et ont obtenu le premier des deux laissez-passer supplémentaires dans l’Ouest.

« C’est maintenant une série au meilleur d’un seul match, a dit l’attaquant Mats Zuccarello, acquis par les Stars tout juste avant la fin de la période des transactions. Ce sera spécial, amusant. »

L’expérience sera nouvelle pour l’entraîneur des Stars, Jim Montgomery, qui en est à sa première saison derrière le banc d’une équipe de la LNH.

« Quand j’étais petit, chaque fois que je jouais au hockey dans la rue ou dans le sous-sol avec mes cousins, nous imaginions que c’était un septième match, a raconté Montgomery. J’ai hâte. »

Montgomery a indiqué que le gardien Ben Bishop était en santé après avoir été atteint à l’épaule par un puissant lancer de Colton Parayko lors du sixième match.

Bishop s’était effondré sur la patinoire, permettant à Jaden Schwartz de dévier le lancer d’Alex Steen sur le retour dans un filet ouvert. Montgomery n’a toutefois pas laissé planer de doute concernant l’identité de son gardien partant mardi.

Trois ans après avoir été humiliés sur leur patinoire, les Stars voudront jouer le tour aux Blues. Tyler Seguin a récolté 11 points depuis le début des séries, ce qui fait de lui le meilleur pointeur de son équipe. Il y a trois ans, il avait participé à un seul des 13 matchs des Stars en séries — dont aucun face aux Blues — en raison de blessures à un mollet et un tendon d’Achille.

Les deux meilleurs attaquants des Stars lors des séries de 2016 avaient été Jamie Benn et Jason Spezza, qui a été laissé de côté souvent en fin de saison et tôt en séries, avant de marquer trois fois face aux Blues.

Le défenseur John Klingberg était une étoile montante à la ligne bleue. Aujourd’hui, il est un vétéran servant de mentor à Miro Heiskanen. Alexander Radulov et Zuccarello sont les deux vétérans qui se sont greffés au groupe ayant le plus gros impact ce printemps.

Du côté des Blues, Schwartz et Pietrangelo sont deux éléments importants qui avaient brillé en 2016, tout comme Vladimir Tarasenko. Ryan O’Reilly et David Perron jouaient ailleurs à l’époque.

Parayko était une recrue, tout comme Robby Fabbri, qui avait connu un parcours impressionnant avec 15 points. La carrière de Fabbri a toutefois été déraillée par les blessures et il n’est pas un élément régulier ce printemps.

La dernière participation de Bishop aux séries remontait à 2016, mais avec le Lightning de Tampa Bay. Du côté des Blues, Jordan Binnington est la révélation de l’année, lui qui a joué un rôle clé dans la deuxième moitié de campagne spectaculaire des siens.

Les deux gardiens ont été meilleurs à l’étranger qu’à domicile depuis le début des séries et les deux équipes ont plus de victoires en terre hostile que devant leurs partisans. Alors peut-être que la plus grosse différence par rapport au duel de 2016 — l’endroit où a lieu le match — n’a pas vraiment d’importance.

« Il n’y a pas de garantie, a rappelé l’entraîneur des Blues Craig Berube. Ce n’est pas important s’ils ont eu du succès ici ou non. Un match no 7, c’est une autre bête. Vous devez être prêts à tout donner, et nous le serons. »