Domi et Tatar ont causé la surprise, Drouin a manqué de constance

Les joueurs du Canadien ont salué la foule au milieu de la glace du Centre Bell, samedi soir, après avoir clos leur saison en signant une victoire en prolongation contre les Maple Leafs de Toronto.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Les joueurs du Canadien ont salué la foule au milieu de la glace du Centre Bell, samedi soir, après avoir clos leur saison en signant une victoire en prolongation contre les Maple Leafs de Toronto.

Marc Bergevin a répété en cours de saison qu’il croyait avoir assemblé un groupe qui allait se battre jusqu’à la fin pour participer aux séries. Le directeur général du Canadien a eu raison, même si le résultat final doit lui avoir donné un petit pincement au coeur.

Voici les surprises et les déceptions chez le Canadien cette saison, ainsi que les points d’interrogation en ce début de saison morte.

Surprises

Max Domi avait marqué un total de 36 buts à ses trois premières saisons dans la LNH avec les Coyotes de l’Arizona. Il en a inscrit 28 à sa première campagne avec le Canadien, faisant rapidement oublier Alex Galchenyuk. Domi est devenu le premier joueur du Canadien depuis la saison 2009-2010 à atteindre le plateau des 70 points et a été l’un des moteurs offensifs de l’équipe.

Tomas Tatar était vu par plusieurs comme un ajout des Golden Knights de Vegas dans la transaction impliquant Max Pacioretty afin de simplement se débarrasser de son contrat. Tatar a finalement établi un sommet personnel avec 58 points et a terminé deuxième parmi les pointeurs du Tricolore.

Après une campagne bien en deçà de ses standards, Carey Price n’a rien fait pour rassurer les partisans du Canadien en affichant une moyenne de 3,11 et un taux d’efficacité de, 897 lors des deux premiers mois de la saison — ce qui explique pourquoi son rendement a été une surprise quand l’ancien lauréat du Hart et du Vézina a retrouvé son aplomb des beaux jours. À partir du 1er janvier, Price s’est classé sixième à travers la LNH pour le taux d’efficacité (,928) et pour la moyenne (2,20) parmi les gardiens qui ont joué au moins 20 matchs au cours de cette séquence.

Déceptions

C’est seulement vers la fin que Jonathan Drouin a déçu, mais sa baisse de régime correspond aussi à la glissade du Tricolore. Drouin a noirci la feuille de pointage seulement trois fois dans les 26 derniers matchs du Canadien, amassant un but et six aides dans cette séquence. Avant sa traversée du désert, il avait récolté 17 buts et 29 aides en 55 parties. Son manque de production a forcé Claude Julien à réduire son rôle en fin de saison.

Antti Niemi semblait avoir fait sa niche avec le Tricolore la saison dernière après que Bergevin l’eut réclamé au ballottage en novembre 2017. Pendant que Price en arrachait, le vétéran finlandais était devenu une force tranquille pour le Canadien. Ce ne fut pas le cas cette saison. Outre trois rencontres après la pause de Noël (les trois seules fois où il a accordé moins de trois buts cette saison), Niemi a été un handicap pour le Tricolore. Il a été envoyé dans la mêlée seulement deux fois lors des trente derniers matchs du Canadien.

Difficile de qualifier la saison du plus jeune joueur du circuit de déception, mais c’est en vertu d’un manque de constance dans ses performances que Jesperi Kotkaniemi se retrouve dans cette catégorie. Malgré ses 18 ans, Kotkaniemi s’est rapidement acclimaté à la LNH et semblait prêt à devenir un membre important dans la marche du Canadien vers les séries quand il a touché la cible dans quatre parties consécutives tôt en février. Kotkaniemi, qui a été limité à 11 aides en 38 matchs à l’étranger, a plutôt vu son rôle réduit et a finalement été laissé de côté à trois reprises.

Points d’interrogation

Jordie Benn est l’un des cinq porte-couleurs du Canadien qui pourrait devenir joueur autonome sans compensation le 1er juillet. Benn a raté un seul match et a dépanné en début de campagne, appuyant Jeff Petry en attendant le retour au jeu de Shea Weber. Benn a aussi établi des sommets personnels avec cinq buts et 22 points. Il est apprécié par ses coéquipiers dans le vestiaire, mais à 31 ans, il pourrait être remplacé par un joueur un peu plus jeune si jamais son agent s’avérait trop gourmand.

Joel Armia est capable du meilleur comme du pire. Grâce à son physique imposant et à ses mains agiles, il peut réussir des jeux spectaculaires. Toutefois, son manque de vitesse et ce qui semble être parfois un manque de détermination font qu’il peut disparaître pendant de longs moments ou commettre des revirements dangereux. L’attaquant finlandais devra aussi négocier un nouveau contrat puisqu’il deviendra joueur autonome avec compensation le 1er juillet. Sa présence avec le Tricolore a sûrement été réconfortante pour Kotkaniemi qui, comme lui, vient de Pori. Bergevin devra probablement choisir entre offrir du court ou du long terme à Armia.

Puisque Niemi n’a pas répondu aux attentes, la position de gardien réserviste derrière Price représente aussi un point d’interrogation chez le Canadien. Charlie Lindgren a été rappelé du Rocket de Laval en fin de saison pour s’entraîner avec le grand club et participer au dernier match. Toutefois, Lindgren n’a pas ébloui avec le Rocket, avec une moyenne de 2,94 et un taux d’efficacité de ,884. Le Canadien voudra probablement donner du temps de jeu à Cayden Primeau du côté du Rocket l’hiver prochain. Lindgren sera certainement le favori pour le poste de réserviste lors du camp. Bergevin pourrait toutefois embaucher un autre vétéran pour épauler Price.