Claude Julien n’est pas inquiet pour l’attaque du Canadien

L’entraîneur-chef des Canadiens de Montréal, Claude Julien (à gauche)
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne L’entraîneur-chef des Canadiens de Montréal, Claude Julien (à gauche)

Après un voyage du temps des Fêtes faste, l’offensive du Canadien a connu des ennuis devant ses partisans pendant un séjour à domicile de trois parties.

La formation montréalaise a perdu deux de ses trois rencontres au Centre Bell et n’a marqué que trois buts. Cependant, l’entraîneur-chef, Claude Julien, était loin de céder à la panique après une défaite de 1-0 contre le Wild du Minnesota lundi.

« Ce sont les chances de marquer qui comptent, a affirmé Julien après que ça troupe eut été blanchie pour une troisième fois cette saison. J’espère que ça va se replacer, mais nous avons marqué beaucoup de buts pendant notre voyage. Là, ça fait deux matchs à domicile d’affilée où ça fonctionne un peu moins. Mais je crois que c’est simplement une question de foncer un peu plus et de profiter de nos occasions. »

Il est vrai que le Tricolore avait marqué 13 buts en trois rencontres lors de la deuxième portion de son voyage. Aidé par le brio de Carey Price, le Canadien a gagné 2-0 face aux Canucks de Vancouver à son retour à Montréal, avant d’être menotté par les Predators de Nashville samedi, dans un revers de 4-1.

Face aux Predators, le Canadien avait été complètement embouteillé dans son territoire au cours du match, incapable d’y aller de bonnes sorties de zone. Si l’équipe a mieux fait à ce niveau face au Wild lundi, d’autres problèmes ont fait surface et le gardien Devan Dubnyk n’a pas eu à se surpasser pour permettre aux siens de l’emporter.

« Je crois que nous avons été en mesure d’y aller d’attaques plus soutenues que samedi, a analysé Brendan Gallagher. Mais nous devons quand même trouver des façons de marquer, ce qui n’avait pas été vraiment un problème jusqu’ici pour nous cette saison. »

« Lors des deux derniers matchs, je crois que le gardien adverse a fourni un meilleur effort que nous. Nous devons faire des choses qui sont simples, comme lancer la rondelle au filet et créer de la circulation devant lui. Il y a toujours des solutions. »

Le défenseur Mike Reilly a disputé 55 matchs sous les ordres de Bruce Boudreau avec le Wild avant d’être échangé au Canadien le 26 février dernier et il était en mesure d’expliquer ce qui a fait le succès des visiteurs lundi.

« Le Wild est une équipe très structurée, a-t-il mentionné. Leur entraîneur désire un bon échec-avant en zone neutre et des sorties en contrôle. Si nous n’exploitons pas notre vitesse, il est difficile de pénétrer facilement la zone offensive. »

« Je crois qu’ils ont bien défendu la ligne rouge et leur ligne bleue. Ils ont compliqué notre travail en entrée de zone. »

Le Canadien a glissé hors du portrait des séries, alors qu’il occupait le neuvième rang de l’Association de l’Est au terme des rencontres de lundi soir, à un point des Islanders de New York et des Sabres de Buffalo. De plus, les Sabres ont un match en main sur le Tricolore et les Islanders, trois.

La troupe de Julien devra retrouver rapidement ses repères à l’attaque pour éviter de prolonger sa glissade. Le Canadien aura l’occasion de se remettre en marche dès mardi soir, quand il rendra visite aux Red Wings de Detroit. Ces derniers représentent la 26e défensive du circuit alors qu’ils accordent en moyenne 3,29 buts par rencontre.