Maple Leafs-Sénateurs: une première bataille de l’Ontario pour John Tavares

Les Maple Leafs visent les grands honneurs après avoir ajouté Tavares à leur formation en tant que joueur autonome cet été.
Photo: Nathan Denette La Presse canadienne Les Maple Leafs visent les grands honneurs après avoir ajouté Tavares à leur formation en tant que joueur autonome cet été.

Partisan des Maple Leafs de Toronto dans sa jeunesse, John Tavares se souvient de quelques-uns des matchs mémorables de ses favoris en séries éliminatoires contre les Sénateurs d’Ottawa.

Il semble toutefois qu’il devra attendre quelques années avant d’écrire son propre chapitre dans l’histoire de cette rivalité.

Les Maple Leafs visent les grands honneurs après avoir ajouté Tavares à leur formation en tant que joueur autonome cet été, tandis que les Sénateurs sont en reconstruction après avoir notamment échangé leur capitaine et défenseur étoile Erik Karlsson aux Sharks de San Jose avant l’ouverture de leur camp.

Les Leafs et les Sénateurs, qui croiseront le fer samedi à Toronto, se sont affrontés quatre fois en séries éliminatoires entre les saisons 1999-2000 et 2003-2004. Chaque fois, ce sont les Maple Leafs qui l’ont emporté.

Deux de ces séries ont atteint la limite de sept rencontres, une s’est conclue en six matchs et l’autre a été un balayage. Elles ont eu lieu à une époque où les partisans des deux équipes détestaient des joueurs comme Darcy Tucker et Daniel Alfredsson.

« C’était très intense, s’est remémoré Tavares vendredi. Quand vous êtes rivaux de section et que vous jouez dans la même province, vous allez développer ces sentiments au cours des années.

« C’était du grand hockey, des matchs remplis d’émotions au cours desquels des buts inoubliables ont été inscrits. »

Les Maple Leafs ont toutefois raté les éliminatoires 10 fois en 11 saisons à la suite du lockout de 2004-2005. Pendant ce temps, les Sénateurs ont participé sept fois au tournoi printanier, incluant une participation à la finale de la Coupe Stanley en 2007. La rivalité s’est donc atténuée un peu.

Les deux équipes se retrouvent dans des positions inverses à l’aube de leur premier duel en 2018-2019, mais l’entraîneur-chef des Maple Leafs, Mike Babcock, se concentre sur le moment présent — surtout après une performance décevante, malgré une victoire en prolongation de 3-2 contre le Canadien de Montréal lors de leur match d’ouverture.

« Nous devons gagner en confiance en étant meilleurs avec la rondelle en zone neutre, en étant plus agressifs en zone offensive et en passant plus de temps dans cette zone pour simplifier le travail de notre défense, a souligné Babcock. Nous n’avons pas fait du très bon travail [contre le Canadien] et nous nous sommes compliqué la tâche. »

Pour leur part, les Sénateurs ont joué du hockey inspiré lors de leur match d’ouverture, jeudi, malgré un revers en prolongation de 4-3 face aux Blackhawks de Chicago.

« C’est la LNH et il n’y a jamais vraiment de mauvaises équipes, a noté le centre des Maple Leafs Auston Matthews. Vous affrontez des joueurs de calibre de la LNH. Ils vont travailler fort et il faut donc être prêt. »

Après avoir accueilli les Sénateurs, les Maple Leafs se rendront à Chicago pour jouer face aux Blackhawks dimanche lors du deuxième d’une série de deux matchs en autant de soirs. Ils disputeront ensuite trois autres rencontres à l’étranger face aux Stars de Dallas, aux Red Wings de Detroit et aux Capitals de Washington.

« Nous avons obtenu le résultat souhaité [contre le Canadien] et en fin de compte, c’est ce qui est le plus important, a rappelé Tavares. Je crois que nous pouvons hausser notre niveau de jeu de quelques crans. »