Roland-Garros: Rafael Nadal remporte un onzième titre

En onze finales à Paris depuis 2005, le champion espagnol n’a jamais laissé la Coupe des Mousquetaires lui échapper.
Photo: Alessandra Tarantino Associated Press En onze finales à Paris depuis 2005, le champion espagnol n’a jamais laissé la Coupe des Mousquetaires lui échapper.

Ce onzième titre à Paris en quatorze participations permet à l’Espagnol de 32 ans de revenir à trois longueurs du record de trophées en Grand Chelem de Roger Federer (20) et de conserver la place de no 1 mondial lundi. Une alerte en début de la troisième manche (2-1) à l’avant-bras gauche, qu’il s’est ensuite fait masser à plusieurs reprises, s’est avérée sans conséquence pour Nadal.

La logique est implacable pour Nadal. En onze finales à Paris depuis 2005, le champion espagnol n’a jamais laissé la Coupe des Mousquetaires lui échapper.

Comme l’an passé face au Suisse Stan Wawrinka, il n’a même pas eu besoin de trop forcer son talent pour rester le maître incontesté des lieux. Thiem, seul joueur à l’avoir battu sur l’ocre depuis 2017, et ce, deux fois, s’est démené, mais a manqué de métier et de régularité pour sa première finale en Grand Chelem.

Le 8e mondial, 24 ans, avait « un plan ». Mais il n’a manifestement pas pu le mettre en place. Le protégé de Günter Bresnik, ancien entraîneur de Boris Becker, a commis trop d’erreurs et son service, pas assez constant, ne lui a pas facilité la tâche.

Sous les yeux de Gustavo Kuerten, triple vainqueur à Paris, et de Zinedine Zidane, qui avait remis son premier trophée à Nadal en 2005, le jeune loup autrichien n’a rivalisé que jusqu’à 4-4 dans la première manche.

Un jeu de service catastrophique, avec une volée de revers manquée et trois fautes consécutives en coup droit, offrait la première manche au Majorquin en 57 minutes (6-4).

Harcelé dans la diagonale revers, Thiem a souvent plié sous les violents coups droits du no 1 mondial, qui a attendu patiemment qu’il craque. Il s’est beaucoup agacé et a vite perdu pied dans la deuxième manche (4-1).

Patient et constant du fond du terrain, Nadal a fourni le coup supplémentaire pour faire céder le jeune homme, qui l’avait dominé avec brio le mois dernier sur la terre madrilène (7-5, 6-3 en quarts). Au total, l’Autrichien a signé trois succès devant le Majorquin — pour 7 défaites désormais —, mais jamais en trois manches gagnantes.

Pour la troisième fois à Roland-Garros, il s’est incliné face au vétéran sans lui prendre une manche. Les accélérations en revers du Majorquin, l’un des coups qu’il a énormément améliorés depuis son premier sacre il y a treize ans, ont fait des dégâts.

Nadal avait pris une sérieuse option sur la Undécima en brisant Thiem (2-1) dans le 3e acte. Mais la situation s’est soudainement compliquée pour lui, après un service (à 30-0). Touché visiblement à la main gauche, il a regagné son banc en se tenant le majeur.

Il a pu conclure le jeu (3-1) avant de se faire masser l’avant-bras lors du changement de côté et de prendre des médicaments. Finalement, ce pépin physique s’est avéré sans conséquence sur l’évolution du match.

À voir en vidéo