Julien veut placer Galchenyuk dans une position favorable

L’apprentissage de Galchenyuk à une position qui se veut exigeante dans la LNH a été parsemé de hauts et de bas jusqu’à maintenant.
Photo: Minas Panagiotakis / Getty Images / Agence France-Presse L’apprentissage de Galchenyuk à une position qui se veut exigeante dans la LNH a été parsemé de hauts et de bas jusqu’à maintenant.

Claude Julien a été très clair mardi en affirmant qu’Alex Galchenyuk n’a pas connu un bon match face aux Red Wings de Detroit. Mais une douzaine d’heures plus tard, l’entraîneur-chef du Canadien de Montréal a cherché à prendre la défense de son jeune attaquant et a davantage voulu mettre en valeur ses atouts que ses lacunes.

Au terme d’une séance d’entraînement où Galchenyuk s’est retrouvé à l’aile gauche auprès d’Andrew Shaw au centre et Artturi Lehkonen à droite, mercredi à Brossard, Julien a cherché à tempérer les réactions des journalistes à la suite de ses plus récents remaniements de trio.

« Il ne faut pas attacher trop d’importance au changement qui touche Alex », a noté Julien, qui a rencontré Galchenyuk avant l’entraînement pour lui faire part de ses plans.

« Il est le quatrième meilleur marqueur de notre équipe. Il est un bon joueur de hockey. Parce que nous l’avons placé à l’aile, ça ne veut pas dire qu’il n’est pas un bon joueur de hockey. Ça veut dire qu’on va le mettre dans une position pour qu’il ait du succès, et qu’on va nous mettre dans une position, comme équipe, pour avoir du succès. C’est tout simplement ça. »

Hauts et bas

Même s’il a été repêché en tant que joueur de centre, l’apprentissage de Galchenyuk à une position qui se veut exigeante dans la LNH a été parsemé de hauts et de bas jusqu’à maintenant. Son rendement dans le cercle des mises jeu tarde beaucoup à s’améliorer.

Dans le processus menant à une telle décision, Julien ne cache pas que le fait d’évoluer à l’aile vient avec des responsabilités moindres que celles qui attendent un joueur de centre.

« Comme entraîneur, j’aime toujours miser sur beaucoup de centres parce que plusieurs centres sont capables de jouer à l’aile. C’est plus difficile pour un ailier de jouer au centre. J’ai ce luxe que je peux utiliser à notre avantage. Alex joue aux deux positions, donc on va lui donner l’occasion de jouer à l’aile. D’ailleurs, j’ai aimé ce trio ce matin à l’entraînement. On verra ce que ça va donner dans un match », a déclaré Julien.

Comme il fallait le prévoir, Galchenyuk a été rapidement entouré de journalistes lorsqu’il est sorti de la patinoire. Pour lui, jouer à l’aile ou au centre n’a pas d’importance. Et il ne semble pas se formaliser du fait qu’il a plusieurs fois été trimballé de l’aile à la position de joueur de centre, et vice-versa.

« En ce qui me concerne, ce n’est pas une grosse affaire. En fin de compte, je suis un joueur de hockey et ce n’est pas comme si j’étais venu au monde pour évoluer à l’aile ou au centre. J’ai joué au hockey toute ma vie et de jouer à l’aile ou au centre ne représente pas un gros changement. L’important, c’est de produire pour ton équipe », a commenté Galchenyuk, qui a paru un peu exaspéré de répondre à de nouvelles questions à ce sujet.

Shaw à l’aise

De son côté, Shaw s’est dit tout à fait à l’aise avec la décision de son entraîneur.

« C’est ma sixième saison, et j’ai probablement passé la moitié de ces années au centre. Je pense que Claude sait ce que je peux lui apporter, que je suis à l’aise à l’idée de tenter l’expérience et que j’accepte n’importe quel rôle qu’on me confie. C’est une tâche à laquelle je suis prêt à m’attaquer, et si ça peut aider l’équipe, je suis totalement en faveur », a fait remarquer l’ancien des Blackhawks.

Par ailleurs, en mutant Galchenyuk sur un nouveau trio, Julien a choisi de ramener Phillip Danault entre Max Pacioretty et Alexander Radulov. Les trois joueurs ont passé ensemble les dernières minutes de l’affrontement de mardi.

« J’essaie de ne pas trop penser à ça », a répondu Danault quand un journaliste lui a demandé s’il percevait une telle décision comme un vote de confiance de la part de Claude Julien.

« Notre but premier, c’est de gagner des matchs, a-t-il ajouté. Il faut se pencher sur tous les détails. Ce n’est pas contre un joueur. Il faut que tout le monde soit dans le même bateau. Il [Julien] fait tout pour qu’on gagne. Tout le monde a la même mentalité. »

Traitements

Dans un autre ordre d’idées, Andrei Markov était absent afin de se soumettre à une journée de traitements. Lors de son point de presse, Julien a assuré que le vétéran sera à son poste lors de la visite des Hurricanes de la Caroline, jeudi.

Toutefois, Julien n’a pas confirmé l’identité de son gardien en vue de ce match. L’entraîneur-chef a fait savoir que Carey Price ne se sentait pas à 100 pour cent, mais qu’il s’agissait d’un problème mineur. Julien a ajouté qu’il veut s’assurer que son gardien partant soit en parfaite santé, surtout à cette période-ci de la saison.

Le match de jeudi ne s’annonce pas facile alors que les Hurricanes connaissent probablement leurs meilleurs moments cette saison. La troupe de l’entraîneur-chef Bill Peters présente un dossier de 6-1-3 à ses 10 dernières sorties et n’a pas perdu en temps réglementaire à ses huit dernières rencontres (5-0-3), soit depuis le 7 mars, au Colorado.