Une autre année difficile pour les Alouettes

Les «bonnes habitudes» ne se sont pas perdues pour autant chez les Alouettes, qui ont de nouveau fait appel à plusieurs quarts pour passer à travers leur saison.
Photo: Graham Hugues Les «bonnes habitudes» ne se sont pas perdues pour autant chez les Alouettes, qui ont de nouveau fait appel à plusieurs quarts pour passer à travers leur saison.

L’année 2016 aura de nouveau été pénible pour les Alouettes de Montréal, qui ont tourné une importante page de leur histoire en se séparant de leur directeur général Jim Popp après 21 ans.

Voici en rétrospective l’année 2016 chez les Alouettes de Montréal.

Au revoir, Jim… et Mark !

Les Alouettes ont donné un important coup de barre à leur organigramme quand ils ont annoncé, le 7 novembre, le départ de leur directeur général Jim Popp après 21 saisons à la tête de l’équipe. Bien peu de gens se doutaient alors que le président et chef de la direction, Mark Weightman, allait aussi perdre son poste.

Si la carrière de Popp à Montréal a été dans l’ensemble glorieuse — sous sa gouverne, l’équipe a participé au match de la coupe Grey en huit occasions entre 2000 et 2010, la remportant trois fois, en 2002, 2009 et 2010 — la fin de son règne a plutôt été marquée par l’instabilité au poste d’entraîneur-chef, une longue procession de quarts partants et des insuccès sur le terrain.

En comptant Jacques Chapdelaine et Popp — qui a fait deux séjours sur les lignes de côté —, cinq entraîneurs-chefs se sont succédé depuis le départ de Marc Trestman après la saison 2012.

Quant à Weightman, les médias n’ont appris qu’au début décembre qu’il avait aussi perdu son poste, quand Danny Maciocia, des Carabins de l’Université de Montréal, a déclaré publiquement qu’on le lui avait offert.

C’est lors de la nomination de Patrick Boivin aux postes de président et chef de la direction, le 14 décembre, qu’on a eu la confirmation du départ de Weightman.

Andrew Wetenhall, copropriétaire et directeur du club, a indiqué que Weightman « a cédé sa place il y a quelques mois » pour le bien de la réorganisation du leadership du club. Pourtant, une semaine plus tôt, c’est Weightman qui représentait les Alouettes aux assises de la LCF en compagnie de Kavis Reed, nommé directeur général en remplacement de Popp.

D’abord embauché comme instructeur des receveurs de passes et adjoint au coordonnateur à l’attaque, Jacques Chapdelaine a rapidement pris du galon, remplaçant sur une base intérimaire Jim Popp comme entraîneur-chef, le 19 septembre.

Sous sa gouverne, l’équipe a connu un second souffle, remportant quatre de ses six derniers matchs pour conclure la saison avec une fiche de 7-11, tout juste insuffisant pour prendre part aux matchs éliminatoires.

En deux occasions, après des victoires acquises au stade Percival-Molson, Chapdelaine a vu son point de presse être interrompu par le propriétaire Robert Wetenahll, impatient de le féliciter. Ces irruptions ont laissé croire que Chapdelaine serait automatiquement de retour en 2017. Il n’en était rien.

Reed a eu carte blanche pour dénicher son entraîneur-chef et ce n’est qu’après avoir parlé à quelques candidats qu’il s’est rangé aux arguments de Chapdelaine, confirmé par son patron le samedi précédant l’annonce du nouvel état-major du club.

La valse des quarts

Les « bonnes habitudes » ne se sont pas perdues pour autant chez les Alouettes, qui ont de nouveau fait appel à plusieurs quarts pour passer à travers leur saison.

Ainsi, ce sont tour à tour Kevin Glenn (neuf départs), Rakeem Cato (six) et Vernon Adams fils (trois) qui ont amorcé les rencontres cette saison, connaissant tous un succès mitigé.

Depuis qu’Anthony Calvillo a été blessé en 2013, neuf quarts différents ont été partants en au moins une occasion pour les Alouettes.

Kavis Reed et Jacques Chapdelaine ont d’ailleurs admis que de trouver un quart no 1 digne de ce nom, capable d’amener l’équipe à un autre niveau était leur principal dossier à régler cet hiver.

Reed semble pencher vers Adams comme premier choix si les Alouettes ne trouvent pas meilleur candidat d’ici la prochaine campagne.