Les Penguins traversent une période faste

Peu d’équipes de la Ligue nationale de hockey possèdent la rapidité, le talent et la profondeur nécessaires pour dominer le Lightning de Tampa Bay, mais ce fut le cas des Penguins de Pittsburgh lors des trois premiers matchs de la série finale de l’association Est.

Sidney Crosby, Evgeni Malkin et leurs acolytes, parmi lesquels Phil Kessel, Carl Hagelin et Nick Bonino, ont maté le Lightning pendant de longues minutes dans chacun des affrontements pour procurer une avance de 2-1 aux Penguins dans la série éliminatoire au meilleur de 7 matchs.

Le match no 4 sera présenté vendredi soir à l’Amalie Arena de Tampa, et les Penguins comptent bien en profiter pour creuser l’écart.

« Quand vous affrontez d’aussi bonnes équipes à ce stade-ci de la saison, vous savez très bien que vous devez seulement penser au prochain match », a expliqué Crosby, qui a marqué dans les deux dernières rencontres après avoir été tenu en échec lors des huit précédentes.

Malkin a obtenu une mention d’aide sur le filet victorieux de Crosby en supériorité numérique lors du match no 3 mercredi soir. Il s’agissait du premier point de l’attaquant russe depuis le match no 2 de la série demi-finale de l’Est contre les Capitals de Washington.

Du rythme

Pendant que les joueurs étoiles des Penguins tentaient de trouver leurs repères, Kessel, Hagelin et Bonino ont pris la relève. Leur trio a connu beaucoup de succès mercredi alors que Kessel a inscrit son septième filet des séries éliminatoires — un sommet d’équipe cette saison — après avoir accepté une passe savante de Bonino. Un peu plus tôt dans le match, Kessel avait lui-même mis la table pour le filet de Hagelin, qui ouvrait la marque pour les Penguins.

« Tu ne peux gagner régulièrement sans avoir de la profondeur. Ce trio est impressionnant depuis le début des séries éliminatoires, a ajouté Crosby. Tu regardes la façon dont Phil joue, il génère tellement de choses. « Haggy » a beaucoup de vitesse. Et « Bones » est un joueur très intelligent. Il joue très bien avec ces deux gars-là. Ils nous ont donné beaucoup de rythme. »

L’entraîneur-chef du Lightning, Jon Cooper, a reconnu la contribution de ce trio et a reconnu qu’il était difficile à neutraliser, surtout pour une équipe qui est habituée de venir à bout de ses adversaires en exploitant sa propre profondeur.

« Quand on regarde leur équipe, Phil Kessel n’obtient pas le respect qu’il mérite. Ce que je veux dire, c’est qu’il a marqué une tonne de buts dans cette ligue. Bonino est l’un de ces joueurs sous-estimés… Quand on regarde les équipes pour lesquelles il a joué, on constate qu’il a toujours été entouré de joueurs vedettes. Hagelin a gagné partout où il est passé. Mais ils sont oubliés en raison des joueurs étoiles », a mentionné Cooper.

« Quand tu peux compter sur trois ou quatre bons trios — c’est ce que nous avons — ça devient difficile pour l’autre équipe, a-t-il poursuivi. Mais ça, c’est un tout autre niveau, et ils en sont conscients eux aussi. Ils connaissent tout un parcours éliminatoire et ils en sont conscients, et quand tu vis un tel parcours, tu sais que de belles choses vont se produire. »

Les Penguins ont jusqu’à maintenant dominé le Lightning 124-70 au chapitre des tirs au but, une tendance que la formation floridienne devra freiner si elle souhaite remporter la série.