Plekanec et Andrighetto font la paire

En décembre 2014, Tomas Plekanec (à gauche) a célébré un de ses buts avec son jeune coéquipier Sven Andrighetto. «C’est plaisant de jouer avec “Pleky”. Je me suis entraîné avec lui au cours de l’été. J’aime être avec lui», a raconté Andrighetto lundi lors du camp d’entraînement du Canadien.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne En décembre 2014, Tomas Plekanec (à gauche) a célébré un de ses buts avec son jeune coéquipier Sven Andrighetto. «C’est plaisant de jouer avec “Pleky”. Je me suis entraîné avec lui au cours de l’été. J’aime être avec lui», a raconté Andrighetto lundi lors du camp d’entraînement du Canadien.

Sven Andrighetto a pris un peu de lustre, lundi, au Complexe sportif Bell, mais il est le premier à ne pas trop s’exciter de cette « promotion ».

Alors que Alexander Semin et David Desharnais ont eu droit à une journée de congé pour soigner des blessures qui ne semblent nullement inquiéter l’état-major du Canadien, le Suisse de 22 ans a formé un trio avec Brendan Gallagher et Tomas Plekanec.

« Il n’y a pas de doute que c’est agréable, mais je ne veux pas y accorder trop d’importance. C’est plaisant de jouer avec “Pleky”. Je me suis entraîné avec lui au cours de l’été. J’aime être avec lui. Même dans le gymnase, vous pouvez voir à quel point il travaille fort, et vous pouvez en apprendre beaucoup. Et il m’aide aussi lorsque j’ai besoin de lui poser des questions sur un exercice particulier, par exemple. Il me met à l’aise. »

Auteur de l’un des six buts des Blancs dimanche après-midi, Andrighetto est l’un des attaquants qui pourraient mêler les cartes et se tailler un poste avec le « grand club », après une saison de 17 buts et 27 passes en 64 matchs avec les Bulldogs de Hamilton l’an dernier.

Mais là encore, Andrighetto ne veut pas brûler les étapes, même s’il dit être content de son début de camp.

« Nous n’en sommes qu’au jour 4 du camp, mais ça va bien. Mais je ne veux pas trop m’emballer. Je veux avancer une journée à la fois, travailler avec ardeur et donner 100 % chaque fois que je suis appelé à sauter sur la glace. »

Il reste que Andrighetto se considère un meilleur joueur de hockey, surtout sur le plan psychologique. Il a notamment confié avoir bénéficié de précieux conseils de l’entraîneur-chef des Bulldogs de Hamilton, Sylvain Lefebvre, en plus de se mettre à la lecture d’un bouquin sur la force de caractère.

« Je pense être plus fort mentalement. J’ai acquis beaucoup de maturité au cours des deux dernières années, surtout l’an dernier, et plus d’expérience. J’ai joué quelques matchs à Montréal et ça m’a beaucoup aidé. »

En plus de Desharnais et de Semin, Nikita Scherbak a lui aussi effectué une visite à l’infirmerie lundi, après avoir subi une blessure au bas du corps. Son cas sera réévalué sur une base quotidienne.

Scherbak avait été muté dans le groupe B, lundi, un signe, peut-être, qu’il ne connaît pas un bon début de camp. L’équipe « A », celle regroupant les vétérans, a réuni les défenseurs Jarred Tinordi et Greg Pateryn ainsi que les attaquants Michael McCarron, Daniel Carr et Charles Hudon.

Price content pour Pacioretty

Toujours à l’écart en raison d’une blessure à un genou, Max Pacioretty a tout de même fait parler de lui lundi, gracieuseté de Carey Price.

Le gardien du Canadien considère que Pacioretty possède toutes les qualités pour devenir un capitaine respecté et respectable.

« Il a acquis de la maturité, et il a une bonne tête de hockey. C’est une personne agréable et ça fait de lui un excellent choix », a déclaré Price, qui était de belle humeur.

Par ailleurs, Pacioretty s’est de nouveau entraîné en solitaire pendant 45 minutes, et il a affiché un certain progrès. Mais le Canadien n’a pas donné de nouvelles informations à son sujet.