Plekanec tranche à la dernière minute

Il relève maintenant de la tradition que le Canadien de Montréal et les Maple Leafs de Toronto, deux vénérables institutions qui se détestent joyeusement depuis la nuit des temps, croisent le proverbial fer en lever de rideau de leur saison régulière dans la Ligue nationale de hockey. Et cela donne la plupart du temps un spectacle enlevant, comme ce fut le cas mercredi soir au Air Canada Centre.

Dans une rencontre chaudement disputée et qui a trouvé un dénouement échevelé, le Canadien a profité de deux buts de Tomas Plekanec, dont l’un (chanceux) enregistré dans la dernière minute de jeu en temps réglementaire, pour se sauver avec un gain de 4-3.

Après un spectacle son et lumière tout à fait décoiffant qui ne donnait pas une minute à songer que les Leafs n’ont pas remporté la Coupe Stanley — n’ont même pas atteint la finale, en fait — depuis 1967, le match s’est mis en branle et dès le départ, les hommes en bleu se sont employés à appliquer une certaine pression qui a contraint Carey Price à se signaler, notamment devant l’attaquant Leo Komarov, la fierté du hockey estonien.

Mais il revenait à Max Pacioretty le soin d’ouvrir la marque à la 5e minute. Filant sur le flanc droit, hors l’aile, l’un des quatre A du Tricolore a contourné le gros et grand Dion Phaneuf, visiblement en carence de mobilité, et d’un angle fort restreint, logé le disque dans le dé à coudre qu’avait laissé Jonathan Bernier en guise de fenêtre d’occasions. Bernier a d’ailleurs jeté un coup d’oeil audit dé en ayant l’air, même derrière son masque, de ne pas trop y croire.

Mais Toronto a servi la réplique pas longtemps après lorsque la recrue Brandon Cozun a réceptionné une superbe basse en zone ennemie avec personne autour de lui. Il a décoché du poignet, et Nazem Kadri posté à l’embouchure s’est chargé de la déviation dans la lucarne, qui n’a laissé aucune chance à Price. 1-1.

Le CH a déployé plus tard une première supériorité numérique, qui est rentrée bredouille. Nathan Beaulieu, dont la frappe a percuté la barre horizontale derrière Bernier, est passé le plus près.

Les Leafs, eux, ont profité de leur seule attaque à cinq quand le défenseur Stuart Percy s’est retrouvé en possession derrière la ligne de but adverse et a remis à Tyler Bozak laissé seul dans la zone privilégiée. Celui-ci n’a eu qu’à rediriger alors que Price se trouvait sans trop de défense avec 38 secondes seulement à écouler à l’engagement initial.

Échappée réussie

Le jeu s’est montré un peu plus embrouillé en début de deuxième période jusqu’à la 5e minute, quand Alexei Emelin (une deuxième mention d’aide dans la joute), à sa propre ligne bleue, a repéré Plekanec à la bleue adverse, derrière la défense des Leafs. Remise parfaite, le Tchèque file seul et déjoue Bernier à sa gauche en lui passant un court revers au bout de la jambière. On avait soudain affaire à un nouveau match, ainsi que le chantait le poète.

Price et Bernier se sont signalés à tour de rôle pendant la suite immédiate des choses, et plus encore alors que l’action allait sans cesse d’un bout à l’autre, de telle sorte que c’était toujours 2-2 avec moins de trois minutes au cadran quand l’arrière Tom Gilbert, l’un des nouveaux venus chez le Canadien, a été sanctionné d’une double mineure pour avoir accidentellement porté sa palette au visage de Daniel Winnik. Et après un début d’attaque massive laborieux, Toronto a certes bourdonné, et Bozak l’aurait sans doute mise dedans s’il n’avait paru être accroché alors qu’il s’apprêtait à capter une passe près du poteau droit devant une moitié de filet déserte, mais au final, le score est demeuré inchangé pour la rentrée aux vestiaires.

En troisième, qui d’autre que celui qui fait tant jaser (et jase tant lui-même) pour rompre l’impasse ? À la 9e minute, David Desharnais travaille très fort dans le coin, le droit adverse en l’occurrence, et parvient habituellement à s’en extirper avec la rondelle sur le bâton. Il aperçoit P.K. Subban qui avance entre les cercles de mise au jeu, lui refile le palet, et le défenseur profite de la circulation relativement intense devant Bernier pour expédier une garnotte à la droite d’icelui, qui ne voit pas grand-chose.

Mais les Leafs n’avaient pas dit leur dernier mot, et à la 18e minute, ils profitèrent d’un coup de veine. Le disque sorti du coin par Morgan Reilly et dirigé latéralement heurta d’abord Price, puis Lars Eller pour se retrouver au fond de la cage.

Ironie du sort, le CH allait cependant bénéficier d’un traitement semblable alors qu’il restait 43 secondes à faire quand une passe de Plekanec vers Alex Galchenyuk, situé près du but adverse, a plutôt touché un patin de Percy pour glisser derrière Bernier. Pour les hommes de Michel Therrien, la longue marche commençait par un pas en avant. Un pas essoufflant certes, mais un pas quand même.

Ce parcours, qui s’amorce avec quatre matchs à l’étranger, prendra le chemin de Washington jeudi, de Philadelphie samedi et de Tampa lundi.