Le COC satisfait de la récolte canadienne

Sotchi — Même si Marcel Aubut a martelé haut et fort depuis quatre ans que le Canada ne visait rien de moins que le sommet du tableau des médailles aux Jeux de Sotchi, les 25 médailles canadiennes le satisfont pleinement.

C'est ce qu'a indiqué le président du Comité olympique canadien (COC), dimanche, au moment de faire le bilan des Jeux dans le sud de la Russie pour la délégation du Canada.

Flanqué du chef de mission Steve Podborski et de la chef de mission adjointe France St-Louis, Me Aubut a dressé un bilan fort positif des Jeux de Sotchi. Il est d'autant plus satisfait que le pays a comblé l'écart le séparant du premier rang au total de médailles, alors que le Canada avait terminé 11 médailles plus loin que les États-Unis et leur récolte de 37 breloques à Vancouver.

«Il ne peut pas y avoir de déception quand vous faites passer votre écart avec la première place de 11 médailles à quatre, a-t-il dit avant que les Russes ne balaient le podium au 50 km en ski de fond. Alors 24, 25 ou 26 médailles, c'est important, mais ce n'est pas la fin du monde, puisque vous vous êtes rapprochés du sommet et êtes restés dans le peloton de tête.»

Le président du COC a fait remarquer que l'écart s'est rétréci de façon importante entre les pays occupant le sommet du tableau des médailles en raison de l'argent investi de façon plus massive par ces nations, une tendance qui n'est pas près de s'estomper, mais qui est un peu surprenante selon lui.

«Je ne pensais pas qu'en quatre ans, il pourrait y avoir un bloc de pays capables de se hisser près de la tête et que le classement des médailles puisse changer en quelques heures seulement.»

Aubut a également louangé le travail effectué par la Russie, qui a amassé 18 médailles de plus (33 contre 15) qu'aux Jeux de Vancouver, tout un retournement de situation en quatre ans seulement.

Finalement, il a dit souhaiter que le Canada présente bientôt une nouvelle candidature pour accueillir les Jeux olympiques — d'hiver ou d'été —, soulignant qu'il ne faut pas se laisser berner par le chiffre de 51 milliards $ dépensés par la Russie, qui ne représente pas le coût des Olympiques, mais bien de toute la restructuration et la revitalisation de la région de Sotchi.

Le président du CIO rend hommage à la spectaculaire transformation de Sotchi

Par aileurs, le président du Comité international olympique a estimé que les Jeux de Sotchi avaient mis en valeur la «spectaculaire» transformation d'un centre de villégiature où, il y a quelques années, il avait craint d'être atteint à la tête par un toit qui s'écroulerait.

Lors d'une conférence de presse tenue au dernier jour de la 22e olympiade, dimanche, Thomas Bach a affirmé que Sotchi avait accueilli d'excellents Jeux, prouvant que la décision d'en confier l'organisation à la Russie avait été judicieuse.

Bach a affirmé que ce qui «a été réalisé est remarquable», ajoutant que Sotchi a tout bâti à partir de rien.

Le président du CIO a rappelé que Sotchi a obtenu l'organisation des Jeux après deux échecs. Il était président d'une commission du CIO qui avait évalué la première candidature.

Selon Bach, il s'agissait d'une vieille ville d'allure staliniste, où lorsque vous entriez dans une pièce, vous deviez regarder en l'air pour vous assurer de ne pas vous faire frapper par quelque chose tombant du toit!