Katherine Surin, à l’image de son père

Sherbrooke — Katherine Surin a créé la surprise aux Jeux du Canada jeudi en remportant la médaille de bronze à l’épreuve du 400 mètres.

La fille de l’ancien sprinteur Bruny Surin a fait une imitation de son père en décollant comme une fusée dans les 100 derniers mètres de la course. Elle a dépassé deux rivales pour terminer troisième et signer son meilleur temps personnel (55,67 secondes).

« C’est toute une surprise, a lancé le paternel, pas peu fier. Déjà qu’elle s’était qualifiée pour la finale en faisant son meilleur temps, tout le reste serait un boni. En finale, je me disais que si elle terminait dans le top 5, ce serait extraordinaire. Quand je l’ai vue continuer de pousser dans les 100 derniers mètres, je transpirais sur mon siège. Elle allait plus vite que moi dans le temps, c’est sûr », rigolait-il.

On a même eu le sentiment que Surin aurait pu rattraper sa coéquipière du Québec Marie Saint-Pierre s’il y avait eu une cinquantaine de mètres de plus. « S’il m’était resté de l’énergie, je pense que j’aurais été capable, a-t-elle répondu. J’ai donné tout ce que j’avais à la fin. Je voulais vraiment atteindre le podium. »

Affirmant être venue pour apprendre, l’élancée athlète âgée de 18 ans disait déjà mission accomplie lundi après avoir réalisé le troisième meilleur chrono des qualifications sous la barre des 56 secondes. « Je ne m’attendais pas à gagner une médaille, je suis réellement contente. Surtout que j’ai encore amélioré mon meilleur temps. »

Surin ne s’est mise à la pratique de l’athlétisme qu’il y a environ un an. Au début, elle a été très réfractaire à la suggestion de son père de courir le 400 m, préférant les sprints de 100 et de 200 m.

« Je commence à apprécier la distance, a-t-elle dit après sa réussite. Au début, je me demandais pourquoi je me faisais souffrir de la sorte. Je sais encore que je vais avoir mal à la fin, mais la satisfaction est plus grande. »

À voir en vidéo