Plekanec reste à l’écart

Le défenseur Mike Commodore a participé à son premier entraînement avec le Canadien de Montréal, mardi à Brossard, mais l’absence de Tomas Plekanec s’est prolongée d’une autre journée.

Le cas de l’attaquant tchèque commençait à inquiéter, à l’occasion de la troisième journée du camp d’entraînement du CH, étant donné qu’il souffre d’une blessure aux côtes qu’on a initialement qualifiée de mineure. Michel Therrien a toutefois assuré que Plekanec continuait d’être un cas « au jour le jour ».


« J’aimerais vous en dire plus, mais ce sont les seules infos que j’ai. Moi aussi j’ai hâte d’en savoir plus. Mais ça reste au jour le jour », a souligné en français l’entraîneur du Tricolore, pour ensuite préciser en anglais que Plekanec n’avait subi « aucun recul. Je l’ai croisé ce matin et il se sent de mieux en mieux, c’est bon signe. On verra au courant de la semaine. Le personnel médical a mon entière confiance et celui-ci veut s’assurer qu’au moment où [Plekanec] va retrouver les autres joueurs sur la glace, il sera à 100 %. On ne veut pas prendre de chance inutile. »


Therrien a par ailleurs précisé que le joueur de centre assiste à toutes les réunions d’équipe, si bien qu’il prend connaissance des enseignements du nouveau personnel d’entraîneurs au même rythme que ses coéquipiers.


« Ce n’est pas comme s’il est à part du groupe. Le seul temps qu’il est à part, c’est quand l’équipe est sur la glace, a affirmé l’entraîneur. C’est un joueur très important pour notre formation, donc c’est sûr que j’ai hâte de l’avoir dans notre formation. On s’assure entre-temps qu’il a l’enseignement nécessaire sur notre façon de jouer afin qu’il soit prêt lorsqu’il va recommencer. »


Outre Petteri Nokelainen, qui en a encore pour une dizaine de jours avant de se remettre de sa blessure, Plekanec était le seul absent de l’entraînement.


Commodore, lui, est revenu sur la patinoire après avoir subi toute une batterie de tests cardiaques par mesure préventive. Il a eu des épisodes de palpitations cardiaques par le passé et la direction voulait évaluer les risques que cela se reproduise avant de lui donner le feu vert. Commodore sait que ses chances de rester avec le Canadien sont minces, du moins à courte échéance. Mais c’est avec l’idée qu’il n’a rien à perdre qu’il s’est amené à Montréal.