Canadien 3, Blues 2 (F) - Carbonneau soulagé

St.Louis — Encore heureux que le Canadien ait affronté la pire équipe de l'Association Ouest. Dans un match sans rythme disputé dans une ambiance de maison funéraire, le Tricolore a remporté une courte victoire de 3-2 aux tirs de barrage face aux Blues de St.Louis, hier soir, au Scottrade Center.

Alex Kovalev a tranché lors de la fusillade. Le Russe a déjoué Manny Legace d'un revers dans la partie supérieure du filet. Saku Koivu et Andrei Kostistyn avaient auparavant échoué. Carey Price a été parfait en stoppant Brad Boyes, David Perron et Keith Tkachuk.

Andrei Kostitsyn (2e) et Robert Lang (5e) ont réussi les buts du Canadien.

Steve Regier a inscrit les deux buts des Blues, lui qui disputait son premier match dans la Ligue nationale à la suite de son rappel de Peoria (LAH).

«On vient de disputer deux bons matchs», a commenté Guy Carbonneau en parlant aussi de la rencontre de samedi contre Philadelphie. «Ce soir, on a eu la force de revenir, puis de gagner aux tirs de barrage. Ce n'était pas un match parfait, mais c'est déjà beaucoup mieux», a ajouté l'entraîneur, visiblement soulagé à la suite de cette victoire. Carbo a d'ailleurs décidé de donner congé à ses joueurs, lundi, en Caroline.

Guy Carbonneau a voulu donner un traitement-choc à son équipe en jumelant Kovalev, Koivu et Alex Tanguay dès la mise en jeu initiale. La tactique n'a pas été concluante au premier vingt, les Blues inscrivant l'unique but de la période. Un but qui a fait grimacer Carbonneau puisqu'il a été l'oeuvre du quatrième trio du St.Louis.

Cardonneau a enchaîné avec les frères Andrei et Sergei Kostitsyn et Robert Lang. Christopher Higgins, Tomas Plekanec et Tom Kostopoulos formaient un autre trio, tandis que Guillaume Latendresse, Steve Bégin et Mathieu Dandenault composaient la quatrième unité. Les nombreuses pénalités l'ont toutefois privé de ces trios. «Le match a été joué à un drôle de tempo à cause de toutes ces punitions. J'ai même dû créer d'autres combinaisons durant le match.»

Durant la prolongation, Francis Bouillon a été atteint à la gorge par un violent tir de Boyes alors que le Canadien se défendait à trois contre quatre. Il a regagné son vestiaire en coup de vent. Heureusement, il n'a pas été blessé sérieusement. Il a même pu en rire après la rencontre.