Ottawa et Québec investissent 500 millions dans la station du REM à l’aéroport de Montréal

L’aéroport Montréal-Trudeau
Photo: Valérian Mazataud Archives Le Devoir L’aéroport Montréal-Trudeau

Les gouvernements fédéral et provincial se sont entendus sur un montage financier de 500 millions de dollars pour permettre la construction de la station du Réseau express métropolitain (REM) à l’aéroport Montréal-Trudeau. Ottawa allongera 100 millions, mais la contribution de 100 millions du gouvernement du Québec et celle de 300 millions de la Banque de l’Infrastructure du Canada (BIC) se feront sous forme de prêt.

« Notre gouvernement ne pouvait pas envisager un scénario où la station à l’aéroport ne serait pas construite », a commenté le ministre fédéral des Transports, Omar Alghabra, lors d’une conférence de presse téléphonique en compagnie du ministre québécois de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, et de la ministre responsable de la Métropole, Chantal Rouleau.

Cette entente survient après des mois de pourparlers. Cette aide était devenue nécessaire compte tenu des difficultés d’Aéroports de Montréal (ADM) d’assumer seule la facture de 600 millions tel qu’initialement prévu.

Le fédéral entend verser une contribution de 100 millions $ alors que la BIC consent un prêt de 300 millions à un taux d’intérêt « assez bas », a indiqué Ehren Cory, p.-d.g. de la BIC. De son côté, Québec accordera un prêt de 100 millions remboursable d’ici cinq ans. « On est là temporairement pour permettre à Aéroports de Montréal de reprendre la performance financière qu’elle avait avant la pandémie », a expliqué Pierre Fitzgibbon

De son côté, ADM assumera un montant de 100 millions. De cette somme, 60 millions ont déjà été dépensés pour des travaux liés au projet.

Le p.-d.g. d’ADM, Philippe Rainville, a assuré que les délais occasionnés par cette entente tardive n’auraient pas d’incidence sur la réalisation du projet. La station devrait entrer en service à la fin de 2024. Les travaux préparatoires et les plans sont terminés et la démolition d’une partie du stationnement étagé en façade de l’aérogare est commencée, a précisé M. Rainville. ADM lancera un appel d’offres dans les prochaines semaines pour trouver la firme qui accompagnera ADM dans la gestion et la construction de la station du REM.

Rappelons qu’en juin 2020, ADM avait demandé l’aide des gouvernements fédéral et provincial compte tenu sa « situation financière catastrophique » causée par la pandémie et par la baisse importante du trafic aérien. « C’est sûr que nos finances ont été affectées, mais on sera capable de service nos passagers dès qu’il y aura une reprise des activités », a assuré M. Rainville. « On est capable de survivre jusqu’à la fin de la pandémie. »

Interrogée sur la possibilité de prolonger le REM jusqu’à la gare intermodale de Dorval, la ministre Chantal Rouleau est demeurée prudente. « C’est un dossier éminemment fédéral », a-t-elle dit.

À voir en vidéo