Fierté et fébrilité pour l'ouverture du pont Samuel-De Champlain

Le pont Samuel-De Champlain a accueilli ses premiers usagers en direction nord lundi sur le coup de 5h. Le corridor sud ouvrira lundi prochain.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le pont Samuel-De Champlain a accueilli ses premiers usagers en direction nord lundi sur le coup de 5h. Le corridor sud ouvrira lundi prochain.

Pendant que Montréal s’illuminait à travers le ciel diaphane, le pont Samuel-De Champlain déroulait pour la première fois lundi matin ses 3,4 km de bitume aux automobilistes s’élançant dans ce rendez-vous avec l’histoire.

Après 42 mois de travaux, 8,4 millions d’heures travaillées et 154 000 tonnes de béton coulées, cette nouvelle enjambée du Saint-Laurent a accueilli sur le coup de 5 h ses premiers passagers en direction nord. Le corridor sud ouvrira lundi prochain.

Tout juste avant d’offrir le pont aux Montréalais, le ministre de l’Infrastructure, François-Philippe Champagne, a procédé à la traversée inaugurale, les deux mains sur le volant. « On marque l’histoire aujourd’hui pour les 125 prochaines années », a-t-il dit, visiblement fébrile, avant de s’élancer vers Montréal.

Dans les minutes qui ont suivi, les bretelles d’accès menant au nouveau pont Champlain à partir de la Rive-Sud se sont ouvertes une à une, permettant aux dizaines d’automobilistes rassemblés à Brossard de découvrir l’ouvrage de l’architecte danois Poul Ove Jensen.

« Pour rien au monde je n’aurais voulu manquer ça », a laissé tomber Damalaye Condé, le premier automobiliste à franchir le pont à haubans. Employé d’Infrastructure Canada, artisan de la première heure du nouveau pont, Damalaye Condé a traversé le Saint-Laurent avec sa fille, Jenna, âgée de 13 ans. « Je suis très fière de mon père. C’est beau ! », a-t-elle souligné, quelque peu intimidée par le flot d’attention médiatique.

Une fierté qui était bien palpable sur le visage des nombreux employés d’Infrastructure Canada et du consortium Signature sur le Saint-Laurent, le partenaire privé du gouvernement fédéral, qui s’étaient réveillés aux aurores pour partager ce moment d’exaltation avec leurs collègues.

« C’est mon premier projet après mes études, a souligné Jazmin Estevez Carlucci, 26 ans, coordonnatrice de l’assurance qualité. C’est une expérience inoubliable. On est bénis d’avoir eu cette opportunité de participer à ce projet historique. »

On marque l’histoire aujourd’hui pour les 125 prochaines années

« Les héros de cette histoire, ce sont les travailleurs et les travailleuses », a souligné à plusieurs reprises le ministre Champagne. Pendant la traversée inaugurale, celui-ci a d’ailleurs tenu à être accompagné par deux travailleurs : Jean-Claude Jourdain et son fils Jessy, tous deux affectés à la santé et la sécurité sur le projet.

« C’est un accomplissement, un travail colossal, et de me dire que j’ai fait ça avec mon fils..., a témoigné Jean-Claude Jourdain. Là, on voit le travail terminé, mais tout ce qu’il y a eu [pour en arriver là] : les travaux, les peines, les misères, les vents, les glaces, tout y est passé. »

Le chantier est resté ouvert « 7 jours par semaine, 24 heures sur 24, beau temps mauvais temps », a rappelé François-Philippe Champagne ; le pont a toutefois été livré avec six mois de retard. La température enregistrée sur le pont au cours des travaux a oscillé de 45 degrés Celsius à moins 41 degrés Celsius. La santé et la sécurité sont demeurées la priorité numéro un tout au long des travaux, a-t-il soutenu. Aucun décès n’est à déplorer sur le chantier, le plus gros en ce moment au Canada.

Une oeuvre emblématique

« Ces travailleurs livrent à Montréal une oeuvre qui va être emblématique », a fait valoir le ministre Champagne, disant espérer que le pont Samuel-De Champlain deviendra pour Montréal ce que le pont Brooklyn est à New York ou encore ce que le Golden Gate représente pour San Francisco. En signe de reconnaissance, le gouvernement fédéral a remis un certificat aux quelque 2000 travailleurs qui ont permis au pont — le plus achalandé au pays — de prendre vie.

Appuyés sur 74 piles, les trois corridors de l’ouvrage — espacés par un vide — épousent une courbe qui magnifie la vue sur le centre-ville de Montréal. Les haubans — plus hauts que la tour du Stade olympique — confinent élégance et finesse à la structure et soutiennent la partie suspendue du pont flottant au-dessus de la voie maritime du Saint-Laurent.

« C’est le pont le plus large en ce moment dans le monde, a fait remarquer le ministre des Transports, Marc Garneau, qui a effectué la traversée en compagnie du ministre Champagne. C’est une structure extrêmement impressionnante [pour l’ingénieur que je suis]. On peut en être très fiers. »

Alors que l’ancien pont Champlain fait 23 mètres de largeur, sa nouvelle version s’étend sur 60 mètres de largeur. Trois voies de circulation et une voie d’accotement composent chacun des corridors nord et sud. Jusqu’à ce que le Réseau express métropolitain (REM) entre en fonction sur le corridor central du pont en décembre 2021, les voies d’accotement seront réservées aux autobus aux heures de pointe.

La piste multifonctionnelle, qui accueillera cyclistes et piétons, et qui sera garnie de quatre observatoires, devrait entrer en fonction au début de l’automne. Plusieurs autres travaux seront terminés d’ici la fin de l’année, dont l’éclairage architectural qui mettra en valeur le pylône central.

Le coût total du projet — réalisé en partenariat public-privé — s’élève à 4,2 milliards de dollars, ce qui comprend la construction du pont et son exploitation pendant 30 ans par le consortium Signature sur le Saint-Laurent.

Ouverture en deux temps

Alors que le jour de la Fête nationale marquait l’ouverture du corridor nord du pont, le corridor sud deviendra accessible aux automobilistes le jour de la Fête du Canada. Une ouverture en deux temps indispensable pour garantir la sécurité des automobilistes et pour permettre aux travailleurs de relever l’important défi logistique de l’opération, a-t-on expliqué.

Une heure et demie avant l’ouverture lundi, une cinquantaine de travailleurs s’affairaient toujours à terminer le marquage au sol et à installer les derniers panneaux de signalisation routière.

« On a travaillé jour et nuit pour arriver à ce beau moment, et tout s’est passé comme sur des roulettes », s’est réjoui Hugo Bourgeois, technicien en maintien de la mobilité. L’ouverture des voies de circulation s’est déployée comme un bal savamment orchestré. « On a commencé par la fermeture complète au niveau de l’autoroute 30 et par la suite on a procédé à l’ouverture des bretelles municipales. Il fallait faire en sorte qu’il y ait un bon timing, que tout soit bien synchronisé. »

Ceux et celles qui désireront garder un petit bout d’histoire pour eux pourront se procurer des fragments de l’ancien pont Champlain, qui sera détruit dans les prochaines années. L’entreprise de démolition — qui coûtera 400 millions de dollars — permettra de libérer une partie des berges à Brossard de l’imposante structure. Et déjà, les projets foisonnent dans l’esprit de la mairesse Doreen Assaad. « Je suis déjà en train de semer les graines pour que le gouvernement fédéral comprenne qu’on souhaite avoir accès aux berges. Ça représente une richesse incroyable », a-t-elle souligné.

Le pont Champlain en dates

28 juin 1962: Les premières automobiles franchissent le pont Champlain.

5 mai 1990: Le péage sur le pont est aboli.

5 octobre 2011: Ottawa annonce le remplacement du pont — qui a vieilli prématurément en raison des sels de déglaçage — d’ici 2021. Le ministre de l’Infrastructure, Denis Lebel, précise qu’il sera construit en partenariat public-privé et qu’il y aura un péage.

19 avril 2013: Québec confirme que le transport collectif sur le pont sera assuré par un train léger sur rail.

1er décembre 2013: Ottawa accélère le calendrier de construction pour que le nouveau pont soit livré en décembre 2018. L’idée de lancer un concours d’architecture international est annulée.

1er novembre 2014: Ottawa dit vouloir renommer le pont en hommage à la légende du hockey Maurice Richard.

1er décembre 2014: À la suite d’un tollé populaire, Ottawa annonce que le pont conservera le nom de Samuel de Champlain.

19 juin 2015: La première pelletée de terre est effectuée pour la construction du nouveau pont.

19 juin 2015: Le contrat avec le consortium Signature sur le Saint-Laurent est signé.

2 décembre 2015: Le nouveau ministre de l’Infrastructure, Amarjeet Sohi, confirme qu’il n’y aura pas de péage sur le pont, une promesse des libéraux en campagne électorale.

24 juin 2019: Le nouveau pont Samuel-De Champlain accueille ses premiers automobilistes en direction nord.

1er juillet 2019: Le corridor sud du nouveau pont sera ouvert à la circulation.

Fin 2021: Le Réseau express métropolitain (REM) entrera en service sur le pont.

30 octobre 2049: Le contrat d’exploitation du consortium Signature sur le Saint-Laurent prendra fin.