Le troisième lien à l’épreuve des études

L’enquête Origine-Destination confirme la croissance des problèmes de congestion dans la région de Québec, l’heure de pointe s’étant prolongée le matin et particulièrement le soir.
Photo: iStock L’enquête Origine-Destination confirme la croissance des problèmes de congestion dans la région de Québec, l’heure de pointe s’étant prolongée le matin et particulièrement le soir.

La publication d’une étude montrant qu’un maximum de 21 000 personnes transite chaque jour entre l’est de Québec et l’est de Lévis n’a pas ébranlé le ministre des Transports François Bonnardel. Un troisième lien sera bel et bien construit et ce sera à l’est, a-t-il fait savoir jeudi.

« Ça nous démontre comment les gens qui partent de l’est pour se rendre du côté est de Lévis ont besoin d’un lien additionnel », a déclaré le ministre.

M. Bonnardel réagissait à la présentation de l’enquête Origine-Destination, une vaste étude produite par son ministère sur les déplacements et la mobilité dans les régions de Québec et Lévis.

Cette étude était attendue avec impatience par tous ceux qui s’intéressent aux enjeux de transport pour éclairer les discussions sur le tramway, le troisième lien et la meilleure façon de diminuer la congestion dans la capitale.

En gros, l’étude montre peu de changements par rapport à la dernière qui datait de 2011. La majorité des déplacements se font toujours à l’intérieur de l’agglomération de Québec, soit 715 400 sur 1 million (près de 70 %). Quant au nombre de déplacements qui se font entre la Rive-Nord et la Rive-Sud, il s’élève à un peu moins de 60 000.

Les deux ponts cet hiver ont été fermés quatre fois. Dans ces circonstances, les situations météorologiques, les vents nous amènent à penser que ce troisième lien sera bénéfique.

L’étude confirme en outre la croissance des problèmes de congestion dans la région, l’heure de pointe s’étant prolongée le matin et particulièrement le soir.

Lors de la présentation technique aux journalistes, le responsable de l’étude n’a toutefois pas voulu dire combien de véhicules traversaient chaque jour les deux rives et pourraient dès lors bénéficier d’un nouveau pont ou tunnel comme celui que le gouvernement projette de construire à la hauteur de l’île d’Orléans.

En se basant sur l’étude, le ministre des Transports, François Bonnardel, a par la suite estimé leur nombre à 21 000. Pour obtenir ce résultat, il a pris en compte tous les déplacements à partir des arrondissements de Beauport, Charlesbourg et l’arrondissement des Rivières. Du côté sud, il inclut l’arrondissement Desjardins et tout l’est de Lévis. À titre de comparaison, du côté ouest, plus de 30 000 personnes voyagent entre les deux rives.

Une question de sécurité

À un journaliste qui lui demandait s’il était justifié d’investir des milliards de dollars dans un troisième lien « pour 21 000 personnes », le ministre a rétorqué que le troisième lien répondrait aussi à des enjeux de sécurité.

« Il faut voir plus loin que ça. Il faut voir en termes de sécurité aussi. […] Les deux ponts cet hiver ont été fermés quatre fois. Dans les circonstances, les situations météorologiques, les vents nous amènent à penser que ce troisième lien sera bénéfique », a-t-il dit.

Il a ensuite ajouté que le projet n’était pas « juste pour Québec et Lévis, mais pour l’ensemble de l’est du Québec », notamment pour le transport de marchandises, qui n’était pas pris en compte dans l’enquête Origine-Destination.

Un enthousiasme partagé par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier. « Le 3e lien routier entre les deux rives : plus que jamais nécessaire », a-t-il plaidé dans un communiqué.

Le ton était plus circonspect du côté de la Ville de Québec et du Réseau de transport de la capitale (RTC). « Le projet de 3e lien, ça ne nous appartient pas », a dit le vice-président du comité exécutif et responsable du transport, Rémy Normand.

Par ailleurs, la Ville et le RTC n’interprétaient pas les données de la même façon que le ministre. En fixant la limite entre l’est et l’ouest à la hauteur de l’autoroute Laurentienne, ils n’arrivaient pas aux 21 000 déplacements mentionnés par le ministre.

Pendant ce temps, au Parlement, la députée de Québec solidaire Catherine Dorion s’est dite sidérée par les conclusions du ministre Bonnardel. « Pourquoi est-ce qu’on essaie avec l’idée du troisième lien de soulager du trafic là où il n’y en a pas ? a-t-elle lancé. Je suis tannée qu’ils nous traitent de licornes puis de Calinours de la gauche, quand on regarde comment ils gèrent les fonds publics sur des projets de même. »

Voyez la déclaration de Catherine Dorion, de Québec solidaire


Diminution du recours au bus

L’étude du MTQ a révélé par ailleurs que le nombre de déplacements en autobus a baissé de 1,8 % dans la grande région de Québec entre 2011 et 2017.

Jeudi, le RTC a toutefois souligné que depuis 2017, l’achalandage avait augmenté. « On a des augmentations pour 2017-2018 et possiblement pour 2018-2019 », a fait valoir M. Normand. Selon lui, la baisse jusqu’à 2017 découle du fait que la Ville n’a pas fait d’investissements majeurs à cette époque, se contentant « d’optimiser » les équipements qu’elle avait déjà.

Pour le groupe Accès transports viables (ATV), qui fait la promotion du transport en commun, la baisse n’a rien d’étonnant. « C’est représentatif des investissements qu’on a faits dans le routier ces dernières années » par rapport à ceux qui « stagnaient » dans le transport en commun, a fait remarquer son directeur, Étienne Grandmont.

Enfin, le recours à la marche et au vélo à des fins utilitaires est en hausse, surtout pour ce qui est du vélo dans l’agglomération de Québec, qui a crû de pas moins de 90,7 %, même si le phénomène demeure relativement marginal (1,4 % des déplacements).

Globalement, le nombre total de déplacements a augmenté de 17,8 %, mais cette hausse est proportionnelle à l’augmentation de la population.

3 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 17 mai 2019 06 h 58

    quel beau rêve totalitaire

    va-t-il falloir faire appel a Andrew Scheer qui semble vouloir incarner monsieur Harper qui rêvait de pouvoir prendre le controle du Canada , tous les oléoducs gazoducs et ligne hydro électriques construits sous un meme pouvoir c'est -a dire le Canada

  • Jean Richard - Abonné 17 mai 2019 11 h 40

    Une petite étude météo s'impose

    « Dans ces circonstances, les situations météorologiques, les vents nous amènent à penser que ce troisième lien sera bénéfique. »

    Si on a fermé les deux ponts existants à cause du vent, il est à craindre qu'un nouveau pont à l'est soit tout sauf une solution. M. Bonnardel aurait intérêt à commander une petite étude climatologique avant de lancer n'importe quoi. Car il se pourrait que les vents associés aux tempêtes soient nettement plus forts à l'est de Québec qu'à l'ouest.

    Les trajectoires typiques des tempêtes qui amènent des vents forts et des précipitations verglaçantes sur Québec ont quelque chose en commun : le nordet (vent du nord-est). Et un coup d'œil à une carte topographique de la région permet d'observer que le relief bordant le Saint-Laurent (qui passe d'estuaire à fleuve à la hauteur de l'Île d'Orléans) crée une vallée en forme d'entonnoir dans laquelle les vents sont accélérés (normal puisqu'en remontant du nord-est vers le sud-ouest, l'air est contraint à circuler dans une vallée de plus en plus étroite). Au moment d'écrire ces lignes, un nordet modéré souffle sur Québec. Et on observe que les rafales observées à Beauport et à Saint-François sont 20 % plus élevées que celles enregistrées à Sainte-Foy, pas loin des ponts.

    Le nordet ne s'oppose pas à la construction d'un pont. Mais si les conditions sont hostiles quelques fois par année sur les ponts actuels, un pont plus à l'est pourrait être davantage exposé.

    La déclaration d'un ministre pourrait être une preuve de plus que la science et la politique sont deux domaines très distincts et que le second s'accommode du premier uniquement quand ça fait son affaire.

  • André Guay - Abonné 17 mai 2019 23 h 21

    Question

    Quand le ministre dit: "notamment pour le transport de marchandises," se pourrait-il qu'il pense au projet d'agrandissement du port de Québec pour acceuillir des cargos géants porte-conteneurs? Le transport par camion de ces conteneurs devra emprunter vers l'ouest l'achalandée autoroute de la Capitale. Un troisième lien permettrait d'accéder rapidement à l'autoroute 20 via l'autoroute Dufferin. Avec son port en eau profonde, Québec veut faire concurence au port de Montréal où 2 500 camions transigent quotidiennement.